La meilleure série du moment, ce n’est pas GoT. La meilleure série du moment, c’est le procès Balkany : chaque jour un nouvel épisode encore mieux écrit et plus dingue que le premier, des personnages super bien écrits quoiqu’un peu caricaturaux et surtout un juste balancier entre rire et envie de mourir. Vivement l’adaptation télé.

1. La séance interrompue par la sonnerie de portable de Balkany : c'est la BO des Tontons flingueurs

Number one dans nos coeurs. Un moment de grâce meta, ce qui est rare dans la vie où on ne sait plus si le sujet est ironique ou si l’histoire prend le sujet en ironie. Cette phrase était si compliquée que même moi je l’ai pas comprise.

2. La séquence invraisemblable où Balkany interrompt Dupont-Moretti pendant qu'il parle à la presse pour le reprendre sur son âge

Parce que Patoche a pas 71 ans. Non. Il a 70. « C’est pas grave. » « Vous verrez quand vous aurez mon âge que ça commence à être grave ». « Monsieur Balkany… »

Ou comment faire chier tout le monde, y compris ton propre avvocat.

3. L'affaire des loupiotes

« Est-il vrai que vous avez dépensé 1,8 million de travaux d’électricité dans votre villa de Giverny ? ». La question est assez simple. La réponse de Balkany aussi : « Oui, j’ai changé quelques loupiotes. » Pas mal de loupiotes, quand même.

4. Payer 87.000 balles de billets d'avion en liquide ? Bien sûr que c'est possible !

Les Balkany avaient hérité de leurs parents d’énormes sommes d’argent en liquide : « il fallait bien les dépenser », bordel, comme l’explique Patoche, décidément en forme.

5. La malédiction des manies du père

D’où vient tout cet argent liquide hérité ? « C’était une autre époque, où on gardait de l’argent au coffre. Et puis (sic) mon père avait la manie d’acheter des lingots d’or. »

Putain de fâcheuses manies qui conduisent tes enfants au tribunal.

6. La déclaration du coeur : "J'ai horreur de la corruption"

Vous imaginez un peu ce qui lui arrive, à ce pauvre Patrick, à lui, justement, qu’on accuse de corruption alors qu’il en a horreur ? Qu’on l’accuse de meurtre, de tout ce qu’on veut, mais pas de corruption, non, pour lui la corruption c’est un peu comme les serpents pour Indiana Jones.

7. Le témoignage du pressing du bled près de Giverny

« Un jour, j’ai retrouvé 3500 euros dans les poches de son costume. » Encore ces fichues espèces qui traînaient partout. Du coup le couple se retrouvait à payer ses employés de maison à Giverny une somme supérieure à leurs revenus déclarés. Putain de liquide. Putain de putain de liquide.

8. Le moment où Balkany, larme à l'oeil, explique qu'il est désormais ruiné

« On a bien vécu, on a dépensé notre capital, mais on ne s’en sortirait pas aujourd’hui sans l’aide de mes enfants… » « On est au bord de la route. » « Je touche 3 500 euros en tant que maire. Mais le fisc m’en prend une grande partie. Ma retraite de député s’élève à 4.100 euros net depuis que je suis, comme tout le monde, assujetti au prélèvement à la source. »

Putain, on monte une cagnotte Leetchi pour les aider ?

9. La villa Pamplemousse, un gouffre à fric

Pauvres Balkany ! Ils se sont retrouvés à acheter une villa à Saint-Martin, mais elle est même pas au bord de la mer donc elle vaut rien. Et puis villa, villa, il s’agit d’un « petit bungalow » selon l’intéressé, « totalement battu par les vents ». Un gouffre à fric, quoi. Invendable, le truc.

10. Et le magot, alors ?

« Ça me fait rire quand on parle de mon magot. Y a pas plus de magot que de beurre en broche ! »

S’il le dit…

La meilleure série du moment, qu’on vous dit.