rabelais-une
montage photo : topito

Si après votre bac L, vous avez opté pour une chouette prépa ou une sympathique fac de lettres, vous vous êtes forcément collé l'intégrale de Rabelais. Intégrale que vous avez trouvé fort indigeste, notamment en raison de la lourdeur des vannes et du style qui, soyons francs, a un poil vieilli. Néanmoins, il faut reconnaître à César ce qui est à César : Rabelais est un génie de la langue française. Un écrivain précurseur et avant-gardiste à qui l'on doit beaucoup beaucoup de mots et d'expressions encore très utilisées aujourd'hui et qui méritait bien qu'on lui fasse quelques petites courbettes.

  1. Les moutons de Panurge
    Inventée dans le Quart Livre, cette expression sert à désigner une personne qui suit le groupe, la masse, sans trop se poser de questions. Voici (en gros hein) le résumé de la scène qui en est à l'origine : Pantagruel et ses petits copains, dont Panurge, croisent un marchand de moutons qui se fout de la gueule des sapes de Panurge. Ce dernier, un poil énervé, lui achète un mouton et le balance à la flotte. Tout le reste du troupeau suit le premier mouton, entraînant avec eux le marchand qui aurait clairement mieux fait de la boucler.
  2. Automate
    Eh oui les gens, c'est Rabelais qui a utilisé pour la première fois ce terme dans Gargantua pour désigner des petits engins qui se meuvent par eux-mêmes. Attention toutefois à ne pas vous méprendre : la technique de l'automate existait bien avant Rabelais, François a simplement inventé un mot simple et clair pour désigner cette technique.
  3. La substantifique moelle
    "C'est pourquoi fault ouvrir le livre et soigneusement peser ce que y est déduict. [...] Puis, par curieuse leçon et méditation fréquente, rompre l'os, et sucer la substantifique moelle, [...]." écrivait Rabelais dans le prologue de Gargantua. De là, nous est restée l'expression "extraire la substantifique moelle" qui nous permet régulièrement de faire le malin dans les soirées mondaines. Merci François.
  4. Quintessence
    Si ce terme d’alchimie désignait chez les philosophes anciens le cinquième élément qui venait s'ajouter aux quatre premiers (à savoir la terre, le feu, l'air et l'eau), Rabelais a été le premier à l’utiliser avec ce nouveau sens de "ce qu’il y a de meilleur dans une idée ou dans un objet".
  5. Anicroche
    Apparu en 1546 dans le Tiers Livre sous la forme "hanicroche", ce terme désigne une arme recourbée sous forme de bec. De nos jours, on l’emploie peu, certes, mais quand on l'emploie c'est surtout pour désigner une petite difficulté ou un obstacle.
  6. Haltère
    "Pour gualenter les nerfz, on luy avoit faict deux grosses saulmones de plomb, chascune du pays de huyt mille sept cents quintaulx, lesquelles il nommait altères...". Si le principe des haltères existaient depuis l'Antiquité, c'est Rabelais qui le premier a utilisé ce mot dans la littérature. Le "h" devant "altère" a été rajouté par la suite par souci de fidélité au mot latin "halter" qui veut dire contre-poids.
  7. Indigène
    C'est en effet dans Pantagruel, en 1532, que le mot a pour la première fois été utilisé en français. Il a ensuite été remis au goût du jour un siècle plus tard, sans doute pour désigner de façon pas très sympa les habitants des régions que nous commencions à coloniser en bons occidentaux que nous sommes.
  8. La dive bouteille
    Tirée du Cinquième Livre de Rabelais, l’expression comporte l’adjectif dive, diminutif de "divine". La Dive Bouteille, dont Panurge cherche l’Oracle, désigne tout simplement une bouteille de vin (n'oublions pas que chez l'ami François il est souvent question de bibine ou de bouffe).
  9. Pantagruélique
    Bon, là pour le coup l'origine est assez facile à deviner. L'adjectif pantagruélique vient évidemment du héros de Rabelais, Pantagruel qui, en plus d'être le roi de la blague scato, aime la bouffe plus que de raison. Avoir un adjectif rien pour soi c'est quand même la classe.
  10. Agélaste
    Dérivé du grec gelos, "rire", auquel on a ajouté un joli petit préfixe privatif, ce mot désigne dans la langue de Rabelais celui qui ne sait pas rire. Un terme qui, même s'il a été repris par Balzac, est sérieusement tombé dans l'oubli (pour notre plus grand regret).

Sans oublier que Rabelais a aussi été l'un des premiers à utiliser l'anagramme, la contrepèterie ou encore le calligramme.

Source

: Projet Voltaire