L’inceste, c’est un sujet qui met quand même facilement mal à l’aise. Chez toute personne normalement constituée, imaginer une relation sexuelle avec un membre de sa propre famille provoque un sentiment assez désagréable, voire révoltant. On ne sait pas trop dire pourquoi, mais c’est « pas normal ». Et ça semble être le cas partout dans le monde, comme si c’était universel d’être dégoûté par ça. Alors oui, c’est vraiment cra-cra, on en est sûr, mais ça ne nous empêche pas de nous poser un tas de questions sur le sujet. Et on a décidé d’y répondre, à ces questions.

1. Est-ce que je suis autorisé à avoir des relations sexuelles avec un membre de ma famille si c'est consenti ?

En France, la loi considère comme incestueux tout viol ou agression sexuelle commis sur un mineur par une personne de sa famille (parent, frère, soeur, oncle, tante, neveu, nièce). C’est une version un peu résumée, mais en gros c’est ça. Ce qui veut dire que s’il n’y a pas de mineur et d’agression sexuelle dans l’histoire, c’est autorisé. Deux membres de la même famille peuvent avoir une relation consentie. Et s’il y a un viol au sein d’une famille mais que la victime a plus de 18 ans, le viol sera reconnu, mais pas son caractère incestueux.

Concernant le mariage, il est interdit entre frères et sœurs ou parents et enfants (ou grand-parents et petits-enfants, hein), mais si on prend la loi pour ce qu’elle est, avoir des relations sexuelles entre frères et sœurs ou parents et enfants n’est pas interdit en France. Avoir des enfants non plus. Vous êtes révoltés ? Ça peut se comprendre, mais c’est comme ça.

2. Elle dit quoi la loi dans les autres pays ?

On va faire une réponse nulle : ça dépend des pays. Mais pour être plus précis, on va donner des exemples. En Espagne et au Portugal, c’est un peu comme en France : les relations incestueuses ne sont pas punies, mais elles sont des circonstances aggravantes quand il y a un viol ou une agression sexuelle. Mais en Espagne comme au Portugal, s’il y a une relation entre un mineur qui n’a pas atteint la majorité sexuelle et un membre de sa famille, c’est directement considéré comme une infraction. Même si le mineur déclarait être parfaitement consentant.

Dans d’autres pays, comme en Allemagne, en Angleterre, au Pays de Galles, au Danemark, et en Italie, les relations sexuelles entre deux personnes de lignée directe ne sont pas autorisées du tout, même si c’est consenti. Mais l’inceste n’est pas considéré comme une circonstance aggravante quand il y a un viol ou une agression sexuelle sur mineur.

En bref, il y a des nuances dans chaque pays, mais on sent que l’inceste est une question qui a besoin d’être encadrée par la loi parce que c’est pas jojo.

3. C'est quoi le risque si je fais un enfant avec mon frère ou ma sœur ?

Si l’inceste c’est un interdit, c’est aussi parce qu’il y a des raisons biologiques. Le côté « immoral » de la chose, c’est difficile à expliquer, mais ce qui est sûr, c’est que faire des gosses en famille proche c’est pas bon du tout. Explication : on a tous des petites mutations génétiques naturelles qui nous sont propres, elles n’entraînent pas forcément de maladies ou de handicaps mais elles sont dans notre ADN. Le risque, en faisant un enfant avec un frère, une sœur ou un parent, c’est que les deux parents, qui ont un ADN proche, transmettent tous les deux leurs mutations à leur enfant, qui, lui, développera une maladie ou un handicap vu qu’il aura reçu les mêmes mutations pourries des deux côtés. Bien sûr, là, c’est la version simple et imagée, mais c’est à peu près ce qu’il se passe quand il y a consanguinité. Petit rappel donc : ne faites pas de bébés en famille.

4. On a vraiment le droit d'être marié à son cousin germain ?

La loi française sur le mariage autorise une union entre des cousins. Et on parle des cousins germains, hein, donc les enfants de nos oncles et tantes. Ça peut sembler horrible pour certains et totalement normal pour d’autres, sur ça on vous laisse vous faire votre avis. Il faut savoir qu’on parle bien d’un mariage civil. Pour le mariage catholique, c’est mort, sauf s’il y a autorisation délivrée par un évêque (mais c’est apparemment très rare.)

5. Et avoir un enfant avec un cousin germain, c'est risqué ?

Alors ok, on a le droit de se marier entre cousins germains, soit. Mais est-ce que c’est pas encore dangereux pour les gosses ? Là encore la réponse est moyennement satisfaisante : il y a moins de risques qu’entre frères et sœurs ou parents et enfants, mais il y en a forcément un peu plus qu’entre deux individus qui ont des bagages génétiques très différents. Pour ceux qui veulent faire des enfants entre cousins, il vaut mieux donc être bien suivi pour éviter de prendre trop de risques. Mais des risques, il y en aura toujours.

6. Les Egyptiens dans l'antiquité, ils se mariaient entre frères et sœurs ? Du coup c'était pas un tabou ?

Se marier avec son frère ou sa sœur dans l’Egypte antique, c’était pas normal. Le peuple ne le faisait pas, ou alors c’était un peu tabou. Les mariages consanguins qu’on retient, ce sont les pharaons, qui ont triché sur leurs dieux, comme Isis et Osiris, qui étaient mariés alors qu’ils étaient frère et sœur. Pour les pharaons, le fait d’avoir du sang royal et de se marier avec quelqu’un de sang royal, ça apportait plus de légitimité à être sur le trône (le vrai trône, hein, pas les toilettes), donc on pouvait se marier au sein d’une fratrie pour renforcer la lignée.

7. Pourquoi on pointe toujours du doigt le Nord-Pas-de-Calais quand on parle de consanguinité ?

Les blagues sur les Nordistes consanguins, c’est un grand classique. Tellement classique que ça n’est plus très drôle. Tellement classique qu’on peut quand même se demander s’il y a un fond de vérité ou non. Eh bien a priori non. Aucune statistique ne prouve qu’il y a plus de consanguinité chez les Ch’tis qu’ailleurs en France. Les clichés sur le sujet ont très probablement été forgés par des événements ultra-médiatisés comme l’affaire d’Outreau ou la banderole des supporters du PSG lors de la finale de la Coupe de la Ligue en 2008 face à Lens. N’empêche qu’aujourd’hui, encore un paquet de Français est persuadé que les Ch’tis sont coutumiers des relations incestueuses. Grand bien leur fasse.

8. Alors, l'inceste, c'est universel ?

Presque ! Le tabou de l’inceste semble être partagé partout, mais pas de la même manière. Comme on l’a vu, pour certains, c’est extrêmement dérangeant de coucher avec son cousin, et pour d’autres c’est normal. Dans certaines sociétés, avoir des relations sexuelles avec son beau-frère sera incestueux, et pour d’autres non. Il y a toujours des nuances, dans la loi ou dans l’esprit des gens. Du coup, c’est compliqué de dire que l’inceste est totalement universel. La plupart des gens en ont une certaine notion, mais c’est rarement la même.

Un zeste de citrooon.

Sources : Sénat.fr, legifrance, Le Parisien, Wikipedia.