A l'heure où l'on ne s'écrit plus plus, où l'émotion amoureuse doit tenir dans un SMS et plus dans les lettres d'amour froissées qu'on lit et relit et respire, à l'heure où l'on se maile, se tweete et se poke, quel bonheur que de se plonger dans la correspondance d'écrivains, de penseurs, de poètes qui nous ouvrent ainsi le plus intime, le cœur des choses. Quel étonnement de voir que pour certains, c'est bien là leur plus grande oeuvre, quelle reconnaissance nous devrions avoir pour ces auteurs qui se risquent à nous donner ce livre là, le livre ultime au bout du compte, celui qu'il ne furent pas seul à écrire, celui dont ils n'ont pas tout décidé, pas tout maîtrisé, celui dont ils ne savaient pas où il allait ni comment il finirait: Celui où ils ont du faire avec les Autres: le livre de leur vie.

  1. "C'est encore moi qui vous écris" de Marie Billetdoux: Ce livre monstrueux de par son volume et par le projet qu'il contient, vient de paraître mais fera date dans l'histoire de la littérature: 40 ans de lettres écrites, reçues, par l'auteur de "Mes nuits sont plus belles que vos jours" de l'époque où elle s'appelait encore rafaële jusqu'au jour où pour continuer à vivre elle devint Marie, qui pour rester libre ne s'épargna aucune souffrance, qui, pour être écrivain, ne renonça jamais.
  2. "Lettres à Nelson Algren" de Simone de Beauvoir: Si l'auteur du Deuxième sexe eut de nombreux amours "contingentes" en dehors de celui, "nécessaire" de Jean-Paul Sartre, Nelson Algreen fut le plus grand. Se dessine dans ces lettres le portrait d'une femme, au-delà de l'intellectuelle, humaine et fragile, parce que passionnément, douloureusement amoureuse.
  3. "Lettres parisiennes, histoires d'exil" de Nancy Huston et Leïla Sebbar: Deux femmes s'écrivent à Paris la difficulté à être ni d'ici ni de là bas, le Canada pour l'une, l'Algérie pour l'autre. L'écriture pour seule patrie possible, l'exil toujours en toile de fond, le sentiment d'appartenance en éternelle question, et non pas l'identité nationale: une essentielle nuance.
  4. "Paroles de Poilus, Lettres et carnets du front, 1914-1918": Des lettres de soldats à leur proches, ou la réalité des tranchées où se battaient et mourraient des enfants qui, pour certains, savaient à peine écrire. Bienvenue dans l'Histoire comme on ne nous l'a jamais racontée.
  5. "Correspondance" de Baudelaire: l'accouchement dans la douleur et en direct des Fleurs du mal, du Spleen, et la vie, matériau brut de l’œuvre, qui va avec.
  6. "Correspondance" de Héloïse et Abelard: Le canal historique de la lettre d'amour, L'amour impossible initial, presque princeps: "Fuis, et mets entre nous l'immensité des mers: habitons les deux bouts de ce vaste univers. Dans le sein de mon dieu, quand mon amour expire, je crains de respirer l'air qu'Abélard respire"...
  7. "Le roman de Venise" de Sand et Musset: Près de 800 ans plus tard, la passion romantique de deux enfants du siècle, tout aussi impossible, un voyage à Venise qui tourne au drame amoureux, et: "Mais je ne mourrai pas, moi, sans avoir fait mon livre sur moi et sur toi. Non ma belle, ma sainte fiancée, tu ne te coucheras pas dans cette froide terre sans qu'elle sache qui elle a portée. La postérité répétera nos noms comme ceux de ces amants immortels qui n’en ont plus qu'un à eux deux, comme Roméo et Juliette, comme Héloïse et Abélard; on ne parlera jamais de l'un sans parler de l'autre."
  8. "Correspondance" de Sigmund Freud et Stefan Zweig: 30 ans d'échange entre l'inventeur de la psychanalyse, mort au seuil de l'avènement du nazisme, et l'immense écrivain qui choisit de ne pas y survivre. Et le génie, de part et d'autre, reconnu par l'un et par l'autre.
  9. "Correspondance" de Charles Bukowski: Derrière la figure très connue du génial Bukowski alcoolique, dégueulasse et globalement obsédé sexuel, on découvre ici ce qu'il se défendait pourtant d'être: un poête.
  10. "Correspondance passionnée" de Anaïs Nin et Henry Miller: 20 ans d'amour fou qui, quand il s'apaisa, laissa intacte la communion littéraire. Mais pas nous qui, par ces lettres, les approchons de si près qu'on en est presque brûlé.

Et vous, vous en connaissez d'autres ?

Top écrit par Julie, topiteuse passionnée dans un monde de brutes

Crédits photo (creative commons) : DaveAustria.com