Tous les jours, nous sommes confrontés à de petites contrariétés mais ne les interrogeons pas ; nous acceptons notre sort tel qu’il est, comme si l’attente anormale dans une file de supermarché ou la propension des moustiques à ne sortir que de nuit étaient des états de fait naturels avec lesquels il convient de vivre. Pourtant, le consortium mondial des tireurs de ficelles est bien souvent à la manœuvre derrière nos expériences désagréables, y compris les plus anodines. Et pour tirer les ficelles, il tire les ficelles : la preuve.

1. Que font les oiseaux pendant la pluie ?

Il pleut et plus aucun oiseau n’est visible. Que font-ils ? Où sont-ils pendant l’orage ?

Nous sommes parvenus au péril de notre vie à obtenir des images exclusives des oiseaux pendant la pluie. Ils se réunissent alors dans des caves et profitent de l’occasion pour discuter de la meilleure manière d’asservir les humains. Autour d’un apéripiaf de miettes de pain et de graines, ils échafaudent des plans visant à conquérir le monde. Avant de repartir, chacun de son côté, chier sur des passants .

2. Pourquoi les moustiques n'apparaissent-ils que la nuit ?

Que font-ils pendant la journée ? Qui sont-ils ? Quels sont leurs réseaux ?

La journée, les moustiques sont comme la plupart des gens : ils ont un travail. Bzzzziii, qui a accepté de témoigner à visage découvert, nous explique qu’il est pour sa part chef de projet à la COGEMA. La nuit, pour se changer les idées, il vole jusque dans les appartements d’humains qu’il pique. Une double vie pas toujours de tout repos, mais, pour reprendre les termes de Bzzzzi « On n’a pas tous les jours 2 semaines ».

Source photo : Giphy

3. Pourquoi choisit-on toujours la mauvaise file au supermarché ?

Les patrons des grands magasins ont la réponse à cette question. Ils s’arrangent toujours pour ralentir les files des personnes qui ont le moins d’articles à passer en donnant des consignes strictes à leurs caissiers de façon à les dissuader d’acheter des trucs pas chers et pour maximiser le temps qu’ils passent dans le magasin, temps pendant lequel ils sont incités à consommer, via notamment les messages subliminaux cachés dans les chansons de Julien Doré diffusées par les enceintes. Ainsi, plus on attendra dans la file, plus on aura de chances de ressentir un besoin viscéral de chewing-gum.

4. Pourquoi les chaussettes disparaissent-elles lors des machines ?

Vous l’ignorez peut-être, mais nos canalisations sont peuplées de rats. Lesquels, selon toutes les études, présentent une intelligence proche de celle de l’homme. Or, les rats sont frileux et ont le plus grand mal à trouver des affaires qui leur vont et les mettent en valeur… « Avaient » le plus grand mal car, depuis qu’ils ont découvert les chaussettes, les rats ne jurent plus que par celles-ci. En l’absence de revendeurs de chaussettes agréés dans les égouts et pour satisfaire le leur, de goût, ils ont mis en place un stratagème compliqué consistant à dérober des chaussettes lorsque les humains font des machines en les extrayant vers les tubes de sortie. Et s’ils n’en volent qu’une à chaque fois, c’est par coquetterie : pas question que deux rats se retrouvent affublés de la même tenue…

5. Que fait l'UFR de la fac quand il est fermé ?

Jean Claudius (son nom a été modifié) est parvenu à poser une caméra au sein de l’UFR pendant la plage d’ouverture d’une heure du mardi. Quand il a récupéré ses images, à l’occasion d’une plage d’ouverture d’une demi-heure de 8 à 8h30 un mercredi, il n’en a pas cru ses yeux : l’UFR est en réalité animé par d’anciens élèves kidnappés par la faculté et rendus dociles grâce au syndrome de Stockholm. Pendant les heures de fermeture, ceux-ci se livrent à d’atroces séances d’hypnotisme afin de faire perdurer leur docilité, notamment en jouant au facteur n’est pas passé. Depuis qu’il nous a transmis ces images, Jean Claudius a disparu. Appel à témoins.

