Et c’est pas nous qui le disons. Enfin si, mais pas seulement. Le botaniste anglais David Bellamy aussi avait un avis bien tranché sur la question : « S’il devait y avoir une catastrophe planétaire et que j’ai la possibilité de choisir un pays pour sauver et reconstruire le monde, sans aucun doute, je choisirai le Pérou ». Et pas la Suisse. Ni la Bulgarie, ni les Philippines. Le Pérou. Evidemment, pour ses richesses naturelles, mais pas que.

1. Le pays a juste une des plus grandes biodiversités du monde

Suis un peu, on vient de le dire. Le Pérou compte 27 des 32 écosystèmes recensés sur la planète, excuse du peu. Les mecs ont la mer (froide, poissonneuse et « planctonneuse » : une des plus riches au monde), la montagne avec les Andes (c’est-à-dire une flopée de sommets/volcans à plus de 5000 et 6000 mètres), des déserts (notamment du côté de Paracas) et, on a gardé le meilleur pour la fin, l’Amazonie. La forêt la plus folle du monde, où chaque arbre abrite plusieurs milliers d’espèces. Pas dégueu, tu en conviendras.

2. Son passé Inca est très stylé

Sans en faire des caisses sur ce peuple (qui est en partie passé à la postérité parce que c’est lui qui était aux affaires quand les Espagnols sont arrivés) faut quand même reconnaître qu’ils en avaient dans le cigare les gars : astronomie, mathématiques, multiplicité socioculturelle… Et certains de leurs bâtiments sont toujours debout, malgré les nombreux tremblements de terre qui ont ravagés des constructions bien plus récentes. Ça pose quand même un peu les choses.

3. Le pays a son propre soda

L’Inca Kola, ça s’appelle, et c’est extrêmement improbable, de tous les points de vue. Jaune, au goût chimique de chewing-gum, extrait à base d’hierba luisa une sorte de verveine locale, il est plus vendu au Pérou que le Coca Cola ! A tel point que la firme américaine a fini par racheter le truc. En y goutant le PDG de l’époque aurait déclaré : « Ça ressemble à de la pisse, ça a le goût du chewing-gum ». On trouve une énorme bouteille sur chaque table dans toutes les gargotes du pays. Très chelou, mais très cool.

4. Le pays a son propre cocktail

Le Pisco Sour. On te l’accorde, à la base le pisco (pur), c’est à peu près aussi dégueu que de la grappa. Mais fais-nous confiance, avec la glace, le citron vert, et le blanc d’œuf, ça devient un cocktail aussi stylé que délicieux. Fais toi un petit kiffe, laisse-y tomber ta paille, et regarde là s’enfoncer doucement à travers l’épaisseur du blanc d’œuf… Un poème.

5. C'est blindé de lamas

En fait, de lamas, d’alpagas, de vigognes, et de guanacos, les 4 camélidés qui considèrent le pays comme leur terrain de jeu. Les 2 premiers, domestiqués, sont particulièrement présents, et on va pas se mentir, c’est particulièrement kiffant. Tu les vois ces petits selfies que tu vas te payer à coté de leurs jolies trognes poilues, en train de mastiquer imperturbablement ? Mention spéciale pour l’alpaga, avec sa grosse touffe bien poilante, c’est notre chouchou.

6. Gastronomiquement, on est sur quelque chose d’abouti

On va pas te faire l’affront de te parler du ceviche, particulièrement répandu sur la côte (et délicieux), mais sache que tu peux aussi compter sur des influences culinaires créoles, andines, amazoniennes, afro péruviennes (du fait des esclaves noirs exploités par les conquistadors pour piller la mine de Potosí) et même chinoises (du fait de l’exploitation du guano par des immigrés chinois au XIXème siècle). Ça va, ça sera suffisamment varié pour toi ?

7. Les Péruviens sont super sympathiques

Disons que si tu demandes ton chemin à un quidam, en plein cœur de Lima, il est courant de le voir faire un détour de 5 minutes pour t’accompagner, et s’assurer que tu t’en sortes. En soi, tu peux aussi essayer de faire la même chose en plein cœur de Paris. Mais le quidam en question risque de te jeter un regard plein de dédain qui te fera comprendre que tu ne vaux pas mieux pour lui qu’une crotte de chien. Un poil différent.

8. La feuille de coca y est légale

Calmos, on ne parle pas ici de la cocaïne que les gosses de riches se fourrent dans le nez à longueur de weekend par chez nous. Non, on parle de la feuille de coca, utilisée de manière ancestrale pour ses vertus guérisseuses (notamment contre le mal de l’altitude, le fameux « soroche »), énergisante et coupe faim. Les anciens la chiquent tout au long de la journée, et il est également possible de la prendre en infusion : le fameux « maté de coca » du matin. Un vrai kiffe.

9. Le Machu Picchu y est, bien planqué...

…mais pas bien peinard, assailli de touristes ! Faut dire qu’on cause quand même d’une des 7 nouvelles merveilles du monde. Niché entre les montagnes, dans un état de conservation assez dingue, avec une histoire encore nappée de mystère, évidemment, ça vaut le coup que tu y passes une tête.

10. C’est le paradis du trek

Absolument chaque ville où tu poseras ton sac à dos peut t’offrir des dizaines de possibilités toutes plus dingues les unes que les autres. Des canyons, des petites randonnées pépouses aux treks plus ardus dans la Cordillère qui te feront tutoyer les cieux en te permettant de passer les 5000 mètres. Clairement, y’a pas 300 000 endroits sur terre où une telle dinguerie est possible. Fonces-y.

Le Pérou, c’est bien : viendez-y.

Sources : Le Routard, et un pote à nous qui y a passé un weekend une fois.