Les verbes sont faits pour être conjugués. Toutefois, certains verbes veulent parfois jouer leurs intéressants et ne pas faire comme tout le monde. En linguistique, on les appelle les verbes « défectifs » : leur conjugaison est incomplète parce qu’on ne peut pas les conjuguer à toutes les personnes ou à tous les temps ou à tous les modes. On vous a sélectionné ceux qui sévissent le plus souvent dans le langage courant pour que vous ne soyez plus en bug technique la prochaine fois que chercherez à clore un truc à l’imparfait.

Les verbes qui ne se conjuguent qu'à la 3e personne

1. Falloir

Ce verbe a une fâcheuse tendance à être confondu avec « Faillir ». Notamment parce que ce dernier se conjugue de la même façon à la 3e personne du singulier. Mais quand on parle de « falloir » c’est uniquement à cette personne-là (le 3e du singulier, vous suivez ?). Si l’on peut dire « je faux » quand on parle de « faillir », pour « falloir », c’est exclu.

2. Pleuvoir

Jusqu’à preuve du contraire, si je ne mesure pas plusieurs kilomètres de haut et que je crache de la morve par dessus les nuages, non je ne pleus pas. De toute façon pleuvoir, c’est un temps de merde.

3. Advenir

Il advient que tu n’adviens pas. Même pas en rêve.

4. S'ensuivre

Il s’ensuit que vous ne vous ensuivez pas, bande de nazes.

5. Échoir

Attention, il échoit certes, mais ils échoient aussi. Ce verbe se conjugue à la 3e personne du singulier et du pluriel, grand luxe.

6. Poindre

Même si on l’utilise assez peu, on dit toujours qu’il point. Ce qui est plus étonnant c’est qu’en le conjuguant au passé on peut dire qu’il poignait. Mais globalement on utilisera surtout le verbe à l’infinitif comme par exemple dans la phrase : « je vois poindre ta gueule de con à l’horizon ».

Source photo : Giphy

les verbes qui ne se conjuguent que dans quelques temps

7. Discontinuer

Palme de la feignasse, ce verbe ne s’utilise qu’à l’infinitif présent. Impossible de le conjuguer, même en échange d’argent.

8. Frire

Déjà le verbe « frire » ne s’utilise qu’aux trois premières personnes du singulier. Si nous pouvons faire frire des champignons, nous ne les frissons jamais (même s’il fait très froid). Par ailleurs, on oublie toutes les conjugaisons au subjonctif. Parce que quand on parle de friture, on est dans les actes, on envisage pas une possibilité comme ça en se disant qu’il se pourrait bien que je frisse quelque chose. Non. Je fris ou je ne fris pas.

9. Gésir

Le verbe « gésir » ne vous dit peut-être rien pourtant vous le croisez souvent au cimetière quand vous lisez « ci-gît Yvette ». C’est un verbe utilisé à très peu de temps, faut dire que c’est pas si courant de gésir (et non de « giser » comme on serait tenté de dire) : le présent et l’imparfait de l’indicatif.

10. Ouïr

Peut-être pour éviter toute forme de confusion orale, on ne peut pas conjuguer ce verbe au présent… Parce que ça ferait bizarre de dire « j’ouïs ». Pour faire simple on utilise toujours ce verbe que sous sa forme de participe passé : au passé composé (j’ai ouï), au plus-que-parfait (j’avais ouï), au passé antérieur (j’eus ouï), au futur antérieur (j’aurai ouï), au conditionnel passé (j’aurais ouï), au subjonctif passé (que j’aie ouï) et subjonctif plus-que-parfait (que j’eusse ouï).

On est donc sur une conjugaison qui a une forte tendance à l’acquiescement. Toutefois, petite entorse aux habitudes en « ouï », le verbe peut également se conjuguer à la 2e personne du pluriel à l’impératif. Vous le savez bien puisqu’il s’agit de l’expression moisie que les gens postent sur Facebook quand ils ont un service à demander à leur communauté : « Oyez, oyez les gens, quelqu’un dispo pour mon déménagement ? »

11. Parfaire

Je t’arrête tout de suite, cesse tous tes efforts. Certes tu peux parfaire mais tu ne parfais pas. Le verbe est principalement utilisé à l’infinitif ou au participe présent, « parfaisant » pour les originaux.

Source photo : Giphy

Les verbes qui se conjuguent dans quasiment tous les temps sauf quelques uns

12. Toute la clique des traire, abstraire, distraire, extraire et soustraire

On les utilise assez couramment, c’est pour cette raison que vous n’aviez peut-être jamais capté qu’ils ne pouvaient se conjuguer ni au passé simple ni au subjonctif imparfait. Essayez pour voir, vous verrez bien que que vous ne pourrez pas dire « je distraya » ou « j’extraiyus », c’est mort ça marche pas. Faites votre deuil.

13. Toute la clique des clore, déclore, éclore, enclore

Dans le genre, il y a encore pas mal d’exceptions avec ces verbes. Au présent de l’indicatif on ne les conjugue pas à la 1ere ni à la 2e personne du pluriel (nous le closons pas une porte, pas plus que vous ne la clôtez). Par ailleurs ces verbes ne se conjuguent pas non plus à l’imparfait, ni au passé simple, ni au subjonctif imparfait. La preuve, essaye de dire que tu closais quelque chose et tu verras bien que ça colle pas.

14. Dissoudre et absoudre

Bon ça va, calmez-vous, il faut juste oublier le passé simple et le subjonctif imparfait. Pas un drame. De toute façon, c’était des temps tout pourris qui servaient à rien.

15. Foutre

Les doigts dans le nez. On oublie juste le passé simple, le passé antérieur de l’indicatif, l’imparfait et le plus-que-parfait du subjonctif. On s’en fout en vrai.

Source photo : Giphy

Vous êtes maintenant aptes à atteindre le niveau bac +12 en verbes défectifs.

Source : Wikipédia