Les réalisateurs sont des petits coquinous. Ils dissimulent dans leurs films des tas de petites références qui échappent à l’œil du spectateur, trop accaparé par les explosions en pagaille qui se produisent à l’écran. Parmi les easter-eggs, certains s’affranchissent du statut de simple clin d’œil pour s’imposer comme des vraies bonnes blagues. Sisi, je vous assure. Encore faut-il les comprendre.

1. Dans Le silence des agneaux, la tirade d'Hannibal Lecter est une blague de médecin

« J’ai mangé son foie avec des fèves au beurre et un excellent Chianti » lance Lecter à Starling pour les lui foutre, les foies. Et pour faire marrer les médecins. Selon Reddit, l’institution psychiatrique ayant le plaisir d’accueillir Lecter l’aurait foutu sous inhibiteurs de monoamine oxydase, un type d’antidépresseurs très peu prescrits en raison de leur interaction avec d’autres aliments riches en tyramine. Parmi ces aliments, on compte le foie, les haricots et le vin rouge.

Non seulement il bouffe les gens, mais en plus il fait des blagues à ses médecins.

2. Stargate propose une tirade sur les hiéroglyphes hilarante (si on est égyptologue)

Dans Stargate, l’archéologue Daniel Jackson décrypte des vestiges égyptiens qui servent à aller vers une autre planète. Il explique que l’opération est facile « une fois qu’on a identifié les voyelles ». Sauf que TOUT LE TRUC des hiéroglyphes, c’est qu’ils ne sont en réalité que des consonnes. Il faut deviner les voyelles. Être capable de connaître les voyelles égyptiennes serait une sorte de tremblement de terre dans l’histoire linguistique. Du coup, soit Jackson est un putain de génie, soit c’est juste n’importe quoi.

3. Sideways est blindé de blagues pour œnologues

Sideways, route des vins dépressive, est ponctué par les tirades de Paul Giamatti qui trashe le merlot et le cabernet franc et vante les louanges du pinot noir, trois cépages communs en France et aux Etats-Unis où ils sont plus connus dans la mesure où la Californie ne dispose pas des AOC qui nous permettent, à nous Français, de nous repérer sans connaître tous les cépages.

Sauf que Giamatti explique plus tard que sa bouteille la plus cotée, celle qu’il chérit le plus, est un Château Cheval Blanc 61, qui est un assemblage de merlot et de cabernet franc. Ce qui rend son personnage encore plus pathétique.

4. Décryptée, la petite annonce de La Cité de la peur envoie du lourd

Dans La Cité de la peur, Odile Deray fait passer une annonce pour essayer de trouver un projectionniste à même d’assurer la projection de Red is Dead à Cannes. L’annonce est ainsi formulée : « Rech. proj. pr proj. priv. Self Dem. Brt. Poss. S’adr. à l’hô. Mart », soit « Recherche projectionniste pour projection privée. Self-défense demandé, brutalité possible. S’adresser à l’hôtel Martinez. »

Le film est truffé de blagues en arrière-plan.

5. Dans L'Ordre du phoenix, Harry Potter lit un article totalement débile

Dans la première scène d’Harry Potter et l’ordre du phoenix, le héros chouineur BCBG relou préféré des 6-15 ans plonge son regard éclairé sur un journal en chouinant sur la mort de ses potes. En Une du journal, on peut lire l’information suivante : « Balls judged too big », soit « Les boules étaient trop grosses », avec une photo de deux balles de tennis. C’est vrai qu’il a un gros boulard, Harry.

6. Dans Présentateur vedette : la légende de Ron Burgundy, un restaurant mexicain porte un nom assez clair

Au milieu du film, Veronica Corningstone se rend dans un resto mexicain. Son nom ? « Escupimos en su Alimento », soit « On crache dans votre bouffe ». Ça a le mérite d’être clair.

7. Thor est complètement con

Quand il rencontre l’agent Coulson, Thor l’appelle « fils de Coul », une blague digne de Mission Cléopâtre.

8. Dans le premier Tron, Pac-Man s'invite dans une scène

Il bouffe des billes dans un plan d’une grande complexité. Hey, on juge pas, à l’époque, c’était moderne les mecs.

9. Dans Orange mécanique Stanley Kubrick pratique l'auto-hommage

Lorsque le héros d’Orange mécanique se rend dans le magasin de disques, on aperçoit la pochette de l’album Space Odyssey, de David Bowie ; simplement, cette affiche est trafiquée puisque Stanley Kubrick y a ajouté la mention « 2001 », en hommage à son propre film.

Ouais, c’est pas une blague, mais c’est quand même rigolo.

Crédits photo : Films in films

10. Dans Apocalypto, Mel Gibson joue à Où est charlie

Où est Charlie ?

Au milieu d’un charnier. Un peu de légèreté, hein.

SURPRISE !

Source : Cracked, Films in films.