Précoce, c’est large comme terme, mais je vais évacuer direct la blague, ce top ne parlera pas de performances sexuelles. On va donc se consacrer sur ces petits bonhommes de l’Histoire qui ont réussi à se faire un nom avant leurs 25 ans. La plupart d’entre eux a même réussi ça avant d’avoir l’âge de conduire une voiture, et ça, c’est beau.

1. Louis XI, fais pas chier papa

Fils du Roi Charles VII, Louis XI boute de l’anglois à partir de ses 14 ans. Un psy dirait que c’est normal d’avoir de la colère à cet âge là. A seulement 17 ans, il convainc quelques nobles de son père que ce dernier est un con qui comprend rien de toute façon. Son père ne le laisse pas faire, mais lui donne le gouvernement du Dauphiné pour le calmer. Ça va pas vraiment marcher, puisqu’il va y passer le plus clair de son temps à se faire des nouveaux potes, comme le pape, et à continuer à bolosser les Anglais et les petits seigneurs qui voudraient leur indépendance. A 24 ans, il déclare à son tour l’indépendance du Dauphiné, prouvant par la même que le psy avait dû mal faire son taf pour qu’il ait autant de problèmes avec son père.

Il finira par accéder au trône, où il fût l’un des rois les plus influents de l’Histoire de France, et certainement le plus stylé.

Source photo : Giphy

2. Elon Musk, à bientôt sur Mars

Né en 1971 en Afrique du Sud, le petit Elon n’était pas exactement une star dans son collège. A seulement 12 ans, quand tous les ados du monde ne cherchent qu’à cacher leurs boutons ou à pécho la petite Vanessa dans les chiottes, lui lisait 2 bouquins par jour et vendait ses premiers jeux vidéos, qu’il faisait évidemment lui-même. Ça lui a valu une scolarité très compliquée. Et par très compliquée, j’entends qu’il se faisait régulièrement tabasser. Mais plutôt que de revenir avec un AK47 pour faire un carton, il part au Canada à seulement 17 ans pour ses études. Mais il faut les financer, ces études. Et il va prouver qu’il est un nerd de niveau golden : il snobe le job chez McDo, loue une fraternité et y organise des monster soirées, accueillant jusqu’à 1000 personnes, pendant que lui geeke dans sa chambre. Il commence à se faire des couilles en or. Puis, à seulement 24 ans, il fonde Zip2, éditeur de contenu, qu’il vendra plus tard des centaines de millions de dollars. Ça y est, il est lancé à vive allure sur l’autoroute du succès, et moi je le suis péniblement sur la départementale de la jalousie.

Par la suite, il participera à la création de Paypal, de Tesla motors, et surtout de SpaceX, qui va ringardiser Saint-Tropez d’ici 2 ans, quand toutes les grosses stars internationales mettront grâce à lui leur yacht de l’espace en orbite autour de Mars.

Source photo : Giphy

3. Malala Yousafzaï, même pas peur

Née en 1997 au Pakistan, Malala commence à seulement 11 ans un blog donnant son point de vue sur l’éducation et sa vie sous la domination des Talibans. A. SEULEMENT. 11. ANS. Essayez un peu de comparer ça avec votre skyblog de l’époque. Et vous ne risquiez pas de vous faire exécuter pour ce que vous y postiez, vous. Son blog gagne une petite renommée, et ça, une fille qui milite pour les droits de la femme, ça plaît pas à tout le monde, après c’est qui qui va faire le ménage et s’occuper des enfants ? Du coup elle manque de peu de se faire assassiner alors qu’elle n’a que 15 ans, vraisemblablement par des talibans. Smart moove de la part de ces génies, puisque cette action lui offre une renommée internationale. En 2013, à seulement 16 ans, elle rencontre Obama et la reine d’Angleterre, pendant que je terminais ma troisième saison de ligue des masters sur PES 2006. L’année d’après, elle gagne le prix Nobel de la paix, ce qui en fait la plus jeune lauréate de l’Histoire.

Source photo : Giphy

4. Blaise Pascal, jeune premier

Né en 1623 en France, le bon Blaise vous aurait fait complexer sur votre intelligence si vous étiez dans la même classe que lui. A seulement 11 ans, il écrit le « traité des sons et des corps vibrants », qui fait la démonstration de la 32ème démonstration d’Euclide, et le fait que je n’ai aucune idée de ce que c’est me laisse penser que c’est pas un truc de demi-gogole. A 16 ans, il pose carrément son nom sur un théorème de géométrie, puis invente 3 ans plus tard la pascaline, ancêtre de la calculatrice. Autodidacte, il a tout appris en bouquinant.

