Président, c’est un titre que, généralement, on acquiert par les urnes et qu’on abandonne un jour ou l’autre dans les urnes ou dans la mort. Je dis généralement parce que ça peut aussi être un titre qu’on acquiert par la force et qu’on n’a pas envie d’abandonner. Qu’on n’a tellement pas envie d’abandonner, d’ailleurs, qu’on se fait bombarder président à vie et emballé c’est pesé. Ici, vous trouverez les 10 présidents à vie qui ont régné euh pardon présidé le plus longtemps ainsi qu’un ratio du nombre d’années qu’ils ont passées à présider à vie par rapport à leur vie. Par exemple, « il a été président à un septième de vie ».

1. Jean-Pierre Boyer (Haïti) - président à vie pendant 25 ans

Ancien opposant à Toussaint Louverture, Jean-Pierre Boyer devient président à vie du Sud d’Haïti en 1818 avant de prendre le contrôle de l’entièreté de l’île en 1820, annexant même l’actuelle République dominicaine. Il gouverne avec autorité et obtient l’indépendance du pays auprès de Charles X contre la paiement d’une dette énorme qui le conduit à augmenter fortement les impôts. Le régime sécuritaire et fiscal mécontente la population qui finit par s’insurger, conduisant à son renversement en 1843. Boyer s’exile à Paris, où il meurt 7 ans plus tard, en 1850.

Président à vie pendant 25 ans, c’est pas mal, ça fait président à 1/3 de vie quand même.

Crédits photo (creative commons) : Wikiaplus

2. José Gaspar Rodríguez de Francia (Paraguay) - Président à vie pendant 24 ans

Genre de Napoléon paraguayen, tenu de diriger le pays en pleines négociations d’indépendance avec l’Espagne et Buenos Aires, Francia parvient à évincer les autres dirigeants du pays et participe à la promulgation de l’indépendance du pays en 1812. Il profite de l’occas’ pour se faire nommer dictateur à vie en 1816, ce qui évite toute contestation de son autorité. Bénéficiant d’une assez forte popularité dans le pays, il conservera le pouvoir et son titre jusqu’à sa mort en 1840. Président à vie, donc, et de fait pendant un bon tiers de sa vie lui aussi. Big up.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

3. Hastings Kamuzu Banda (Malawi) - Président à vie pendant 22 ans

Après des études réalisées en Europe et aux Etats-Unis, Banda revient dans son pays dont il a oublié la langue et commence à se positionner comme un opposant au pouvoir britannique. Il parvient à obtenir l’indépendance du pays en 1963 et se proclame roi du Malawi, avant de transformer le régime du pays en république autoritaire en 1966. Il est donc le premier président du Malawi, et il n’y en aura pas d’autre avant longtemps : dès sa réelection, en 1971, il se proclame président à vie histoire de mettre tout le monde d’accord. Il faudra attendre 1993 pour que le multipartisme gagne le pays après une vague d’émeutes. Banda se retire en 1994 et meurt 3 ans plus tard, à 99 ans.

Président à vie pendant un cinquième de sa vie, c’est honnête.

Crédits photo (creative commons) : National Archives of Malawi

4. Jean-Claude Duvalier (Haïti) - Président à vie pendant 15 ans

Le mec a hérité du titre de président à vie de son père, Papa Doc, mort en 1971. En général, quand le titre de président se transmet de père en fils, on parle plus volontiers de roi, mais passons. Bref, Baby Doc est un des pires salauds de l’histoire haïtienne : s’il ne concentre pas tous les pouvoirs, il se livre à des exactions affreuses, torture et tue des opposants, en condamne d’autres à l’exil, s’implique dans le trafic de drogue et d’organes et et et et dépense tout l’argent public du pays le plus pauvre du monde pour lui. Il est tenu de quitter le pouvoir en 1986 sous la pression des révoltes paysannes et de l’administration américaine. Il trouve un asile politique en France et ne reviendra en Haïti qu’en 2011. Alors qu’il devait être jugé, il meurt d’une crise cardiaque en 2014.

Il aura été président à vie pendant un sixième de sa vie.

Crédits photo (creative commons) : Marcello Casal Jr/ABr

5. Habib Bourguiba (Tunisie) - Président à vie pendant 12 ans

Principal artisan de l’indépendance tunisienne et de la fin de la monarchie, il devient le premier président de la République tunisienne en 1957. Père de la Tunisie moderne, il institue un culte de la personnalité pas mal troussé et se fait réélire tous les 5 ans non stop de 1959 à 1974, date à laquelle il se démerde pour faire réformer la constitution et ainsi devenir officiellement président à vie, le premier ministre étant désigné comme son successeur institutionnel. Ca évite de faire des élections pour rien. Il est finalement destitué en 1987 après que des médecins l’ont diagnostiqué comme fou ; parmi eux, il y a Ben Ali. Le coup d’Etat débouche sur une nouvelle dictature. Bourguiba, lui, meurt en 2000 à 96 ans.

