Les Suisses ont beau souvent parler français (mais pas que), être nos voisins et nous piquer toutes nos stars en quête de tranquillité fiscale, il y a décidément plein de choses chez eux qu’on ne comprendra jamais.

1. Ils inventent des mots et des expressions qui n’existent pas

En Romandie, ou si vous préférez en Suisse Romande, on aime bien bidouiller la langue française. Par exemple, si on vous demande si vous avez un fourre de duvet, comprenez une housse de couette. Vous allez nous dire que c’est une situation qui n’arrive pas tous les jours, certes, mais on a mieux. Si un Suisse est agréablement surpris, il vous dira qu’il est déçu en bien… Pour un pourboire, il parlera d’une bonne main. Une envie de faire le ménage ? On emploie le verbe poutser. Bref, c’est le bazar, en plus d’être mignon tout plein et de nous faire bien marrer.

Source photo : Giphy

2. Ce sont les enfants qui font traverser aux passages piétons

Il paraît que ça les responsabilise en plus de rendre les automobilistes plus vigilants. C’est vrai que rouler sur un gamin qui a enfilé son beau gilet fluo, c’est jamais beau à voir. On vous rassure, les enfants ne font pas ça tout le temps, mais uniquement avant et après les cours. A leur place, il paraît que les Suisses réquisitionnent des retraités.

Source photo : Giphy

3. Il est interdit de n’avoir qu’un seul animal de compagnie

En Suisse, une loi de 2008 oblige les particuliers qui désirent avoir un animal de compagnie chez eux à respecter certaines conditions sous peine d’une amende qui peut aller jusqu’à 10 000 francs suisses (8600€). Par exemple, les cochons d’Inde, les poissons rouges, les chèvres, les perruches, les souris, doivent toujours vivre au moins avec un congénère. Quant aux chats, ils doivent au moins disposer d’une fenêtre pour voir ce qu’il se passe à l’extérieur. Toutes ces mesures ont été prises pour éviter la dépression chez ces animaux. Pourquoi pas, même si, en France, on a déjà du mal à obliger les gens à s’occuper de leurs aînés, alors leurs animaux de compagnie…

Source photo : Giphy

4. Il est obligatoire d’avoir un abri anti atomique chez soi

Selon une étude, la Suisse serait, avec Israël, la pays à compter le plus d’abris anti-atomiques au monde. 100 % des habitants disposeraient soit du leur dans les sous-sols de leur maison, soit d’une place réservée dans un de ceux présents dans le voisinage. Une loi votée en 1963 obligeait en effet jusqu’à peu les Suisses à construire un abri chez eux. Aujourd’hui, il est également possible de simplement cotiser à un fond communal pour se garantir une place au chaud (mais pas trop quand même) dans le cas où un maladroit appuierait par mégarde sur le bouton rouge.

Source photo : Giphy

5. Le drapeau suisse est carré

Et non rectangulaire comme ceux de presque tous les autres pays. Une petite originalité que la Suisse partage avec le Vatican dont la protection est assurée depuis le 16ème siècle par… la Garde suisse. Quant à connaître l’origine de cette forme carrée, je me remercie de me tirer une balle dans le pied, car on n’en sait rien. Tout ce qu’on sait concerne la croix blanche en son centre, qui fut utilisée pour la première fois par les soldats de l’armée de Berne en 1339 à la bataille de Laupen, histoire de se reconnaître dans la mêlée. « Ah c’est toi Bernard ? Purée, il était moins une que je t’empale avec ma hallebarde ».

6. La boisson gazeuse préférée des Suisses (après le Coca) est faite à base de petit lait

Cette bizarrerie s’appelle le Rivella et serait composée de 35 % de lactosérum, un liquide incolore et inodore riche en minéraux et oligo-éléments, auquel on a ajouté des extraits de plantes, de fruits et un produit édulcorant. Les Suisses sont tellement accros qu’ils en consommeraient jusqu’à 11 litres par an et par habitant. Soit à peu près ta consommation hebdomadaire de Coca.

7. Il faut une autorisation pour installer une machine à laver chez soi

Plus de 60 % des Suisses sont locataires et vivent dans des immeubles équipés d’une buanderie commune, où les résidents viennent laver leurs affaires selon un planning prédéfini. Mais si vous préférez disposer de votre propre machine à laver chez vous, il vous faudra l’accord de votre bailleur. En cas de problèmes, tels qu’un dégât des eaux, des moisissures sur les murs à cause d’une mauvaise aération, ou des nuisances sonores à des heures anormales, vous risquez de prendre cher.

Source photo : Giphy

8. Le service militaire est obligatoire et on peut repartir avec son arme en souvenir

Non seulement le service militaire est obligatoire pour les hommes (4 mois de formation dans des écoles dites de recrue), mais chaque année, il faut s’enquiller des piqûres de rappel de 3 semaines (appelées cours de répétition). Et ce jusqu’à atteindre les 260 jours de service obligatoire. Petite gâterie, une fois leur formation terminée, les réservistes sont autorisés à rentrer chez eux avec leur fusil d’assaut. On en dénombrerait plus de 650 000 actuellement en Suisse. La neutralité, ça se défend.

Source photo : Giphy

9. Il est interdit de prendre un bain après 22 heures (mais pas de tirer la chasse d’eau)

Oui ça n’a rien à voir, mais la rumeur qui voudrait que l’on ne puisse évacuer ses excréments passé une certaine heure serait infondée. Par contre, à Genève, une loi interdit bien de prendre des bains nocturnes, traduction : à une heure tardive. Ceci afin d’éviter de déranger les voisins.

Source photo : Giphy

10. Les Suisses consommeraient plus de fondue que de raclette !

Et après ça, ils veulent rester neutres ? Rappelons à toutes fins utiles pour la petite histoire que la fondue aurait été inventée au XIIIè siècle par le moine Vacarius pour contourner l’interdiction de manger du fromage pendant la période de Carême. Les frères étaient tellement accros à la bonne bouffe, qu’ils se mirent d’accord pour décréter que la fondue n’avait logiquement rien à voir avec du fromage… et qu’ils pouvaient donc en consommer religieusement.

Source photo : Giphy

On se moque, mais ça a l’air quand même vachement sympa de vivre en Suisse, non ?

Source : ferreol