La vie d’un homo sapiens est rythmée de longues et douloureuses épreuves. Les enterrements, les coins de meubles, la déclaration d’impôts, l’UFR de ta fac… Mais rien n’est comparable au mémoire, expérience hautement traumatisante qui se traduit par un alcoolisme sévère, une addiction au tabac, des pensées suicidaires et une dépression. C’est triste comme le ciel de Paris.

1. Tu vois ton mémoire partout. Vraiment.

C’est drôle comme cette voiture me fait penser à la géopolitique du circuit hydraulique au Moyen-Orient…

2. Tu es incapable de parler d'autres choses

Bonjour, je voudrais un big mac, une grande frite et les œuvres complètes de Guillaume Apollinaire. Vous connaissez Guillaume Apollinaire ? C’est le chef de fil de l’avant-garde française. Un type bien, il sauvera le monde. Et n’oubliez pas les nuggets hein…

Source photo : Giphy

3. Tu as un point de comparaison pour tout

– Depuis que je suis revenu d’Irak, j’ai vraiment du mal…

– Ouais je comprends, moi j’ai rédigé un mémoire tu sais… la vie n’a plus la même saveur

4. Tu te prends pour Marion Cotillard dans les remerciements

Je voudrais remercier ma famille, mes amis, Olivier Dahan, mon psychiatre… Merci, vous êtes vraiment des belles personnes. C’EST VRAI QU’IL Y A DES ANGES DANS CE MÉMOIRE ! MERCI MERCI !

Source photo : Giphy

5. Tu parles comme Yann Moix

Or, je pense que si j’écris deux pages ce soir je peux sortir demain. Cependant, si l’on en revient au petit 1 petit b du grand 2, il semblerait que j’aie dix pages de retard sur mon planning. Dans la mesure où je sortirai quand même, nous pouvons donc dire, en conclusion, que je suis sérieusement dans la merde.

6. Tu entretiens un lien très particulier, voire pathologique, avec les personnes que tu étudies

– J’adore Picasso ! C’était mon témoin de mariage

– T’es au courant que t’es pas marié et qu’il est mort il y a plus de quarante ans ?

– Oups, déso, des fois j’oublie que je ne suis pas Guillaume Apollinaire

Source photo : Giphy

7. Tu en ressens les effets sur ta vie sexuelle

De toute façon, en phase terminale de rédaction, la partie basse de ton corps subit une période de grande sécheresse. Mais au temps où tu pouvais encore batifoler, il t’arrivait de dire des choses étranges : « viens faire don Quichotte dans ma culotte, je vais te montrer ma péninsule ibérique. Vas-y bébé, commente mon corps, je t’ai fait un plan en trois partouzes ».

8. Quand tu rends ton mémoire, tu as un orgasme d'approximativement 10 heures

Rien de bien traumatisant en soi, mais je t’assure qu’être en pleine jouissance contre une barre de métro, c’est extrêmement gênant. Et puis bonjour la mycose.

Source photo : Giphy

9. Tu cherches tous les moyens possibles d'échapper à ton mémoire

Si je me fais rouler dessus par un bus, est-ce que ce sera une excuse suffisante pour pas le rendre ? Et si je partais me cacher en Argentine sous un faux nom ? Ça y est, c’est décidé, j’arrête les études et je me reconvertis dans la création de bijoux fantaisies.

10. Tu passes par les 7 étapes du deuil

Le choc : QUOI SOIXANTE-DIX PAGES ! Le déni : OH ! ça va je suis large, me reste deux mois. La colère : de toute façon ça sert à rien ce putain de mémoire du cul, en plus t’as vu combien coûte une putain de photocopie ? Le marchandage : Hey, si je te file du kiri, tu me dispenses de mémoire stp. La dépression : j’y arriverai jamais, je vais plutôt me reconvertir dans le jardinage. La résignation : Allez, je m’y mets, adieu la vie, adieu l’amour, celui qui va mourir vous salue. Le suicide (ou alors c’est la reconstruction, je sais plus très bien…)

Source photo : Giphy

Heureusement, contre le mémoire, il y a l’alcool.