Crédits photo (creative commons) : Jean-Pierre Houël

La Révolution Française a aboli la monarchie, la société d'ordres ainsi que les privilèges. Entre autres. Mais cet épisode charnière de l'histoire de France, fondatrice des bases de notre société et de notre république, a également abouti, principalement durant la période de la Convention, à une série de lois ou de décrets dont l'intérêt et le sens peuvent paraître aujourd'hui plus ou moins contestables :

  1. La suppression du calendrier grégorien et la mise en place du calendrier républicain, avec des « semaines » de dix jours
    Afin de faire de la France un État et un territoire complètement déchristianisé, la Convention décide de faire tabula rasa du passé religieux et de faire débuter le nouveau calendrier républicain au jour premier jour de la République, soit le 22 septembre 1792. La naissance du Christ, désormais, on n'en a plus rien à foutre, et on ne parlera plus de janvier, de février ou de mars, mais de vendémiaire, brumaire ou de frimaire. République 1, Dieu 0.
  2. La démolition des clochers
    Parce que les églises ne sont plus forcément très bien vues en France, la Convention décide de les faire taire, et d'en détruire les cloches, qui sont parfois fondues en même temps que l'argenterie trouvée dans les églises. Et pourtant, on est toujours réveillé le dimanche matin par l'église du coin. Comme quoi les mecs n'ont pas franchement terminé le boulot...
  3. La loi des suspects
    Les nobles, les parents d'émigrés, les fonctionnaires destitués, les prêtres réfractaires, les officiers suspectés de trahison, les royalistes, les républicains pas assez zélés...Tout ce beau petit monde est considéré comme un suspect potentiel durant la période conventionnelle, et était donc susceptible de faire connaissance avec le tribunal révolutionnaire, le bourreau, et la guillotine de la place de la Concorde...Vous l'auriez moins ouverte votre grande gueule à cette époque, tient.
  4. Les changements de noms de lieux
    En 1793, la Convention décide la modification, pour ceux qui le souhaitent, du nom des villes et des villages commençant par "Saint" ou "Sainte". L'objectif de cette manoeuvre extrémiste ? Supprimer de l'imaginaire collectif tout souvenir qui pourrait évoquer la royauté et l'absolutisme monarchique. Du coup, la ville de Fontenay-le-Comte devient "Fontenay-le-Peuple" et celle de Saint-Bonnet-le-Froid devient "Bonnet-Libre". On n'a pas dit que ça devait sonner classe. Juste que ça devait pas sonner royaliste ou chrétien. C'est tout.
  5. La mise en place du "certificat de civisme"
    Sorte de petit papier qui permettait de prouver que vous étiez un bon petit républicain, et que votre conduite était, d'un point de vue moral ou politique, parfaitement irréprochable. Au cas où le Conseil Général de la Commune de Paris ne jugerait pas bon de vous le délivrer, vous seriez considéré immédiatement comme un suspect, et donc comme de la chair à guillotine. Et vous qui vous plaignez de vos cours d'éducation civique...
  6. Le culte de la Raison et de l'Être suprême
    Le 7 mai 1794, la Convention décrète que le peuple français reconnaît désormais l'existence de l'Être Suprême, sorte d'absolu moral légitimant la loi et ses dérives, remplaçant du dieu chrétien, juif, et de je ne sais quelle autre entité divine. Après la période de déchristianisation de la France, voilà Robespierre qui débarque avec un concept rigolo, issu de Rousseau, qu'il impose aux Français et à la République. Parce que, tout de même, quand on a tout plein de pouvoir, on peut faire passer tout et n'importe quoi...
  7. La peine de mort contre les accapareurs
    C'est-à-dire que ceux qui emmagasinent les denrées alimentaires plutôt que de les mettre sur le marché sont automatiquement condamnés à mort. Estimez-vous heureux de pouvoir capitaliser dans un livret A à 2,5% comme de bons petits égoïstes que vous êtes.
  8. La levée en masse
    Vous avez entre 18 et 25 ans, vous êtes détenteur d'un pénis et n'avez pas (encore) de jambe de bois ? Ben c'est parfait, vous allez nous faire le plaisir d'aller crever gentiment sous le drapeau de la République pour aller défendre la patrie et la vertu aux frontières du territoire. Vous êtes profondément opposé à la Révolution et avez l'habitude de porter un tee-shirt "I love Marie-Antoinette" ? Ben vous allez passer par la case tribunal révolutionnaire/guillotine. À vous de choisir votre mort, en fait. Les droits de l'homme, la liberté, c'est pas que des mots hein.
  9. Confiscation des biens des personnes reconnues ennemies de la République
    Parce qu'il ne suffit pas d'emprisonner ou de supprimer les personnes qui ne sont pas d'accord avec nous. Tant qu'à faire, autant s'accaparer l'ensemble de ses possessions, histoire de bien lui foutre la rage et de regretter de ne pas être républicain. Et toc.
  10. La loi contre les Anglais
    Qui consiste à encadrer et à limiter le commerce avec les résidents de l'autre côté de la Manche. Parce que lorsque l'on n'est pas capable de défoncer un adversaire par la force, comme le font les puissances normalement constituées, ben on le prive (pas trop, mais un peu) de tout échange commercial avec nous ! Ahahahah (rire diabolique).

Et vous, vous êtes plutôt République ou Monarchie ?