Ô grand sportif de l’éternel, athlète de l’impossible, coureur de l’extrême, c’est à toi que je m’adresse. Car il faut que tu saches. Tu ne peux plus rester ainsi plongé dans la pénombre de l’ignorance… Chaque exercice physique auquel tu t’adonnes t’expose à la pire des douleurs, le genre de truc qui te donne envie de te mettre en PLS et pleurer jusqu’à ce que ta maman vienne te chercher pour t’emmener à l’hôpital tant tu penses pousser ton dernier souffle. Ce point… Ce pire de tous les points. Ce FDP de point de côté. Non tu ne nous feras plus flancher.

Pour éviter cet enfoiré de point de côté

1. Ne t'enquille pas une blanquette de veau avant de faire une série de pompes

Je parle de blanquette de veau mais ça vaut pour la choucroute, le tournedos rossini, ou encore la côte de bœuf à l’aligot. Si ces plats résonnent en toi comme un appel au vice bienheureux, ils sont vivement déconseillés avant de remuer ton boule. En gros, pour bien faire, il faut manger léger et attendre la fin de la digestion autant que faire se peut (cf. les trois heures d’attente requises que nos parents nous imposaient tyranniquement avant qu’on puisse glisser un doigt de pied dans l’eau, bah c’était pas si con en fait).

Source photo : Giphy

2. Échauffe-toi le diaphragme comme il se doit

Si la cause du point de côté reste encore douteuse (oui je sais c’est fou, on s’est fadé une tripotée de selfies de Thomas Pesquet dans l’espace et pourtant on ne sait toujours pas d’où vient le point de côté), on l’attribue toutefois possiblement à une crampe du diaphragme et une mauvaise oxygénation des muscles. C’est pour ça qu’il faut échauffer la bête en faisant une série de respirations profondes.

3. Commence l'effort progressivement

Ne vas donc pas te brûler les ailes en commençant ton footing comme un/e dératé/e si c’est pour cracher tes poumons au bout de deux mètres et perdre tout espoir de poursuivre ta prouesse physique.

4. Hydrate-toi régulièrement mais sans noyer ton gosier

Si tu n’es pas totalement sous mental/e, tu devrais savoir qu’une activité sportive nécessite une hydratation satisfaisante. Ceci dit, on fait parfois l’erreur d’ingurgiter des litrons de flotte tellement qu’on veut bien faire. Vaste erreur. Il vaut mieux s’hydrater souvent par petites doses de manière préventive. En revanche, une fois que tu es pris au piège du point de côté, boire de l’eau ne te servira à rien, cherche pas.

Source photo : Giphy

5. Respire correctement

Respirer, a priori tu sais faire. Sinon tu serais mort. Mais respirer correctement quand tu fais du sport c’est une autre affaire. Autant les nageurs pro du crawl sont plus habitués à réguler leur respiration, autant les coureurs ont parfois plus de mal. Il faut donc apprendre à faire concorder ses petites foulées avec des petites inspirations (et expirations, pour pas mourir #astuce).

6. Étire-toi façon chewing-gum

Encore une fois, tout est une question d’oxygénation, et les étirements permettent non seulement d’assouplir tes muscles mais aussi de mieux distribuer l’oxygène. Donc vas-y applique-toi à faire des positions qui défient les lois de la gravité en affichant un regard concentré et fier.

Quand il est trop tard et que tu douilles ta race

7. Cours/nage/nique moins vite

Surtout ne maintiens pas le même niveau d’efforts sinon tu douilleras de plus belle. Le mieux c’est de ralentir progressivement, éventuellement t’arrêter si tu pleures du sang de souffrance.

8. Appuie fort là où ça fait bobo

Fais toutefois attention à ne pas te péter une côte non plus, mais juste appuyer sur le point devrait soulager la douleur.

9. Incline-toi du côté où ça fait bobo

Tout en maintenant ton appui sur la zone de non droit, tu peux également te pencher du côté de ton point de côté (qui par définition se situe sur un côté, la langue française est bien faite voyez-vous ça). Arrivé à ce stade il est préférable pour toi de cesser tout effort, parce que je sais pas si tu as déjà essayé de courir ou de nager la brasse incliné/e d’un côté, mais c’est très difficile, généralement on tombe. Et on ne se relève jamais, jamais.

10. Respire par le ventre

Ah la fameuse respiration ventrale. Ça peut sembler abstrait dans la mesure où nos connaissances basiques en anatomie nous ont appris que nos poumons ne se situaient pas dans le bide. En fait la respiration abdominale est très utile (normalement tu t’es déjà fait une cession avant de suer la mort pour échauffer ton diaphragme), donc si tu as un point de côté globalement tu refais la même : tu inspires profondément, tu coupes ta respiration deux secondes et tu expulses l’air. Ce petit exercice devrait mettre fin à ta torture. Et te donner accessoirement envie de péter.

Source photo : Giphy

Attention toutefois si tu t’évanouis et que tu vois une grande lumière blanche et douce qui semble t’attirer au bout du tunnel il est alors probable que tu aies fait un infarctus et non un point de côté, dans ce cas les astuces précédemment citées te seront purement inutiles.

Sources :

E-Santé

Ooreka