Nous vivons des temps troubles. Entre état d'urgence, manifestations qui poussent comme des champignons et nuées de micro­scandales qui pullulent sur la grande toile, on ne sait plus où donner de la tête. Je sais ce que vous ressentez. Vous n'osez même plus lâcher une caisse de peur de voir la foule sous vos fenêtres. Et pourtant, dans ce beau pays qu'est "La France" (à lire avec la voix d'André Malraux), vous avez la liberté de faire tout un tas de trucs, du plus incongru au plus douteux. Petit tour d'horizon des champions du vide juridique.

  1. Se promener topless
    Ici, on ne parle pas d'exhibitionnisme, qui est considéré comme un outrage à la pudeur. Celui­-ci condamne le fait d'exposer ses parties intimes en public. Cependant, si les parties intimes contiennent bien entendu le sexe, les plus tatillons remarqueront qu'on ne sait pas trop ce que ce terme englobe d'autre. Donc, mesdames, si l'envie vous prend de faire sauter le haut en pleine rue, ne vous gênez pas. On ne peut rien vous dire (d'autant plus que les mecs ne se gênent pas).

    Source photo : Giphy
  2. La zoophilie
    D'entrée de jeu, entendons-­nous bien. La zoophilie, c'est mal. Et pourtant, si vous êtes zoophile, on ne peut pas vous condamner. En effet, la seule façon de se retrouver en taule, c'est en se rendant coupable de maltraitance sur des animaux (en gros, il faut qu'il y ait une pénétration, oui on sait c'est dégueu). C'est à dire que si vous vous faites pincer en train de regarder la parodie porno de Flipper le dauphin, vous risquez tout au plus une thérapie.

    Source photo : Giphy
  3. Vendre de l'alcool à un enfant
    En France, il est des domaines où le poids des traditions a des conséquences exotiques. Ainsi, jusqu'en 2009 un bar avait le droit de servir du vin ou de la bière à un môme. Parce que, par chez nous, le vin, ce n'est pas de l'alcool. C'est du vin. Allez comprendre...

    Source photo : Giphy
  4. Prendre des substances hallucinogènes
    Certes, consommer de la drogue c'est illégal. Mais l'humanité étant en partie peuplée de petits malins, rien ne vous empêche de vous ravager à grands coups de médicaments ou en reniflant des produits ménagers. Eh ouais, le paradis artificiel est à la portée de toutes les bourses à la supérette du coin! Elle est pas belle, la vie ?

    Source photo : Giphy
  5. Reproduire des billets de banque
    Vous vous souvenez de ces aprems à la Corep pour imprimer le quart de la forêt vierge pour un TD qui n'a même pas été noté? Toutes ces heures passées à lire les interdictions de photocopiage ? Eh bien le contrebandier qui sommeille en vous va être déçu en apprenant que photocopier des billets de banque est autorisé. D'ailleurs, la BCE a émis tout un tas de directives qui encadrent cette pratique.

    Source photo : Giphy
  6. Créer une secte
    La France, en grand maître étendard de la laïcité, se refuse à condamner quelqu'un pour ses convictions religieuses. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle n'a toujours pas réussi à définir ce qu'est une secte, ce qui fait que vous pouvez monter un culte sur tout et n'importe quoi. Par contre, il ne faut pas enfreindre de libertés personnelles ni donner dans l'extorsion. Autant dire que dans ce contexte, créer une secte perd une grande partie de son intérêt ludique.

    Source photo : Giphy

Libère-toi, Peuple! Enfin, mollo, quand même...

Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :