Il n’est pas toujours chose aisée de tout comprendre au changement de sexe, plus communément appelé chirurgie de réattribution (ou de réassignation) sexuelle. Comme pour beaucoup de choses, tant qu’on n’est pas concerné, on n’y connait rien. On a donc tenté de répondre à toutes les questions possibles que vous vous posez en essayant de pas dire de bêtise. On vous avait déjà pondu un petit lexique LGBT, cette fois-ci on part en exploration sur tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le changement de sexe (sans jamais oser le demander).

1. C'est ki ki c'est les gens qui changent de sexe ?

Une opération de réassignation sexuelle est irréversible. Elle s’adresse aux personnes transgenres qui souhaitent changer de sexe. Pour y avoir recours elles doivent avoir suivi au préalable un traitement hormonal qui les rapprochera du sexe opposé à leur sexe biologique. Mais en plus du traitement assez lourd, il faut également avoir un suivi psychiatrique (ça peut d’ailleurs agacer un tantinet parce qu’on attend d’une tierce personne qu’elle décide si oui ou non on doit bien avoir les attributs sexuels correspondant à notre identité de genre). Bref, tout le monde n’y a pas recours, ça dépend vraiment du parcours de chacun.

Source photo : Giphy

2. Comment qu'on fait pour changer de sexe ?

Encore une fois, l’opération de réassignation sexuelle n’est pas obligatoire, on peut tout à fait être trans sans avoir procédé à une opération mais en suivant juste un traitement hormonal. Ou pas. Si toutefois l’on veut changer de sexe, on commence par consulter un endocrinologue (médecin spécialisé dans les hormones) de préférence transfriendly histoire de pas tomber sur un naze. On prend ensuite un traitement hormonal, des œstrogènes pour une transition homme à femme (« M to F » dans le jargon) , et de la testostérone pour une transition femme à homme (« F to M »). Ce traitement est réversible. S’ensuivra une phase d’injections d’hormones (irréversible, elle) puis une opération chirurgicale consistant soit en une vaginoplastie soit une phalloplastie. On est quoiqu’il en soit obligé de passer par ce traitement hormonal de plusieurs années avant de se faire opérer ainsi que d’avoir un suivi psychiatrique qui validera ou non l’opération. Et petite cerise sur le gâteau : en France, on impose aux trans de se faire stériliser avant leur changement de sexe.

3. A partir de quel âge peut-on avoir recours à une chirurgie de réattribution sexuelle ?

Si le désir est exprimé dès le plus jeune âge, c’est à la puberté seulement qu’on pourra commencer à suivre un traitement hormonal (en France du moins). Pour les filles ce sera donc entre 8 et 13 ans en moyenne (l’âge où commencent à pousser les nénés et où se développe l’utérus), pour les garçons c’est entre 9 et 14 ans. Il faut alors consulter un endocrinologue qui établira dans quelle phase de développement hormonal se situe l’enfant. Le traitement est envisageable à partir du stade 2 du développement (selon l’échelle de Tanner). L’âge auquel il sera envisageable de procéder à une chirurgie de réattribution sexuelle varie donc en fonction du développement hormonal.

4. Combien de temps ça prend ?

On compte en moyenne 6 à 12 mois pour la première phase du traitement hormonal (celle qui est encore réversible), la phase suivante d’injections d’hormones dure en moyenne deux ans. Après seulement, on peut envisager une opération (qui implique une stérilisation au préalable des patients…).

5. Combien ça coûte de changer de sexe ?

Tout dépend de ce que tu fais, le changement de sexe peut englober un ensemble d’opérations variables d’une personne à l’autre. Il faut d’abord compter le traitement hormonal qui précède l’opération, puis on peut ensuite procéder au changement de sexe en tant que tel (vaginoplastie ou phalloplastie) puis éventuellement à une mammectomie ou une augmentation mammaire, une liposuccion, une chirurgie faciale etc. Le coût varie donc en fonction de toutes ces interventions. Une opération de réattribution sexuelle en tant que tel est évaluée à environ 12 000 € mais en France elle est remboursée par la sécurité sociale dès lors qu’un psychiatre la reconnait comme indispensable (de toute façon la possibilité de l’opération dépend aussi de l’avis du psychiatre).

