Crédits photo (creative commons) : Supporters for the Health and Right of People in Semiconductor Industry

Public Eye récompense chaque année les entreprises les plus décomplexées en matière de gestion et de sécurité. Celles qui font passer leur profit avant tout, parce que les scrupules, c'est pour les faibles. Et ce n'est pas en étant éco-responsable et soucieux des Droits de l'Homme qu'on fait des bénéfices. Voici donc les Six entreprises nommées cette année. Vous pouvez encore voter ici.

  1. Barclays : c'est bien connu, les pauvres c'est fait pour être très pauvres, et les riches très riches. Barclays l'a bien compris, et cette banque britannique s'est spécialisée dans la spéculation sur les produits alimentaires. Ajoutons à son crédit (banque...crédit...drôle.) 44 millions de personnes plongées dans ce qu'il convient d'appeler une merde noire, du fait de l'augmentation massive des prix de ces produits. Les pays du Sud, et plus particulièrement les femmes, vont découvrir les joies de la tarte aux cailloux. Merci qui?
  2. Freeport McMoran : Freeport (Arizona), ce sont d'abord des chiffres: 45 ans d'exploitation minière en Papouasie au détriment de l'éco-système-la nature, c'est dégueulasse de toutes façons. 230 000 tonnes de gadoue assaisonnée aux métaux lourds-mais-non-c'est-pas-dangereux, déversées dans un périmètre de 10 km (prend ça la flore!), le tout servi en grosse couche de 15 mètres de haut asphyxiante (prend ça la faune!). Patrimoine mondial, d'accord, mais à un moment faut choisir si on veut de l'or et du cuivre ou des salades. Sans oublier les grévistes abattus par la police et les syndicalistes menacés de mort suite aux grèves de 2011.
  3. Samsung : très taquin, le plus gros conglomérat de Corée du Sud a omis de préciser à ses esclaves travailleurs que les produits utilisés étaient très toxiques, voire même interdits. De toutes façons, ces ouvriers ne travaillent pas bien longtemps puisqu'on dénombre 140 cancéreux et 50 morts. Ça y va les RTT...Amnésique également, puisque Samsung nie toute responsabilité, opprime les syndicats et ne crache pas sur la corruption. Aux grands maux les grands remèdes...
  4. Syngenta : le plus grand producteur agrochimique mondial s'est spécialisé dans l'herbicide paraquat, interdit en Europe. Qu'à cela ne tienne, Syngenta le refourgue aux pays du Sud (traduction: les miséreux). Le fait d'avoir empoisonné 90% de l'eau du Middle West à l'atrazine n'a pas l'air de trop gêner cette entreprise suisse, très soucieuse de son image puisqu'elle a entamé une campagne de diffamation à l'encontre d'un scientifique dénonçant leurs méthodes. Saloperie de hippie.
  5. Tepco : la plus grande compagnie d'électricité du Japon s'est illustrée pour sa négligence en matière de sécurité, alors que c'est pourtant pas bien compliqué. Au moins, on y voyait clair dans les baignoires de Fukushima le 11 mars 2011...
  6. Vale : la deuxième plus grande entreprise du Brésil, deuxième plus grand groupe minier et premier producteur de minerai de fer mondial se donne un mal fou pour obtenir son award. Une tradition de conditions de travail façon Goulag et de mépris total de la nature vieille de 70 ans a permis à Vale d'entreprendre la construction d'un barrage en Amazonie qui mettra dehors 40 000 personnes, avec pour tout dédommagement un coup de pied au cul. C'est ce qui s'appelle avoir la gagne.

Source: Public Eye

Hey, on vient de sortir notre premier jeu de société ! Commande-le dès maintenant.