Crédits photo (creative commons) : ab59

Soyons clairs, le niveau intellectuel humain moyen aurait tendance à chuter ces derniers temps. Que celles et ceux qui objectent que c'est parce que les gens passent leur vie à mater des chats mignons sur Topito remballent leurs fallacieuses accusations, point n'est question de chercher un coupable, c'est trop tard. Génération de neuneus. Comment dans ces tristes conditions rassembler le peu d'intelligence agonisant au fond de nos cerveaux lobotomisés? En apprenant une langue morte. Voici donc, afin de vous sauver du marasme cérébral dans lequel vous vous vautrez inconsciemment (parce que nous, ça va, merci) le top 10 des bonnes raisons de parler latin.

  1. Apprendre le latin développe considérablement les capacités cognitives
    Une langue avec autant de déclinaisons, de variables en fonction des parisyllabiques et des imparisyllabiques, une langue assez retorse pour se voir dotée d'un génitif, bref une langue qui fait chier, permet de faire fonctionner les deux hémisphères de son cerveau en même temps. Et quand vous réciterez "rosa rosae rosam" dans votre sommeil, ce sera le signe que vous pouvez désormais prétendre au panthéon des latinistes distingués. Ou alors vous irez vous pendre parce qu'il est insoutenable de remettre sa vie entre les pages poussiéreuses du Gaffiot.
  2. Le latin est une langue ludique
    Traduire littéralement un discours de Cicéron équivaut à douze parties de Kamoulox. Remettre les mots dans l'ordre afin de piger un ignoble pavé de Tite-Live, y'a-t-il plus amusant ? À part vous jeter du haut d'une falaise en hurlant "Ave, Crudelis Mundi!" (Adieu, Monde cruel), bien entendu. Ces antiques réjouissances présentent l'avantage d'une préparation béton aux jeux de vieux. Parler latin permet de tout déchirer au Scrabble, de devenir la rockstar des Chiffres et des Lettres, bref de donner du sens à une existence qui doit en être sévèrement dénuée pour prendre son pied à compter ceux des hexamètres dactyliques (et le tout en charentaises).
  3. Parler latin donne l'air intelligent
    Tous les noms scientifiques de tous les machins possibles et imaginables sont en latin. Faites montre de votre vaste culture en remplaçant les noms de machins susdits par leur appellation latine. Affirmer nonchalamment que l'on s'est fait dévorer par les Culicidae lors d'une cueillette d'Agaricomycetes, ça a tout de même une autre gueule que de raconter qu'on s'est fait bouffer par les moustiques en allant aux champignons.
  4. Parler latin permet de comprendre enfin les locutions latines passées dans le langage courant
    Saviez-vous que "sic", utilisé pour signaler une connerie (pardon, une stultitia) laissée telle quelle, signifiait "ainsi", comme dans "sic transit gloria mundi", devise inscrite au fronton de Topito. De même, les "statu quo", les "carpe diem", les "tu quoque mi fili" et toutes les phrases en latin dans Astérix n'auront désormais plus de secrets pour vous.
  5. Parler latin dévoile les secrets de Lost
    Si ça se trouve, les dialogues obscurs et les énigmes de la série en latin ne sont rien d'autre que des blagues bien grasses. Mysterium. Ca n'aide pas en revanche pour le discours de l'architecte dans Matrix 2.
  6. Parler latin permet de nuir à son prochain
    Et rien n'est plus délectable que de pourrir la vie des autres. Oderint, Dum Metuant, comme disait Caligula. Prenons un exemple simple : vous souhaitez vous débarrasser d'un collègue de bureau. Vous le faites passer pour taré en inventant une pathologie à laquelle vous donnez un nom latin, par exemple : "Machin est atteint de Morbus Putridae Fabulae" (syndrome de la blague pourrie) sévère, c'est dommage on va devoir l'abattre, ça se guérit pas hein... Ne riez pas, les accusations de "morbus democraticus" ont fait des ravages pendant la Commune de Paris. Comme quoi, a fortifiori, Abusus non tollit usum, hein comme on dit".
  7. Le latin est un atout de poids pour monter une dictature
    En terme d'obsession paranoïaque dirigiste, les grands tyrans latins ont beaucoup à nous apprendre. Néron le pyromane, Caligula le zoophile, Claude le Moche, ces gens là avaient le sens du spectacle. Si vous parlez latin, ce sera un atout notoire pour monter votre dictature et vous faire diviniser par le Sénat post mortem. En contrepartie vous devrez faire l'acquisition d'un cheval que vous nommerez Incinatus et vous devrez avoir des relations à caractère physique avec lui, afin de n'entacher en rien le prestige laissé en héritage par tous ces grands malades. Mais quand on veut, on peut.
  8. Parce que sans le latin, la messe nous emmerde
    C'est Georges Brassens qui le dit, ipso facto ça doit pas être des conneries. Pardon, des stultitie. Et puis ça fera plaisir aux grenouilles de bénitier radicales. Pour qui apprécie les splendeurs de la religion catholique, quoi de plus extatique que de s'élancer au-devant de ses ouailles et de proclamer "habemus papam!!!!" ? À part "habemus cervisia!!!!" bien entendu. Et puis le rétablissement du latin dans le corps religieux, cela permettra de susurrer aux enfants de choeur "Semel in anno licet insanire, et tu diras rien à ta maman hein?" sans se faire emmerder.
  9. Parce que Quidquid latine dictum sit, altum sonatur
    En gros "quoiqu'on dise en latin, ça sonne profond". Vous pourrez désormais dire "wesh frère, bien ou bien? Tranquille pépère, t'as vu", sans passer pour des abrutis finis. À condition de le dire en latin, ce qui donne "ave frater, bonum aut bonum? Tranquillus, papater, vidisti". De plus vous pourrez ad nauseam initier les profanes à l'étymologie en commençant chaque phrase par "truc, du latin trucare..."
  10. Parce que c'est toujours moins chiant que d'apprendre le grec
    Absit reverentia vero, s'il y a bien plus indigeste que le dictionnaire Félix Gaffiot, c'est le Bailly, pondu par l'esprit vicieux de l'Anatole du même nom.

Topito ergo sum.