Non, il n’y a pas qu’au lycée que les gens font des coups de pute. Et tu peux mettre tes histoires de crème dépilatoire au placard, parce que lorsqu’il s’agit de personnages historiques, le coup bâtard se fait aussi à base de meurtre.

1. Alcibiade

Alcibiade était beau, Alcibiade était jeune, mais Alcibiade était la plus grosse bitch de l’Antiquité grecque. À l’époque, pour la faire courte, c’est la guerre du Péloponnèse, les cités grecques se tapent dessus et, plus particulièrement, Athènes et Sparte. Mais une paix est négociée entre les deux cités, ce qui gênait les ambitions d’Alcibiade qui se démerde pour continuer la guerre. Après des petits soucis, il se fait jeter hors d’Athènes à coups de pied au cul. Le type finit par trouver refuge à Sparte et retourne tout simplement sa veste pour les aider à maraver les Athéniens. Après quoi il a aussi dû se barrer de Sparte, entre autre parce qu’il faisait zigzig avec la femme du roi. Après quelques péripéties qui l’amèneront en Perse, le mec retournera quand même à Athènes pour y continuer tranquille une carrière politique. Comme il avait un peu tout le monde sur le dos, il a fini par se faire assassiner. L’histoire est beaucoup plus complexe et on livre un putain de résumé, mais Alcibiade a fasciné des générations d’être-humains par sa putasserie.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

2. Brutus

On connaît tous l’histoire de Brutus. Le monsieur était le fils adoptif de Jules César, à une époque où le pouvoir de celui-ci devenait de plus en plus important. Jules s’était quand même fait nommer dictateur à vie. Il finit par envisager de se faire couronner roi. Pour des raisons historiques, les Romains ont la royauté en horreur, ce qui sème le trouble parmi les élites, notamment chez son fils, Brutus, partisan de la république romaine. C’est donc pour préserver la République que Brutus a fait couic couic César, son papa adoptif et ami. Mais bon, tuer son père, c’est quand même un sacré coup de pute.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

3. Francisco Pizarro

Pour commencer, Francisco était un conquistador sanguinaire qui n’a pas hésité à tuer plein plein d’Incas pour coloniser l’Amérique. Mais comme si cela ne suffisait pas, le bonhomme a pratiqué le coup bâtard avec une puterie rarement égalée. En pleine conquête de l’empire inca, Pizarro demande une entrevue avec l’empereur Atahualpa. Loin d’un simple rendez-vous, Pizarro en profite pour le prendre par surprise et le capturer. Le conquistador a alors demandé un gros paquet d’or comme rançon pour sa libération. Sauf qu’après avoir reçu le pactole, l’empereur n’a pas été libéré mais exécuté ! Allez hop, au bûcher !

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

4. Mir Jafar

Mir Jafar était du genre prêt à tout pour avoir le pouvoir, et au XVIIIe siècle, alors que les Anglais commencent à conquérir les Indes, il convoitait le trône de son neveu, Siradj al-Dawla, nabab du Bengale. Il a donc comploté avec les Anglais pour l’obtenir, permettant à ces derniers d’aller faire un joyeux massacre au Bengale. Évidemment, Siradj al-Dawla n’a pas fait de vieux os, Mir Jagar est ensuite devenu un souverain fantoche à la solde britannique. Bref, une histoire tout de même assez compliquée et, non, ce n’est pas un hasard si le méchant d’Aladin s’appelle Jafar.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

5. Talleyrand

Talleyrand est un homme politique français de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Même s’il était un diplomate de génie, il s’est taillé une grande réputation historique en matière de coups de pute. Au cours d’une carrière très longue, il a notamment été ministre de Napoléon, jusqu’au moment où il s’est mis à comploter contre l’empereur avec l’Autriche et la Russie. Celui qui, d’ailleurs, avait participé à la Révolution finira ministre lors du retour de la monarchie française en 1815… Vous voyez l’erreur ? Certains disent qu’il a défendu un équilibre européen plutôt que les intérêts du pouvoir, mais comme je suis mauvaise langue, je dirai simplement qu’il était une sacrée bitch. De toute façon, ce point est trop petit pour développer la complexité du monsieur.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

6. Coco Chanel

Coco Chanel, la brillante styliste, n’en avait pas moins une part d’ombre. Elle n’était d’ailleurs pas réputée pour être la femme la plus sympathique du monde. Et quand il s’agissait de défendre ses intérêts, elle était prête tout. C’est ce qu’il s’est passé durant la Seconde Guerre mondiale. Pour commencer, elle licencie toutes ses ouvrières, officiellement pour ne « pas habiller des veuves », mais c’était en vérité une vengeance envers celles qui avaient fait grève quelques années auparavant. Elle a aussi tenté d’utiliser les lois raciales pour récupérer les parts de son entreprise qui appartenaient à une famille juive, les Wertheimer, réfugiée aux États-Unis. Des documents récents tendraient d’ailleurs à montrer qu’elle a aussi servi d’agent double pour les nazis

Source photo : Giphy

L’histoire, cette pute.

Source : Listverse