À bien y regarder, tous les films de super-héros, obéissent au même cahier des charges. Il y a bien sûr des exceptions, mais elles sont rares. Passage en revue des plus gros clichés...

  1. Le super-héros a du mal avec les nanas
    Souvent physiquement gâtés, les super-héros galèrent pourtant comme des mules quand il s'agit d'emballer. Quelques exemples : Peter Parker fait moins le malin quand il n'est pas Spider-Man et s'apparente plus ou moins à un geek transi d'amour mais incapable de passer à l'acte ; Thor est un gros bourrin focalisé sur son gros marteau ; Hulk s'inquiète légitimement quant aux effets secondaires de sa gestion catastrophique de la colère pendant l'acte ; Iron Man est un partouzard pas foutu d'entretenir une relation digne de ce nom ; Captain America semble s'en foutre royalement et la Veuve Noire a des goût vraiment étranges (elle est amoureuse de Hulk, c'est dire...).

    SpideyKiss
  2. Personne ne reconnaît le super-héros quand il porte son costume
    Sont évidemment exclus ceux qui assument leur super-statut (Iron Man, Captain America et cie). Pour les autres, le mystère persiste depuis la nuit des temps. Une paire de lunettes et une mèche suffisent à faire de Superman le gentil et inoffensif Clark Kent. Lois Lane n'y voit que du feu. Batman lui, n'a qu'à se camoufler le haut du visage pour enfumer tout le monde. Au fond, il est beaucoup plus simple d'avoir une double-vie quand on côtoie des personnes aussi peu physionomistes.
  3. La loi est souvent opposée au héros, auquel elle met de sérieux bâtons dans les roues
    Batman n'a jamais été très populaire auprès des flics. Superman aussi est considéré comme une menace potentielle et le fait qu'il détruise la moitié de New York n'aide pas vraiment à son intégration. Les X-Men sont carrément chassés comme du gibier et l'armée considère qu'Iron Man devrait céder les droits de son armure au gouvernement. Moralité : pour sauver le monde, il faut aussi jouer au rebelle.

  4. Le super-héros ont de supers traumatismes
    Entre Peter Parker qui n'arrive pas à gérer la mort de son Oncle Ben, Superman et ses éternelles questions quant à ses origines extraterrestres, Batman et son désir de vengeance sur les meurtriers de ses parents, le Punisher qui ne peut pas s'empêcher de buter tous ceux qui lui cherchent des noises histoire d'évacuer la rage accumulée depuis le massacre de sa famille, Iron Man et ses problèmes irrésolus avec son père, Robin et son homosexualité refoulée... Des candidats idéaux pour les psychiatres.

    not my war
  5. Les super-héros détruisent tout dans l'impunité la plus totale
    Dans Man of Steel, Superman met un sérieux souk à New-York, tout comme les Avengers dans le film qui leur est dédié. Quand ils débarquent, les X-Men pulvérisent tout sur leur passage et quand Thor lance son marteau, en général, les assureurs ramassent les pots cassés. Et que dire de Hulk, le géant vert passé maître dans l'art de la destruction massive ? À la fin des films, quand le méchant mort la poussière, en général, il ne reste qu'un gros tas de ruines. Les conséquences ? Aucune.

    thor
  6. Les super-héros s'entraînent comme des brutes
    Impossible d'y couper, sauf si on est super-man. Pour les autres, que l'on soitPeter Parker et ses jets de toile incontrôlés, Tony Stark qui construit son armure et apprend à s'en servir, Steve Rogers qui découvre ses muscles tout neufs, Bruce Banner qui fait connaissance avec son alter-égo vert de rage, Ant-Man et sa combinaison rétrécissante... tous s’entraînent. En général, en quelques minutes, grâce à un montage astucieux, le mec lambda se transforme sous nos yeux en demi-dieux vêtu de spandex.

    batman train
  7. Un super-vilain, ça se combat au corps à corps
    Jamais à l'arme nucléaire. Ni même au lance-roquettes. Non, il faut que les représentants respectifs du bien et du mal s'explique à coups de beignes, et en général, le super-méchant se détruit lui-même, pour que la morale soit sauve.
  8. Dès qu'il y a plus de 3 super-héros associés, il y en a forcément un qui est un gros bourrin
    Alors qu'à la base, les mecs, ce sont tous des super-héros. Mais c'est comme pour les dealers de The Wire, à un moment, "we need muscle"..

    thing
  9. Le ou la petit(e) ami(e) du super-héros finit immanquablement par être kidnappé()e
    Demandez à Mary-Jane, à Pepper Potts ou encore à la nana de Batman... Petit(e) ami(e) de super-héros, un vrai métier à risques...

    maryjane
  10. On nous fait croire que le héros est mort... et puis non !
    Qui a envie de voir un mec invincible poutrer les méchants sans faillir ? Même Superman a sa cryptonite et fatalement, tôt ou tard, il s'en prend une sur le coin de la tronche qui le laisse sur le carreau. Mais un super-héros ne meurt jamais (vraiment) et à vrai dire, un super-méchant non plus. Et même quand ça arrive, on vous fera un reboot dans 5 ans, et vous irez encore le voir...

    iron
  11. (bonus) Le méchant est plus fort que le héros mais finit toujours par l'avoir dans l'os
    C'est à croire qu'ils le font exprès. À chaque fois, ça ne rate jamais. Le méchant se fait enfler par un type moins puissant, dont le seul avantage est finalement d'avoir la morale de son côté.

    joker
  12. Quel est votre cliché de super-héros préféré ?

    Sources: What Culture, Superhero Nation

    Crédit photo : Paul Anderson