6. Peut-on faire des enfants alors qu'on a changé de sexe ?

Comme on l’a vu, en France, le changement de sexe demande une stérilisation au préalable de la personne concernée ce qui l’empêchera d’avoir des enfants post-opération. La France a même été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme en 2017 pour cette obligation de stérilisation demandée aux personnes transgenres sans quoi elle n’ont pas le droit de changer leur état civil. En revanche, il est techniquement possible de faire congeler son sperme ou ses ovocytes après interruption du traitement hormonal.

Source photo : Giphy

7. Comment on fait pour me créer un pénis de toutes pièces ?

Lors d’une phalloplastie, on procède à une ablation de l’utérus et des ovaires (afin d’éviter de développer un malencontreux cancer de ces organes), ensuite on prend de la peau de l’avant-bras du patient qui sera celle du nouveau pénis. Le clitoris reste sous le pénis (ce qui permet de prendre encore son ièp quand on fait du sesque) et l’urètre est prolongé pour arriver jusqu’au bout du pénis. Les lèvres sont transformées en testicules remplies de silicone. L’opération demande une semaine d’hospitalisation.

La deuxième opération possible est une metaidoïoplastie, elle est plus récente et ne nécessite pas de greffe de peau. Elle permet d’avoir une ressemblance plus proche avec un pénis biologique.

8. Comment on fait pour me créer un vagin de toutes pièces ?

Pour une vaginoplastie, on procède à la technique dite du lambeau pédiculé. Charmant n’est-ce pas ? On coupe les testicules et on ouvre pénis dont la peau servira à constituer les parois du nouveau vagin. Le scrotum permettra de créer les lèvres et le gland deviendra le clitoris. Comme la phalloplastie, la vaginoplastie demande une semaine d’hospitalisation. Globalement, l’opération M to F (homme à femme ) est bien plus courante que l’opération F to M.

9. Est-ce que les gens qui changent de sexe, ils sont homosexuels ?

Alors non. Pas du tout. Ça n’a rien à voir. Mais alors rien du tout. Être homosexuel c’est être attiré sexuellement par une personne du même sexe. Être trans, c’est quand on a une identité de genre (féminine, masculine ou autre) qui n’est pas celle de son sexe biologique. Je me sens femme, mais j’ai des attributs sexuels d’homme ou inversement. Pour Sam Bourcier, un sociologue queer (anciennement Marie-hélène Bourcier) à qui l’on doit un paquet d’ouvrages sur le sujet, le terme « transgenre » ne suppose pas forcément que l’on ait subi une opération.

Mais merci d’avoir posé la question, des fois que.

10. Est-ce que les transsexuels ont forcément changé de sexe ?

Non par forcément. Cela dit, c’est la nuance qu’il peut y avoir entre « transgenre » et « transsexuel » même si l’on peut se revendiquer de l’un comme de l’autre sans avoir eu recours à une opération de réassignation sexuelle. En gros, même si ces définitions varient sensiblement d’une personne à l’autre, une personne transsexuelle est globalement comme une personne transgenre, c’est à dire que son identité de genre n’est pas celle qu’on lui a attribuée à la naissance. D’ailleurs on ne parle pas de « transformation » mais plutôt de « transition » ou de « timeline ».

11. Est-ce qu'on peut rechanger de sexe si finalement on ne sent pas si bien avec ce nouveau sexe ?

Sauf erreur ça n’a jamais été fait. Ça doit être techniquement possible mais peu probable étant donné qu’il est déjà assez compliqué et long d’obtenir le droit de changer de sexe. Et puis y’a un moment, faut savoir ce que tu veux bordel.

