Voilà, c’est fini. Plus qu’une saison et on saura si les marcheurs blancs marchent sur le royaume et hop c’en est fini de la vie à Westeros. Compte tenu des virages scénaristiques empruntés par les scénaristes, cette piste-là devient de moins en moins crédible. On ne va pas se mentir : on a pris du plaisir à la regarder, cette saison 7, mais il y a quand même eu un vrai changement dans la manière d’envisager l’histoire, les personnages, et leur rapport au spectateur. Un changement qui laisse un petit goût amer.

1. L'évident problème des distances

Le sujet a été battu, rebattu, rerebattu, mais y a un problème de distance. On met deux minutes à aller d’une endroit à l’autre quand, dans les saisons précédentes, on mettait 10 épisodes. On peut parler d’ellipse, mais le principe de l’ellipse ne tient pas lorsqu’il s’agit de sauver des mecs coincés par des marcheurs blancs à 1500 bornes de là sans TGV.

2. A quoi servent les habitants de l'île de Fer, déjà ?

A part à nous rappeler que les demeurés existent ? Tout est nul. La scène de capture du bateau est nulle, Theon est nul, Euron est nul, Yara est nulle, leurs combats sont nuls, et la vitesse à laquelle les mecs se rangent derrière Theon quand celui-ci déglingue le captain Igloo qui a essayé de viser ses testicules est comique. On espère qu’ils seront tous mangés par les marcheurs blancs.

3. Samwell n'intéresse personne

Ok, c’est lui qui trouve le verredragon, mais, à part ça, les scènes sur lui ressemblent à un documentaire sur des moines au XIV° siècle. On se fait affreusement chier et on se demande à quoi il sert. Génial, il a sauvé Jojo la friendzone de sa transformation en iguane. Super. Si les personnages nazebroques s’aident entre eux pour ne pas mourir, on n’a pas fini.

4. Game of Thrones est devenu un épisode de 7 à la Maison

Si l’on excepte le sort réservé à Ellaria, c’est Le grand pardon avec Roger Hanin. Jon pardonne à Theon, déjà pardonné par Yara, Arya pardonne à Sansa, Cersei pardonne limite à Tyrion, même Tyrion pardonne à son père de l’avoir traité comme une merde en pensées. C’est Melissandre qui a confessé tout le monde et hop on s’en sort avec trois Notre Père ?

5. Jon Snow joue de plus en plus mal

Quand c’était un personnage secondaire, ce n’était pas dramatique, mais maintenant qu’il s’appelle Aegon, ça devient problématique. On se le tape à toutes les sauces avec sa tête indifférenciée, toujours l’air triste et bête à la fois, dans des sommets de faux jeu quand il donne la réplique à Dany. A mon avis, si Cersei est aussi vénère, c’est parce qu’elle est obligée de jouer avec ce mec.

6. Bran est toujours aussi chiant

« Hey les mecs, ça vous dit, on prend le Stark le moins charismatique et, après lui avoir fait endurer des épreuves dont globalement tout le monde se fout, on le transforme en une entité chimérique pas très impressionnante qui ne sert à rien ? Dans le même temps, on lui enlève le peu de profondeur qu’on lui avait réservé au départ de l’écriture, par contre, on le fait tout le temps apparaître à l’écran ? » « Ouais, super idée ! »

Source photo : Giphy

7. Apparemment, il n'y a que des champions olympiques de nage

Si on résume, Bronn est le Ian Thorpe de Westeros, capable de sauver Jaime avec une seule main en armure de la noyade sous de l’eau enflammée ; quant à Jon, le type a son brevet de plongée sans bouteilles d’oxygène. Il peut rester 10 minutes dans de l’eau glacée avec une armure, une moumoute et des morts accrochés à lui et s’en tirer sans trop de problèmes.

J’ai hâte de voir Westeros aux jeux de Tokyo, avec aussi le Night King au lancer de javelot.

