Si tu connais deux trois mots d’english, tu as peut être déjà été dans cette situation sans issue où tu utilises un mot anglais pour dire un truc français. C’est souvent pathétique et ça te fait passer pour un être diabolique qui mérite la mort par lapidation. Pourtant, tu n’y es pour rien, il y a en effet un paquet d’expressions anglophones sans équivalent (et inversement pour les expressions françaises intraduisibles en anglais) alors que ce serait pourtant bien pratique. Je te propose donc de continuer à te faire huer, car plus ces expressions seront utilisées dans le langage courant, moins on passera pour des bouffons en disant qu’on est « supportifs » les uns des autres.

1. Supportive/Supporter

On ne peut pas dire qu’on est « souteneur » de quelqu’un et pourtant on aimerait bien, mais en plus le mot anglais est un faux-ami, d’où la tentation malheureuse à vouloir utiliser l’expression telle quelle en français. Et de passer pour un mec trop en plein jet-lag linguistique.

Source photo : Giphy

2. Mainstream

Oui, bon, d’accord, OK, on peut aussi parler de « populaire » mais tu constateras que c’est pas si évident de le traduire par ce terme en toutes circonstances. C’est pour ça qu’on dit souvent « mainstream » à la place, et finalement vu que tout le monde comprend, c’est pas bien grave.

3. Successful

Quelqu’un de « réussissant » ? Nah…

Source photo : Giphy

4. Walk of shame

La marche de la honte ? Non. Ça n’a rien à avoir avec la route du déshonneur que tu entreprends en lendemain de soirée quand tu rentres chez toi en titubant.

5. Badass

Parce que clairement parler par exemple d’un film « mauvais-cul » ça passe bof en français.

Source photo : Giphy

6. Siblings

Encore un mot qui nous manque en français pour évoquer n’importe quelle relation de famille. Nous on est obligé de sa taper « fratrie », « liens du sang » (qui sonne un peu bizarre), bref on souffre tellement.

7. Camel-Toe

L’orteil de chameau, tu sais c’est la forme que prend l’entrejambe d’une fille quand elle porte un futal un peu trop moulant et qu’on peut compter ses poils pubiens à travers le tissu.

Source photo : Giphy

8. Le Vocal Fry

Phénomène plus courant aux Etats-Unis qui a contaminé 97% des jeunes actrices américaines et qui consiste à parler avec une voix cassée. On peut parler de laryngalisation, ou de « friture vocale ». Le problème c’est que ça influence plein d’adolescentes qui veulent avoir une voix sexy et rauque, et qui finissent par se péter les cordes vocales. Les bouffonnes.

9. It-Girl

Le concept est peut-être moins présent en France et puis ça claquerait moins de parler des « filles-ça » pour désigner cette étrange fonction qui conjugue la prétention de la mode à la vacuité des réseaux sociaux.

10. Eargasm

Voilà une expression qu’on aimerait bien adapter pour parler d’orgasme auditif. Le problème c’est qu’il est plus difficile de faire un mot-valise avec deux mots qui commencent par la même syllabe comme « oreilles » et « orgasme » que deux mots comme « ears » et « orgasm ». BON SENS.

Source photo : Giphy

11. To scroll

Qu’est ce que tu veux dire d’autre pour dire que tu fais rouler ta souris de façon à faire défiler ton écran ? Au bout d’un moment on scrolle, on scrolle quoi, pas moyen d’utiliser un autre mot et fuck la francophonie.

12. Manspreading

Expression qui désigne l’étalage corporel des hommes dans les transports en commun ou à peu près n’importe où du moment qu’ils se tiennent jambes écartées. Personnellement, je suis une fille et je n’aime pas avoir les jambes croisées et je prends principalement le vélo, j’ai donc décidé de ne pas participer à cette polémique.

Source photo : Giphy

13. "Deyja-vou"

Ce serait tellement pratique d’avoir cette expression en français pour qualifier une scène qu’on a l’impression d’avoir déjà eu sous les yeux. Mais bon tant pis, on continuera à prononcer avec un accent approximatif cette étrange expression anglophone « Deyja-Vou ». Le monde est vraiment mal fait.

TRO DUR LA LIFE KWA.