Avec plus d’1 million de visiteurs en 2017, le château de Chambord est l’un des monuments les plus plébiscités par les touristes en France. C’est aussi probablement le château le plus célèbre après celui de Versailles et l’un des plus illustres représentants du passé monarchique de notre pays. Chambord qui, comme tout bon château qui se respecte, cache quelques secrets et recèle d’histoires passionnantes…

1. François 1er n'y séjourna que 50 jours

Pas peu fier d’avoir remporté la bataille de Marignan en 1515, le roi François 1er décida de fêter sa victoire en grande pompe et commanda la construction d’un château à la mesure de sa grandeur. Un endroit entouré d’un gigantesque domaine dans lequel il pourrait librement chasser. Pourtant, il y passa donc moins de 2 mois… C’est d’ailleurs Louis XIV qui acheva sa construction. Pas tout seul hein car il fut un peu aidé…

2. On y trouve un escalier révolutionnaire

Les visiteurs qui ont eu la chance de pénétrer dans le château ont pu en faire l’expérience. Un escalier à double révolution, inspiré par les travaux de Léonard De Vinci, qui permet à deux personnes de monter les marches sans jamais se croiser, tout en se voyant. C’est assez fascinant. Un bon moyen pour le roi d’emprunter les escaliers tout en étant sûr qu’il n’aurait jamais à subir l’atroce affront de croiser l’un de ses serviteurs.

3. Le château a pour emblème la salamandre

Enfin, c’est plutôt François 1er qui choisit cet animal comme emblème. Mais vu que c’est lui qui a commandé Chambord, on la retrouve un peu partout. Plus de 300 fois pour être un peu plus précis. Sur les plafonds ou les murs ! Un bon jeu pour occuper les enfants pendant la visite : trouver toutes les salamandres.

4. Le parc est super grand

Et quand on dit qu’il est super grand, cela signifie que sa taille équivaut à celle de Paris intra-muros. C’est le plus grand parc clôturé de toute l’Europe, avec 5440 hectares. Plein d’animaux y vivent et la flore est tout aussi exceptionnelle. On peut le visiter à pied, à cheval, à vélo ou en calèche. On peut aussi louer de petits bateaux, même si ces derniers ne vont bien sûr pas partout.

5. Le château aussi est grand

Et si le parc est immense, le château n’est pas mal non plus dans son genre. Chambord en chiffres, c’est 282 cheminées, 83 escaliers et 426 pièces dont seulement 60 sont ouvertes aux visiteurs.

6. Il s'agit d'un véritable musée

Le château abrite 4500 œuvres d’art. Des peintures, du mobilier ou encore des objets divers et variés et autres tapisseries constituent une visite assez passionnante, en forme de voyage dans le temps. Surtout quand il s’agit de découvrir les appartements d’époque, superbement conservés.

7. C'est le seul domaine royal totalement intact depuis sa création

Incroyable non ?

8. Le château doit beaucoup à Léonard De Vinci

Et cela même si le génie tira sa révérence quelques mois avant le début des travaux. Plusieurs détails indiquent que De Vinci aurait peut-être travaillé sur les plans. Surtout qu’à l’époque il était architecte de la cour. Quoi qu’il en soit, son influence est indéniable.

9. Le domaine et le château furent pillés pendant la Révolution

Symbole de la puissance du roi, le château de Chambord n’échappa en rien à la révolte du peuple. C’est ainsi que les habitants des villages aux alentours déboulèrent à Chambord et coupèrent les arbres tout en dévastant une bonne partie du domaine. Même les animaux, qui n’avaient, comme d’habitude, rien demandé à personne, furent massacrés.Quasi miraculeusement, le château ne fut pas détruit. Comme Versailles d’ailleurs, qui fut aussi épargné par la colère de la populace.

10. Chambord fit office de réserve pour certaines œuvres d'art pendant la Seconde Guerre mondiale

Paris étant au centre du conflit, beaucoup d’œuvres, comme la Joconde, furent amenées à Chambord. 37 convois contenant 3690 tableaux quittèrent la capitale pour Chambord (mai aussi pour d’autres châteaux et lieux, situés plus au sud, comme le château de Saint-Blancard dans le Gers).Par chance, même si parfois cela ne se joua qu’à quelques kilomètres, Chambord échappa aux bombardements.

Quel « Chambordement » !