Source photo : Giphy

5. Thomas Edison, la thug life porte un nom

Petit thug en herbe, il se fait virer de son école à 7 ans pour gagner en street cred. Puis il perd tout le respect que le ghetto lui accordait en passant sa vie à lire des bouquins. Autodidacte, il se créée son propre laboratoire à seulement 10 ans, puis écrit, imprime, et publie son propre journal hebdomadaire à 12 ans. A 13 ans, il a la chance de devenir sourd. Je dis la chance, parce que pour lui, c’était une bénédiction : plus besoin de parler aux gens, ce qu’il considérait comme une perte de temps. Il devait pas avoir beaucoup d’amis sur facebook. A 21 ans, il invente une machine de comptage de votes que le gouvernement américain refuse car… trop rapide. A 22 ans il améliore le téléscripteur de la bourse de New York. A 22 ans, je fais des tops sur les pieds moches. J’imagine qu’il faut de tout pour faire un monde.

Source photo : Giphy

6. Franz List, l'autre Mozart

Né en 1811 en Hongrie, le petit Franz commence le piano à seulement 6 ans, et s’en sort pas trop mal. Et par pas trop mal, j’entends qu’il fait une tournée européenne à seulement 12 ans. A 13 ans, il a déjà composé un opéra et 12 études. Sa trajectoire ressemble beaucoup à celle de Mozart. Sa carrière ne s’arrête pas là, puisqu’il aura modernisé la technique de piano et influencé 2-3 mecs dont vous avez peut-être entendu parler : Wagner, Berlioz, et pas mal d’autres.

Source photo : Giphy

7. Srinivasa Ramanujan, le fun est présent

Né en 1887 en Inde, Srinivasa était pauvre et… autodidacte. Original, ça dis donc. Comme il se faisait chier en cours, il les séchait et utilisait son temps libre pour engranger des quantités de fun monumentales. A étudier les maths, quoi. A 13 ans, il commence déjà à découvrir des théorèmes. Apparemment, ses camarades de l’époque avaient du mal à le comprendre, tiens, ça alors c’est surprenant.

À 17 ans, il avait étudié en profondeur les nombres de Bernoulli et avait calculé la constante d’Euler jusqu’à 15 décimales, ça vous parlera peut-être, moi je suis perdu mais en tout cas ça me fait peur. Il a trouvé environ 3 900 formules mathématiques qui ont pratiquement toutes été démontrées comme exactes par la suite. Et il est mort à 39 ans, ça fait 100 formules par an, une tous les 3 jours.

Source photo : Giphy

8. Evariste Galois, la valeur n'attend pas le nombre des années

Né en 1811 en France, ce type a quand même donné son nom à une branche des mathématiques dont il a posé les prémisses, la théorie de Galois. Encore une fois, c’est compliqué de parler de maths quand y comprend quetchi. Mais ce que je peux vous dire, c’est que beaucoup de ses travaux de l’époque sont toujours étudiés aujourd’hui, dont sa « théorie de l’ambiguïté ». Et tout ça il l’aura fait avant ses 20 ans, âge où il mourra au cours d’un duel pour une gow. Bon, ça c’était pas très malin par contre.

Source photo : Giphy

9. Carl Friedrich Gauss, meilleur que le meilleur de tes profs de maths

Né en 1777 en Allemagne dans une famille pauvre (ouin ouin), le cerveau de mon bon Carlito est repéré par un Duc local à seulement 15 ans. Du coup, il a une bourse et part à l’université. Durant cette période, il utilise son gros cerveau pour changer la face des maths. Selon Wikipédia, « il formule la méthode des moindres carrés et une conjecture sur la répartition des nombres premiers, conjecture qui sera prouvée un siècle plus tard ». Si quelqu’un est chaud pour m’expliquer tout ça bénévolement, qu’il me contacte sur Google+. Il obtient un doctorat à seulement 22 ans. Surnommé « le prince des mathématiciens », il est considéré comme l’un des plus grands mathématiciens de tous les temps. Mais pas que : le bonhomme faisait aussi de l’astronomie sur son temps libre, et apparemment c’était pas le plus mauvais non plus.

Source photo : Giphy

10. Hugo Grotius, petit prince du droit

Né en 1583 aux pays-bas, ce petit bonhomme intègre à seulement 11 ans l’université de Leyde. À 13 ans, il modifie et améliore l’encyclopédie latine de Martianus Capella. Publiée en 1599, sa version restera une référence pendant plusieurs siècles. Vous l’aurez compris, ses rédactions en cours de français étaient probablement meilleures que les vôtres. A 15 ans, il rencontre Henri IV, qui dit de lui, en toute simplicité, qu’il s’agit du « miracle de la Hollande ». A seulement 18 ans, les Pays-Bas le chargent d’écrire le récit national si cher à François Fillon. Il est avocat à seulement 19 ans, puis avocat général de la Hollande à 24. Pamal. Sinon, il est aussi le fondateur du droit international public, sans forcer.

Source photo : Giphy

Allez, au boulot, vous n’avez plus beaucoup de temps pour devenir comme eux.

Sources : Linternaute, Fier Panda, Wikipédia