258246024_5ffdc7d8ff_z
Crédits photo (creative commons) : disneymike

Qu’est-ce que tu veux ? Que je quoi ? Que je t’explique ce que c’est que le baseball ? Ouh là, mais tu sais c’est compliqué tout ça, t’es sûr que tu ne préfères pas que je t’explique comment on fait les bébés ? Non ? Bon, bah assieds-toi alors, on en a pour un moment…

  1. C'est un truc qui se joue avec des grands bâtons
    Le gars qui a ce bâton, c'est un batteur, facile. On lui demande de taper le plus fort possible dans une balle qu’on lui envoie très fort dessus. Un peu comme quand ton frère te lance des petits pois à table : tu prends ta cuillère, et tu les envoies le plus loin possible pour pouvoir manger le reste de ton assiette sans qu’il t’embête, pendant qu’il va ramasser les petits pois à l’autre bout de la cuisine parce que Maman l’a puni. Enfin ça c’est ce que Papa aimerait que tu fasses, parce qu’on sait l’un comme l’autre que c’est vachement plus compliqué de te faire manger des petits pois…
  2. Y'a des gars qui lancent plein de balles
    "Le lanceur" qu'on dit. Il doit l’envoyer très fort sur le monsieur qui a le bâton, comme s'ils faisaient une bataille de boules de neige. Sauf que c’est le seul à avoir des boules de neige et qu'en plus elles font vachement plus mal. Et s'il arrive à la lancer assez bien et que le monsieur au bâton ne réussit pas à la cogner, son entraîneur lui donne un bon point. Pourquoi il lui tire dessus alors ? C’est vrai, t’as raison, s’il veut vraiment pas qu’il la tape, il a qu’à la lancer de l’autre côté, la balle. Sauf qu’il y a un gros monsieur en noir qui s’appelle « l’arbitre » et qui lui donne une punition s'il lui tire pas dessus plusieurs fois d’affilée : il doit aller au coin jusqu’à la fin du match. Si tu essayes un jour, sois pas lanceur mon petit...
  3. Et d'autres gars qui les attrapent avec un gant trop grand
    Au baseball, les types à qui on a pas donné de gros bâton ont le droit à un autre cadeau : un gant. Oui, comme ceux que Maman veut que tu mettes quand il fait froid, sauf que là, leur maman ne leur en donne qu’un seul et il est un peu bizarre : il est beaucoup trop grand pour eux et on peut pas trop plier la main. Donc pour construire un bonhomme de neige ou se gratter le nez, c’est vraiment pas pratique du tout, c'est même un peu con. Enfin bête, ne dis pas à ta mère que j'ai dit "con".
  4. Un terrain avec plein de cabanes comme à chat perché
    Tu vois, quand tu joues à chat perché avec tes copains, pour pas te faire attraper par le chat, tu cours te réfugier sur un banc, un tronc d’arbre ou n’importe quel rocher qui traîne ? Et bah au baseball, c’est pareil, sauf qu’on appelle ça des bases. Si tu es batteur, quand tu as tapé la balle avec ton gros bâton, il faut que tu cours vite te cacher sur un des petits carrés blancs que le jardinier a dessiné sur le terrain. Non, on peut pas vraiment dire que tu seras bien caché, vu que tout le stade pourra très bien te voir, mais t’inquiètes pas, ça suffira.
  5. Tu tapes très fort dans la balle et tu cours jusqu'à ta maison
    Les américains, ceux qui font le coca, ils appellent ça faire un "home run". C'est un truc super dur que seuls les types très costauds arrivent à faire. Tu dois taper la balle tellement fort qu’elle doit partir dans les gradins du stade. Le contraire du foot ouais. Pour te féliciter, t'as le droit de faire un petit tour de terrain sans te presser et tous les spectateurs t’applaudissent. Du coup, ces costauds là ils aiment bien faire se faire applaudir, alors de temps en temps, ils mangent des épinards interdits qui donnent beaucoup beaucoup de force. Mais c’est de la triche, alors ils se font gronder très fort quand ils se font attraper. Non, bien essayé, mais ça n’est pas une raison pour ne pas finir tes épinards…
  6. Le plus fort, il gagnent une grosse coupe qui s'appelle les "World Series"
