Cette fois-ci, c’est fait : Patrick et Isabelle Balkany ont été condamnés à 4 et 5 ans de prison lors de leur procès en appel pour blanchiment de fraude fiscale. Au cœur de leur procès, il y avait donc le moulin de Cossy, situé pas loin de Giverny, et dont la valeur avait été carrément sous-évaluée par Patoche et Isa. Et c’est vrai qu’il était bien équipé, ce moulin. Mais nul doute que nos Balkany préférés réussiront à équiper leur cellule avec autant de goût.

1. Il va installer des luminaires d'éclairage public pour 20.000 euros

En plus il pourra demander à une société privée en lice pour obtenir la gestion de contrats d’éclairage public à Levallois de le lui faire pour beaucoup moins que ça. Et c’est important, quand on veut lire le soir peinard, d’avoir de bons luminaires dans sa cellule.

2. Un parcours de golf

Parce qu’il l’a fait au moulin alors ça risque de lui manquer s’il n’en a pas. Alors c’est vrai que l’exiguïté des cellules des prisons françaises, qui proposent en moyenne 9 m² pour deux personnes, ne se prêtent que modérément à la pratique du golf. Mais en poussant un peu les meubles et en ne cherchant pas à tout prix à avoir un 18 trous, ça devrait le faire.

3. Un court de tennis

Parce qu’après s’être bien étiré sur un green entre deux douches collectives, rien ne vaut d’aller pratiquer son coup droit et son revers et le mieux c’est encore de pouvoir faire ça chez soi. Balkany aura probablement la présence d’esprit d’installer un petit terrain de mini-tennis dans sa cellule s’il n’a pas la place pour y faire construire un court central.

4. Une salle de gym

Le sport, c’est important. Bien sûr, fumer des cigares et boire des whiskys aussi, mais le sport, c’est quand même quelque chose qui tient vraiment à coeur et on ne doute pas que Patrick, peu enclin à aller se mélanger au commun des mortels dans la salle de sport commune, n’hésitera pas à faire trembler son portefeuille (ou éventuellement celui de ses administrés), pour se faire construire un espace remise en forme à demeure.

5. Un hammam

Bah ouais parce qu’après un golf, un tennis et un peu de muscu, tu as envie de te détendre (avant bien sûr de lire tranquillement l’escroquerie pour les nuls à la lueur d’un luminaire d’éclairage public) : donc le hammam, c’est indispensable pour bien drainer les mauvaises énergies et atteindre un sentiment de plénitude pas inutile quand on est en prison.

6. Un bar

Et une cave. Enfin trois fois rien, quoi, deux trois Pommard 1998, une ou deux bouteilles de Gevrey-Chambertin 1994, et de quoi faire quelques cocktails. Encore une fois, on ne se parle pas de faire des folies, hein, juste de quoi pouvoir se servir un verre au moment de lire sous le luminaire après tous ces efforts consentis. Ah, il faudrait un bon fauteuil pour ça, non ?

7. Du mobilier Louis XVI

Et niveau fauteuils, désolé, mais on n’a rien fait de mieux depuis Louis XVI donc quitte à investir un peu d’argent public, autant dépenser d’un coup pour s’offrir le meilleur plutôt que de se payer l’ergonomie Ikea en 112 fois sans frais. Il a pas besoin de grand’chose, Patoche, juste un ou deux fauteuils, un petit secrétaire et – allez, soyons fous – une causeuse pour se prélasser un peu.

8. Des Picasso, des Dufy et des Miro

Bah ouais la culture c’est important. Et dans le processus édifiant de réhabilitation, Patrick a besoin du beau pour avancer. Comme dans son moulin, il réussira bien à accrocher un ou deux Dufy au mur, quitte à les épingler au-dessus des photos de femmes à poil apportées par son compagnon de cellule.

9. Un jacuzzi

Alors là c’est quasi-optionnel, mais faut bien reconnaître qu’un jacuzzi c’est quand même pratique et puis dans ce cas, s’il a son jacuzzi, pas besoin de baignoire, on ne va pas faire de chichi, ça lui suffit à Patrick le jacuzzi. Il est pas non plus capricieux. Juste le jacuzzi. Plaqué or.

10. Des saules pleureurs

Et quand daignant sortir de sa cellule il ira promener sa morgue dans la cour de la prison, il ne faudrait pas qu’il prenne un coup de chaud, quand même, Patrick. Le minimum c’est d’installer un ou deux saules pleureurs à la sortie de sa cellule pour qu’il puisse profiter de l’air extérieur sans risquer l’insolation – à son âge, ce serait dangereux.

Il va de soi qu’il aura du mal à récupérer tous ces petits trucs qui faisaient le délice des invités de Cossy dans le moulin directement, car ils seront probablement saisis par la justice.