Voilà c’est fini…A 24 heures près, 2 séries majeures de la télé US nous quittent : « 24 » (« 24 heures chrono » pour les puristes francophones) et « Lost » ( « Lost : Les disparus » pour les puristes francophones). Sortez vos mouchoirs : 2 tops au bord des larmes pour rendre un dernier hommage à 2 séries qui le méritent, et celui qui pense pas comme moi eh ben c’est pareil. Series Finale pour « Lost » Dimanche 23 sur ABC, Series finale pour « 24 » Lundi 24 (tiens tiens…) sur FOX. Avant la fin de la grand messe, 10 bonnes raisons d’aller faire un tour dans la jungle une dernière fois. Goodbye my friends…

  1. Parce que l’épisode pilote de « Lost » restera probablement dans la mémoire collective pendant encore longtemps : Gros plan sur une pupille qui s’ouvre. Un homme, en costume, se réveille, paniqué, au milieu des bambous. Un labrador s’approche, frôle l’homme en costume et s’en va en vitesse. L’homme se lève, son costume est abîmé, et une douleur violente aux côtes le fait souffrir. Il fouille sa poche, y trouve une mignonette d’alcool, la remet dans sa poche, et se met à courir à travers les bambous. Sur un des bambous, une chaussure est suspendue. L’homme arrive sur une plage, déserte. Il scrute l’environnement de droite à gauche, puis continue son chemin sur la plage, essoufflé. Au détour d’un petit arbre, il s’arrête et observe la scène. Chaos. Confusion. Morts. Réacteur d’avion en feu. Flashbacks. 121 épisodes plus tard, toujours l’un des meilleurs.
  2. Pour ses personnages: dans la grande tradition des « ensemble shows » (beaucoup de personnages principaux et le double de personnages secondaires), chaque spectateur aura son personnage préféré, celui qui l’aime le moins, celui qu’il adore détester, celui qui fait fantasmer, celui qui fait pitié….bref, chacun peut s’y retrouver et s’identifier, et donc apprécier la série comme s’il était le seul à la regarder. Du grand art.
  3. Pour son casting : Terry O Quinn incarnant John Locke le prophète, Josh Holloway jouant Sawyer le salaud magnifique, Henry Ian Cusick le british Desmond ou Michael Emerson le plus-que-flippant Benjamin Linus,… Même si chacun trouvera tel ou untel moins bon que d’autres, « Lost » a globalement réussi son casting et a contribué à faire d’eux des stars. Espérons que chacun retrouve un rôle à hauteur de son talent.
  4. Pour sa narration : Flashbacks/Flashforwards/Flashsideways…Mais où vont-ils chercher tout ça ??? Quasiment révolutionnaire pour un show diffusé à heure de grande écoute sur une chaîne nationale, « Lost » aura retourné le cœur et l’esprit de ses téléspectateurs à maintes reprises, sans en perdre beaucoup…Un miracle.
  5. Pour ses références : il faudrait 25 « Top 100 » pour établir la liste complète des références utilisées par Cuse et Lindelof et leur équipe d’auteurs dans « Lost », autant dire pas là non. On peut néanmoins citer en vrac : « Sa majesté des mouches », « Robinson Crusoé », « Retour vers le futur », La Bible, « L’ile du docteur Moreau », « Jurassic Park », l’Ancien et le Nouveau Testament, la mythologie égyptienne, des mathématiciens et philosophes au nom douteux,… « Lost » est une série foutraque, vibrante, et pleine. Et quitte à (forcément) engendrer des défauts (omniprésence de théories plus ou moins fumeuses, réponses inexistantes à certaines questions importantes,…) , ça lui fait au moins autant de qualités…
  6. Pour son entrée dans la Pop-culture mondiale : Avec autant de mystères, de façons de raconter son histoire, son nombre de personnages, et son univers commercial pensé de A à Z (jeu de pistes interactif sur le web, fausses pubs d’ « Oceanic Airlines »,…), il était normal que les auteurs et les fans du monde entier lui rendent hommage. Entre parodies de fans sur youtube, références dans d’autres films ou séries télé (« Chuck » ou « Kick Ass » pour ne citer qu’eux), « Lost » fait désormais partie du patrimoine audiovisuel mondial, et augmente d’autant plus la pression quant à sa conclusion…Certains ne pardonneront peut être pas si la fin n’est pas la hauteur.
  7. Pour sa fin, forcément frustrante : A l’heure ou sont écrites ces lignes (et probablement publiées), il reste donc au moins 2 épisodes (ou un épisode double, c’est selon) à découvrir. Les pions ont donc été avancés, les pertes comptabilisées, les forces « équilibrées ». Le grand mystère devrait prendre fin…Pour tout ? probablement pas. Certaines questions, même si elles trouvent leurs réponses, devraient engendrer une panique mondiale (krach boursier à prévoir en début de semaine, si si) des pertes de cheveux massives, et des cris de fureur sur l’ensemble de la planète. Comme pour les personnages, « Lost » possède une fin relative à chaque téléspectateur, qui s’est fait sa propre idée sur la façon de conclure. Donc au final, ca devrait quand même faire des millions (que dis-je ? des milliards) de déçus…Alors on prie pour que ce soit notre fin à nous qui ait était écrite…pour les autres, un Lexomil et au lit.
  8. Pour la fin de la saison 3 : jamais une série n’aura autant jouée avec les nerfs des spectateurs. Visages changés mais pas trop, un cercueil mystérieux, une barbe,…et là c’est le drame : « We Have To Go back Kate !!!!! We Have to Go back !!!! » Bam ! Ni vu ni connu je t’embrouille et t’envoie dans le futur. Les derniers réticents qui n’étaient pas partis après la saison 2 (jugée à l’unanimité comme la plus faible) étaient récompensées par un twist magistral, faisaient entrer « Lost » au panthéon des plus grandes séries télé EVER.
  9. Pour sa saison 2 : Ben oui, quand même. Sans saison2, déjà on y comprendrait rien, on saurait pas ce qu’il y avait dans cette trappe, et on aura jamais eu Henry Gale/ Benjamin Linus. Et au moins pour ça, ça valait bien le coup de supporter Michelle Rodriguez…
  10. Parce qu’on a pas encore trouvé de successeur : « Lost » laisse un vide considérable dans le paysage sériel US, au rayon série ultra feuilletonnante. C’est donc page qui se tourne. Annoncée comme le digne successeur de « Lost » par la chaîne ABC, « Flashforward » qu’on peut trouver au mieux sympa, ne tient pas la comparaison. La rentrée en consolera peut être quelques uns, tandis que les autres iront s’enfermer dans un monastère et feront vœu de silence pour le restant de leur jours. AMEN.

J’en vois qui pleurent déjà, mais pour les plus solides, vous pouvez aussi aller faire vos adieux à Jack Bauer et à « 24 », qui s’en va le lendemain, sur la chaîne FOX. Putain de semaine…

Par Buzz l’Eclair, topiteur complètement Lost…

Crédits photo (creative commons) : Phil Romans