Il aura été président à vie 1/8 de sa vie et président en tout pendant 30 ans.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

6. Rafael Carrera (Guatemala) - Président à vie pendant 11 ans

Paysan illettré, Carrera s’engage pour l’indépendance de son pays dans la lutte armée clandestine et finit par obtenir le soutien des conservateurs. Ce soutien lui permet d’accéder au pouvoir en 1844, date à laquelle il est élu président. Il met aussitôt en place un régime dictatorial en s’appuyant sur le clergé et les riches, ainsi qu’avec le soutien des nations européennes. Déposé en 1848, il parvient à reprendre le pouvoir en 1851 et se fait nommer président à vie en 1854 parce que c’est comme ça et puis c’est tout. Il mène alors des guerres contre les pays voisins et occupe une bonne partie du Salvador. Il demeure à son poste jusqu’à sa mort, en 1865, et lègue le pouvoir au général Sandoval, qu’il a lui-même choisi.

Au final, Carrera n’aura été président que 11 ans, mais ça fait quand même président à vie pendant un cinquième de sa vie.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

7. Jean-Bedel Bokassa (République centrafricaine) - Président à vie pendant 7 ans

Outre refiler des diamants à Giscard et foutre en l’air sa réélection, Bokassa est parvenu à prouver qu’on pouvait s’appeler Jean-Bedel et aller loin. A la faveur d’un coup d’Etat, il devient le deuxième président du pays en 1965 et bénéficie du soutien de la France. La présence d’uranium sur le sol centrafricain n’y est pas pour rien ; en 1972, Bokassa pète les plombs et s’autoproclame président à vie, puis devient complètement allumé en 1977 quand il se fait sacrer empereur, rien que ça. En plus d’opprimer sa population, il se convertit à l’islam pour recevoir du blé de Kadhafi et fait globalement n’importe quoi, à un point que ce serait drôle s’il n’était pas à la tête d’un Etat. Il est renversé en 1979 alors qu’il se trouve en voyage en Libye, dans un contexte de pressions internes et avec le concours des services secrets français. Il est jugé en 1987, condamné à mort, gracié et meurt en 1996 d’un arrêt cardiaque.

Si on considère qu’empereur et président à vie, c’est quasiment la même chose, on peut donc considérer que Bokassa a été président à vie pendant 1/11 de sa vie, grosso modo.

Crédits photo (creative commons) : Makakaaaa

8. Francisco Macías Nguema (Guinée équatoriale) - président à vie pendant 7 ans

Élu président de Guinée équatoriale en 1968, il fait face à une tentative de coup d’Etat qui le mène à radicaliser légèrement son pouvoir. Violence permanente (50000 opposants tués et le triple d’exilés) et puis, en 1972, il se proclame président à vie (et aussi premier ministre à vie et aussi ministre des affaires étrangères à vie). En 1979, il est renversé par son neveu et en profite pour détruire toutes les réserves monétaires, histoire que la Guinée équatoriale connaisse une crise économique maousse. Il est reconnu coupable de génocide et est condamné à mort en 1979.

Crédits photo (creative commons) : Graylandertagger

9. Park Chung-hee (Corée du Sud) - Président à vie pendant 7 ans

En 1961, Park renverse le pouvoir et devient de fait l’homme fort du pays. Elu démocratiquement en 1963, il installe un pouvoir autoritaire, sans contestation possible, avec pour faire passer la pilule un développement économique sans précédent de la Corée du Sud. En 1972, après avoir frôlé la défaite aux présidentielles, il réforme la constitution pour devenir président à vie. Il échappe à plusieurs tentatives d’assassinat avant que son ami d’enfance ne parvienne à achever le boulot en 1979 avec l’aide des services secrets coréens et probablement des Etats-Unis.

Il sera resté président à vie 1/7 de sa vie. Peut mieux faire.

Crédits photo (creative commons) : Wegmann, Ludwig

10. Saparmyrat Nyýazow (Turkménistan) - Président à vie pendant 7 ans

Chef du PC turkmène, il exerce de fait le pouvoir et soutient le putsch de 1991 en URSS pour sécuriser son pouvoir après la chute du mur. Leader autocratique, excentrique, fou et très très dangereux, il se fait proclamer président à vie en 1999. Sa gueule est partout, sur les billets de banque, sur le fronton des musées et des aéroports, partout. Il meurt à 66 ans d’une crise cardiaque en 2006. Il aura donc été président à vie 1/7 de sa vie. Petit joueur.

Crédits photo (creative commons) : User:Pruneau

Le pouvoir, ça conserve.

Source : Wikipédia