Source photo : Giphy

6. A quoi servent les frais de dossier ?

Après six mois d’enquête et plus de 2000 heures d’interview, nous sommes en mesure de répondre à cette question ; les frais de dossiers appliqués par les banques, les mutuelles, les assurances et les caisses de souscription régionale financent en réalité le grand banditisme. La facturation des frais aux clients permet de récolter des sommes coquettes, lesquelles sont ensuite directement utilisées pour rédiger des courriers visant à soutirer encore plus d’argent aux clients. Les frais de dossier visent donc à financer… De nouveaux frais de dossier. Un système circulaire bien rôdé et terriblement inquiétant.

7. Pourquoi n'a-t-on jamais vu de bébés pigeons ?

Longtemps, les enfants confondent les moineaux et les bébés pigeons… La faute à une machiavélique entreprise de dissimulation visant à cacher l’existence des bébés pigeons aux yeux du grand public. À la manœuvre, on retrouve les moineaux, lesquels cherchent à attirer la sympathie des passants pour récolter davantage de miettes de pain. Ils exercent dès lors une redoutable pression sur les pigeons pour que ceux-ci cachent leurs enfants jusqu’à leur maturité ; ainsi, les moineaux réussissent à se faire passer pour des bébés, et ce statut outrageusement acquis leur assure une rente mensuelle infiniment supérieure à ce qu’ils réussissaient à capter quand ils étaient simplement considérés comme des oiseaux. Une mafia qui terrorise les pigeons et contre laquelle les autorités ne semblent pas décidées à agir.

Source photo : Giphy

8. Pourquoi tes écouteurs s'emmêlent-ils dans ta poche ?

Bonne question, merci de l’avoir posée. On l’ignore trop souvent, mais les fabricants d’écouteurs programment les écouteurs pour maximiser leur faculté d’emmêlage en implantant une puce dite « puce d’emmerdement » dans leur fil ; le but ? S’assurer que les utilisateurs mécontents tirent sur les fils, amoindrissant ainsi l’espérance de vie des écouteurs et forçant le consommateur à s’en racheter des nouveaux. Une technique retorse, bien connue des acteurs du marché, que l’UFC Que choisir ? dénonce dès qu’elle a 5 minutes.

9. Pourquoi est-on déséquilibré sur un escalator qui ne bouge pas ?

On pense, en raison de leur nom technologique, que les escalators sont des mécanismes automatiques ; on a tort. Les escalators sont actionnés par des nains qui font du vélo juste en dessous des marches de façon à assurer un roulis lisse et équilibré aux utilisateurs. Lorsque ceux-ci font grève, les escalators tombent en panne ; mais, parmi les grévistes, il en est des facétieux qui, pour mieux mettre en avant leur action coup de poing, esquissent le début d’une circulation sur l’escalator lorsque les usagers l’empruntent à l’arrêt. Malheureusement, devant l’affluence de candidats pouvant les remplacer en raison du chômage de masse qui touche les nains, les grèves des « techniciens vélistes d’escalators » (leur nom technique) ne débouchent que trop rarement sur des avancées sociales.

Source photo : Giphy

10. Pourquoi tout ce qui est bon est gras ?

Les multinationales de l’alimentation ont tout intérêt à ce que la population mondiale grossisse ; quand on est gros, on est moins tenté de faire de l’exercice et plus enclin à rester sur sa chaise à ne rien faire sinon tendre le bras pour manger. Or, que mange-t-on sinon des aliments produits par des multinationales de l’alimentation ? Cercle vicieux : c’est ainsi que ces acteurs encouragent le grossissement généralisé en injectant des goûts agréables dans la nourriture la plus grasse et, a contrario, des arômes rebutants dans les légumes crus. Cette manipulation dure depuis des décennies sans que personne ne songe à agir contre.

Désormais, vous savez.