12. Est-ce qu'un pénis post-changement de sexe peut avoir une érection ?

Il n’est pas possible d’avoir une érection « naturelle ». C’est pourquoi la phalloplastie nécessite la pose d’une prothèse (ce qui peut être contraignant puisqu’en gros c’est comme si tu avais une semi gaule permanente) ou d’un système de tube gonflable qu’on peut contrôler soi-même. On peut avoir du plaisir, toutefois les opérations de réassignation sexuelle F to M sont nettement moins courantes que le procédé inverse, car l’opération est plus compliquée et qu’elle ne permet pas d’avoir autant de plaisir que pour les opérations M to F. Il y a donc encore des progrès techniques à faire de ce côté-là.

13. Pareil, est-ce qu'une femme peut avoir un orgasme avec son nouveau clitoris tout neuf ?

Tout comme avec un pénis tout neuf, on peut bien sûr avoir un orgasme avec un néo-clito, ça prendra peut-être un peu de temps (normal, faut apprendre à connaître ce nouveau bazar) mais ça arrivera. On peut même développer une lubrification du vagin tout comme un vagin biologique. JOIE.

Source photo : Giphy

14. Est-ce qu'on peut être ni homme ni femme bien au contraire ?

En effet, parallèlement aux personnes en transition, il existe aussi des personnes qui ne se reconnaissent ni dans le genre féminin ni dans le genre masculin. Généralement ce sont des enfants nés avec des attributs féminins et des attributs masculins, des intersexuées donc, et dont les parents ont choisi arbitrairement de ne garder qu’un seul des attributs sexuels forçant ainsi l’enfant à avoir un sexe qui n’est pas en accord avec son genre. Le problème c’est qu’en France, si le changement de sexe est reconnu à l’état civil, aucune loi ne définit de troisième sexe, un sexe neutre en quelque sorte. Pire que ça, dans le fameux cas des toilettes homme / femme, la personne intersexuée devra plutôt opter pour les toilettes handicapées.

15. ASKE les gens ki changent de pipou y sont zinzin ?

Même s’il aura fallu attendre 2010 pour que la France retire la trans-identité de sa liste des troubles psychiatriques, les personnes transsexuelles, transgenres et intersexuées ne sont heureusement plus considérées comme malades mentales. C’est dramatique que cela soit arrivé aussi tard car bien sûr, quand bien même les personnes trans étaient considérées comme malades mentales, ils.elles ne l’étaient en aucun cas et ne l’ont jamais été. Donc non, évidemment, pas de zinzin qui tienne et coucou le XXIème siècle.

16. Est-il possible que le médecin refuse le changement ?

Normalement, si la demande est validée par un psychiatre, le médecin n’a pas de raison de refuser mais si dans les faits ça arrive bien souvent. Dans ce cas, pas de chichis, on va voir un autre médecin qui sera certainement plus à l’écoute. C’est aussi pourquoi il est intéressant de se renseigner auprès d’associations qui pourront sans aucun doute vous conseiller des professionnels (des vrais).

17. Comment je fais mon changement d'état civil ?

Sur le plan juridique en France, le changement de sexe à l’état civil est autorisé depuis 2016. Aujourd’hui, les personnes transsexuelles doivent toujours passer devant un juge des affaires familiales pour obtenir un changement d’état civil en revanche il n’est plus nécessaire de présenter des justificatifs médicaux ou d’avoir un avocat. Pour le changement de prénom, il suffit d’en faire la demande à sa mairie et celle-ci n’est pas censée demander le moindre justificatif (même si dans les faits encore une fois, ce n’est pas toujours le cas). Ouais, on est loin d’être au top sur la question dans notre cher pays.

18. Que se passe-t-il si un mec prend des hormones pour devenir un homme ?

Il se passe rien, tais-toi.

Source photo : Giphy

Avis aux premiers concernés, vos conseils et informations supplémentaires sont les bienvenus. Bisous.

Sources :

Culture LGBT, ressources sur les transidentités

Info Transgenre

Le Monde

Chaîne Youtube Adrian de la Vega

Centre LGBT

Libération