    Ton deuxième mot en américain. Quand tu joues aux billes à la récré, ton but c’est de gagner un maximum de billes, pas vrai ? Et ben quand tu joues au baseball, c’est de gagner un maximum de World Series. C’est une compétition entre les deux équipes américaines les plus fortes, mais comme les américains, ils se prennent pour les plus forts du monde, ils ont décidé d’appeler ça "World Series", pour faire plus balèze. A la fin, on donne une grosse coupe à l’équipe qui gagne et ils sont invités à déjeuner chez le Président. Et comme la maman du Président, elle fait un gâteau au chocolat super bon, tout le monde a envie d’aller déjeuner chez lui donc les types, ils s’entraînent très dur pour essayer de gagner. Un peu comme si je te promettais de t’emmener au Parc Astérix si tu réussissais à avoir 10 en poésie, tu filerais dans ta chambre direct pour travailler, non ? Même pas ? Mais qu’est-ce que je vais faire de toi…
  7. Le vrai Baseball, il est à Cuba
    Cuba c'est quoi ? C’est une jolie île où le chef est un vieux monsieur qui n’aime pas trop ses voisins mais adore le baseball. Alors comme leur chef interdit à tout le monde d’aller jouer à d’autres jeux avec d’autres copains qui habitent sur d’autres îles, ils passent leur temps à jouer chez eux au baseball pour pas s’ennuyer. Du coup, ils sont très très fort et forcément, un jour ou l’autre, des gens viennent les aider à s’échapper sans que le chef s’en rende compte pour venir jouer avec eux. Un peu comme quand Papi et Mamie viennent déjeuner à la maison le dimanche, juste le jour où Papa doit jouer au football avec des copains : y’a toujours un copain sympa qui appelle à la maison, fait semblant d’être le chef de Papa et dit à Maman qu’il faut qu’il vienne travailler parce que sinon, l’équipe des copains de Papa sans Papa, elle est nulle. Mais ne t’avise pas d’aller expliquer ça à Maman, hein ?
  8. Le meilleur au Baseball, c'était Babe Ruth
    Lui, c’est un monsieur qui est mort depuis très longtemps, mais les gens qui aiment le baseball continuent à parler de lui tout le temps parce qu’il était très très fort. Pourquoi il avait le même nom que le cochon du film ? Ça, j’en sais rien. Mais quand il jouait, c’était à chaque fois le meilleur parce qu’il savait à la fois très bien lancer la balle et qu’il tapait super fort avec son bâton. Et ça, tu vois, ça n’arrive pas souvent : toi t’as des bonnes notes en calcul, mais en écriture, c’est un peu plus difficile. Et c’est pareil pour presque tout le monde : on peut pas être fort partout. Et bah Babe Ruth, c’était un peu comme Lisa, la première de ta classe, qui énerve tout le monde parce qu’elle a des TB dans toutes les matières. Bon, sauf que lui, tout le monde l’adorait, parce que c’était pas une sale rapporteuse comme Lisa…
  9. Et la meilleure équipe, avant, c'était les "Chaussettes Rouges"
    Les "Red Sox", c’est une équipe qui joue dans une ville qui s’appelle Boston et qui existe depuis très très longtemps. Encore plus longtemps que le papi de Papi, alors t’imagines… Le monsieur très fort qui s’appelait Babe, comme le cochon du film, il jouait dans cette équipe et grâce à lui, ils gagnaient tout le temps et tout le monde les aimait. Et puis un jour, le chef de l’équipe a décidé d’envoyer le monsieur hyper fort jouer avec l’équipe des méchants contre un peu d’argent, et tout s’est déréglé : ils n’ont plus jamais gagné la grosse coupe des vainqueurs pendant plus de 80 ans. Tu sais combien ça fait de dodos, 80 ans ? Ça en fait 31411, donc tu vois, ça fait longtemps… Du coup tout le monde s’est moqué d’eux pendant tout ce temps-là, mais eux ils ont dit que c’était sans doute un mauvais sort que leur avait jeté un vilain sorcier pour les punir d’avoir vendu le meilleur joueur du monde et les gens se sont mis à croire à cette histoire de malédiction. Mais non, enfin, je t’ai déjà dit que ça n’existait pas les sorciers, alors arrête de pleurer…
  10. Et maintenant, c'est "Les Yankees"
    Eux, ce sont les méchants qui ont justement récupéré le monsieur super fort. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils ont fait une bonne affaire, parce que grâce à lui, ils ont gagné plein de matches et plein de coupes. Tellement de coupes qu’il n’y a plus de place sur les étagères de leurs chambres. Ça les a bien fait marrer de devenir super fort grâce à un joueur de l’équipe des gentils, un peu comme quand t’as récupéré le vieux vélo que Kevin avait jeté en croyant qu’il était foutu mais que Papa l’a réparé avec ses outils : il a eu bien les boules, Kevin, en te voyant dévaler l’allée dessus, et nous on a bien rigolé…

Ça y est, t’as tout pigé ? Quoi ? Tu veux que je recommence ? Bon, va te coucher…