8. Aucun Stark n'a été blessé pendant le tournage

Une saison sans Stark mort, c’est comme un plateau de fromages sans pavé d’affinois.

9. Depuis quand Daenerys va dans le Nord toute seule sur un dragon ?

On parle bien de Daenerys, la prétendante la plus sérieuse au trône de fer que les scénaristes nous font passer pour l’héroïne absolue depuis 7 saisons. Oui, celle-là même qui genre monte toute seule sur son dragon pour aller sauver trois pèlerins qui se les gèlent d’une mort assurée alors qu’elle a un trône à conquérir. Personne ne ferait ça, absolument personne.

Source photo : Giphy

10. Littlefinger était le dernier personnage ambigu : il est mort

Depuis la fameuse discussion entre Littlefinger et Varys, le propos politique de Game of Thrones avait peu à peu cédé la place à un gloubiboulga mystico-fantastico-religieux que cette avant-dernière saison devait atténuer. Las : en faisant mourir Littlefinger, seul survivant d’une époque d’intrigues compliquées, les showrunners ont tout simplement tué l’esprit de la série en dézinguant les franc-tireurs, sacrifiés sur l’autel des camps – gentils contre méchants. C’est naze.

11. Il ne s'est passé que des trucs dont on pouvait s'attendre à ce qu'ils se passent

Oh quelle surprise ! Jon est un Targaryen ! Oh quelle surprise ! Daenerys et Jon tombent amoureux ?! Oh quelle surprise ! Les marcheurs blancs attaquent ! Oh quelle surprise ! Sansa se rebelle contre Littlefinger ! Oh quelle surprise ! Jaime s’éloigne de Cersei ! Oh quelle surprise ! Tyrion, Jon et Daenerys sont encore en vie au début de la dernière saison ! Ohlala ce qu’on est surpris !

12. Daenerys a foutu des coups de pression à tout le monde pendant trois épisodes pour rien

Au début de la saison, on a bien pensé qu’il allait se passer quelque chose avec Daenerys, soudain rendue irascible, nerveuse, paranoïaque et défiant sa garde rapprochée. Mais non : finalement, tout rentre dans l’ordre – l’amour, sans doute, qui sauve tout le monde. Pas de soupçons de trahison mal placés, pas d’erreurs stratégiques folles, rien. Une intrigue avortée.

Source photo : Giphy

13. Tous les méchants sont soudain devenus trop mims

Le Limier ? Trop sympa. Jaime ? Trop sympa. Varys ? Trop sympa. Même la Montagne est touchante dans son attachement à Cersei. Tormund fait des blagues de cul, Theon est un adorable gars qui a été confronté à des choix difficiles, Euron est un peu con, mais c’est quand même un rigolo. Pourquoi ?

14. Au final, on en arrive à un camp entièrement gentil contre un camp entièrement méchant

Il n’y a plus UN méchant du côté des gentils, Varys étant devenu un petit ange. Et plus UN gentil du côté des méchants, Jaime étant parti pour faire défection. Comme ça, c’est sûr, on ne peut pas se tromper de camp. Il faut être avec Daenerys et Jon, certainement pas avec la méchante, méchante Cersei qui en plus s’attire le concours de mercenaires de la FINANCE. MECHANTE.

15. Cersei n'est plus que l'ombre d'elle même : d'où elle ne fait pas tuer Tyrion et Jaime ?

C’est sans doute le truc le plus bizarre. Après sa défection, Jaime aurait dû se faire trancher la tête par la Montagne. Et tout au long de la scène qui l’a opposé à sa soeur, on a pensé que Tyrion était en train de boire du vin empoisonné, vu que môman ne picole même plus. Mais non. Cersei ne tue plus personne – en tous les cas plus les Lannister. Ça doit être les hormones de la grossesse, surtout quand on porte un gosse trisomique (même le mestre peut pas le voir, ça).

On a quand même hâte de la 8, m’enfin.