Parce qu’à Topito on refuse le consensus mou et l’hagiographie béate. Parce que le grand, le très grand Serge a quand même écrit quelques chansons bien pourries, le genre de trucs qu’on imagine torchés en cinq minutes un soir de biture, pour payer les factures et la vignette 1976 de la Rolls, on a le droit à l’inventaire, un peu comme le quinquennat Hollande.

1. Sea sex and sun

Petit chose vraiment merdique, sorte d’hymne officieux du club med, sorti la même année que Les Bronzés. Le film est meilleur. C’est dire.

2. L'ami caouette

Oui, oui on sait les références à Alphonse Allais, mais avouez, que dans le genre paroles totalement loufoques Nino Ferrer a fait cent fois mieux. Surtout que ça pue l’ardoise chez Maxim’s à payer cette affaire. Et puis bonjour le zouk semi raciste.

3. Ohio (interprète Isabelle Adjani)

La magnifique Eliane de L’été meurtrier, pour lequel elle recevra le César de la meilleure actrice, chante (si on peut appeler cela comme ça) « J’suis dans un état proche de l’Ohio/J’ai le moral à zéro/Je marche forcée dans le Massachusetts/A côté de mes chaussettes ». On ne saurait mieux dire.

Admirez un peu le jeté sur le piano.

4. No comment

Gros son pour toute petite chanson. Avant dernier album de Gainsbourg, qui disparait définitivement sous Gainsbarre. Malgré une magnifique pochette signé Mondino, le disque est plombé par des hymnes putassiers et arrogants. No comment ? En effet.

5. White and black blues

En 1990, on mandate le créateur de « Poupée de cire, poupée de son » pour écrire la chanson française de l’Eurovision, interprétée par l’ex-miss Guadeloupe, Joëlle Ursull. Résultats ? La France termine deuxième du concours. C’est dire le niveau.

United colors of Belle daube.

6. Aux enfants de la chance

La chanson n’est pas si mauvaise, mais il faut avouer que l’interprétation forcément tabagique fait un peu sourire. Et puis voir l’auteur de « Je t’aime moi non plus » en père la morale…

7. Lemon incest

Oui, oui on sait c’est du Chopin, c’est surtout totalement insupportable et on ne parle même pas des paroles. Voix de crécelle de la pauvre Charlotte qui s’est bien rattrapée depuis, pose goguenarde du géniteur content de pouvoir à nouveau choquer. Morale de l’histoire ? Une bonne provocation ne saurait se passer d’une bonne chanson.

8. Hip, hip, hip hurrah (interprète Claude François)

La chanson est correcte, mais Claude François pourrait chanter des chefs d’oeuvre comme My way, que cela resterait mauvais. Comment ça, c’est lui qui l’a écrite ? Arrête ton char.

9. Les petits boudins (interprète Robert Farel)

Les années 80 dans ce qu’elles ont eu de pire. Arrangements dégueulasses, rythmique martiale qui se voudrait dansante, coupe de cheveux « j’utilise deux pots de gel tout les matins » du chanteur… Tout est à jeter.

10. Je suis venu te dire que je m'en vais

Je reconnais c’est de la provoc. La chanson est très belle, le texte à couper le souffle, mais les pleurs de Jane ? C’est pas un peu trop ?

Gainsbourré de fric.