C’est l’éternel débat : la grammaire est-elle une affaire de classes bien nées qui se la pètent avec leurs signes extérieurs de domination ou bien un socle commun primordial qui permet de communiquer correctement et d’unir les gens ? Il y aura toujours des débats dans le débat, mais ce qui est sûr c’est que la grammaire n’est pas neutre : dans un sens ou dans l’autre, sa maîtrise ou au contraire la difficulté que l’on peut avoir à l’appréhender compte directement dans nos vies. Et si vous n’y croyez pas, vous allez changer d’avis.

1. Les deux dealers qui ont évité la prison grâce à leur orthographe

Deux petits dealers britanniques ont évité la case prison et se sont vus prescrire des TIG par un juge parce que celui-ci était impressionné par la qualité de leur expression écrite dans les SMS qu’ils envoyaient à leurs clients. C’est la vraie raison motivée de la sentence du genre : si tu écris bien, c’est que tu vas pouvoir t’en sortir, donc autant pas gâcher ta vie en t’envoyant en prison. J’ai envie de vous dire : A médité…

2. Toutes les études prouvent que les fautes sont discriminantes à la drague

Celle-ci, réalisée par AdopteUnMec, prouve qu’une bonne orthographe multiplie par deux les chances d’une personne inscrite sur un site de rencontre d’être choisie par l’éventuelle future personne avec qui elle échangera ses miasmes. En gros, si tu écris bien, tu as 60% de chances d’être présélectionné, contre 30% si tu écris « té tro migône ». Un bon enseignement quand même.

3. Le mec qui a failli perdre un ami mais non en fait

Un des contributeurs du Guardian raconte cette anecdote assez marrante : alors qu’il s’était fait voler son téléphone, il a eu la mauvaise surprise de découvrir que le voleur s’était amusé à envoyer à l’un de ses amis la phrase suivante : « Je veux que tu saches que tu est un alcoolique et que tu dois te reprendre ». Le message faisait suite à une série d’échanges concernant l’achat de bouteilles d’alcool ; le contributeur était donc tricard et toutes ses justifications allaient passer pour des excuses à deux balles. Sauf que sauf que… Son pote ne s’est pas laissé prendre : jamais son contributeur d’ami n’aurait écrit « tu est » au lieu de « tu es ». Comme quoi, l’orthographe peut sauver des amitiés.

4. Omar m'a tuer

Ghislaine Marchal est retrouvée morte dans une petite pièce et sur le mur, inscrit avec son sang, voilà l’inscription décisive : « Omar m’a tuer ». Une désignation du meurtrier (le jardinier, Omar) supposément écrite par sa victime agonisante. Sauf que… Il y a cette faute, quoi. Et là c’est le début d’un imbroglio judiciaire pas possible qui va d’abord conduire à la condamnation d’Omar Raddad à 18 ans de réclusion et à sa grâce en 1996 ; 20 ans plus tard, les analyses ADN permettront de confirmer son innocence. Toujours est-il que cette faute a pesé lourd dans les débats : était-il possible que Ghislaine Marchal, femme cultivée, ait fait cette faute ? Dans ce cas, l’inscription était terrible pour Raddad ; dans le cas contraire, cela sous-entendait que le vrai meurtrier avait cherché à faire accuser Raddad à sa place.

Crédits photo (creative commons) : Olivier Hammam

5. Le gosse qui fait une faute d'orthographe et voit la police débarquer chez lui

En décembre 2015, un gosse de 10 ans a eu le malheur de faire une faute dans une dictée : il voulait écrire « maison mitoyenne » (terraced house) et a écrit « maison terroriste » (terrorist house). L’école a appelé les flics qui ont débarqué chez lui et tout fouillé. Un même incident était survenu à un autre musulman de 14 ans après qu’il avait employé l’expression éco-terroriste en cours de français lors d’un cours sur l’écologie et la violence déployée pour mettre en place des changements durables.

6. Quand faire une faute de frappe te coûte bonbon

Il faut faire vraiment vraiment gaffe quand on réserve ses billets en ligne. Une faute de frappe à son nom peut générer des frais supplémentaires absolument démentiels : comme cette simple erreur peut gêner votre embarquement, les compagnies se gavent et demandent parfois aux voyageurs des sommes aberrantes (jusqu’à 160 balles pour Ryan Air) afin de procéder aux modifications ; sans compter bien sûr les frais supplémentaires liés à la réémission du billet avec l’augmentation tarifaire qui va bien. Il faut faire vraiment vraiment gaffe.

7. Les enjeux financiers de l'orthographe dans les entreprises

Le Figaro raconte à quel point les problèmes orthographiques des salariés peuvent constituer un gouffre à fric pour les entreprises : entre les échanges par mail truffés de fautes qui font baisser la crédibilité de la boîte et les campagnes de pub ou de prospectus tirés à des millions d’exemplaires jetés à la poubelle parce que personne n’a été capable de voir une énorme faute sur le document, les exemples d’argent gâché sont nombreux. Du reste, des études prouvent que plus un site de vente en ligne comporte de fautes, plus la confiance qu’on lui porte s’étiole, ce qui revient à des manques à gagner énormes en termes de chiffre d’affaires.

8. La question de Jack l'Eventreur

Les lettres de Jack l’Eventreur étaient truffées de fautes, et cela a largement encouragé les gens à en envoyer des fausses, créant une véritable confusion sur l’identité du meurtrier dans les officines de Scotland Yard. En réalité, l’espoir de la police d’identifier le criminel grâce à son écriture en publiant les lettres a été totalement contre-productif.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

Comme quoi, savoir écrire ça peut aider quand même.