Pour juger de la qualité d'un aéroport, on peut faire la liste des boutiques, des équipements, des spots wifi... mais le critère le plus important est le confort du voyageur contraint de trouver quelques heures de sommeil entre deux avions. Le voyageur ne demande pas grand chose : un siège confortable, des locaux propres et la possibilité de trouver un repas chaud à toute heure du jour et de la nuit. Tout le reste n'est que poudre aux yeux. Et sur ce critère, il y a des endroits à soigneusement éviter. Après le classement des meilleurs aéroports, et celui des aéroports les plus flippants, voici une petite sélection des escales déconseillées pour vos prochains transits, par le très sérieux "Guide to Sleeping in Airport" (ça ne s'invente pas).

  1. Reykjavik Keflavik (Islande)
    Venant d'un pays dont les volcans ont poussé pas mal de voyageurs à dormir dans les aéroports, on pouvait s'attendre à plus de souplesse. Interdiction ici de s'étendre et de fermer les yeux. Pour inciter le chaland à ne pas s'attarder, le site n'est pas chauffé et il n'y a presque pas de boutiques ouvertes pour le voyageur de nuit.
    Crédits photo (creative commons) : Jonty Sewell
  2. Paris Beauvais (France)
    D'abord parce qu'on comprend assez rapidement que Beauvais et Paris sont deux endroits distincts, mais aussi et surtout parce que l'aéroport ferme ses portes entre 23h30 et 6h30. Hors de question par conséquent de faire un somme avec son sac à dos en guise d'oreiller. "ON FERME!!!..."
    Crédits photo (creative commons) : scalleja
  3. Bergame, Orio Al Serio (Italie)
    Il est compliqué de trouver un sommeil réparateur dans un aéroport constamment bondé et dans lequel les services de sécurité déplacent les voyageurs d'une zone à l'autre toute la nuit durant. Témoignage : "Un mec de la sécurité m'a réveillé avec son pied" ... Royal.
    Crédits photo (creative commons) : pollobarca2
  4. Londres Luton (Royaume-Uni)
    Ici aussi, on trouve le sommeil à même le sol en dépit du froid. Mais petit bonus : d'incessantes annonces pour le plaisir de maintenir les passagers sous pression et pour faire pleurer les enfants en bas âge et ajouter au climat de tension.
    Crédits photo (creative commons) : hirotomo
  5. L'aéroport international de Christchurch (Nouvelle Zélande)
    Et un voyageur de se plaindre, "nous espérions parvenir à dormir jusqu'à, disons, 4h45 du matin. A 4 heures, le staff nous réveillait pour nous poser tout un tas de questions débiles". Loin de figurer à ce classement l'an dernier, l'aéroport était même particulièrement apprécié pour y passer la nuit. Résultat : des campements dans les couloirs et les salles, des lessives étendues sur les chaises et des séjours précaires de plusieurs nuits. Du coup cette année, l'administration a décidé de changer un petit peu les règles du jeu : pour rester dormir, il faudra justifier d'un vol à prendre très tôt dans la matinée, et louer un siège dans la salle de sommeil pour 5$ la nuit.
    Christchurch
    Crédits photo (creative commons) : Phillip Capper
  6. New York City LaGuardia Airport, Etats-Unis
    "J'ai passé une nuit à Laguardia, je préfèrerais dormir dans les rues d'Europe de l'Est soviétique que rester ici". Les voyageurs qu'on croise à New York ne sont pas forcément informé du fait que l'Europe de l'Est n'est plus soviétique, mais ils sont bien remontés contre cet aéroport qui parvient à être bruyant, crade et peu accueillant.

  7. Aéroport de Charleroi-Bruxelles-Sud, Belgique
    A Charleroi, on a misé sur les sièges en ferraille avec plein d'accoudoirs, idéal pour s'assurer que vous serez toujours en éveil et que vous ne raterez pas le dernier appel pour l'embarquement. Dans le doute, la lumière vive et les allées et venues des machines qui nettoient les couloirs s'assurent que vous ne fermez pas l'oeil. Merci Charleroi.

  8. Aéroport Léonard-de-Vinci de Rome Fiumicino
    Les avis sont partagés selon les terminaux. Mais sachez que si vous êtes au mauvais spot, vous pouvez à tout moement être réveillé par la sécurité qui va vous envoyer dans un coin déjà occupé par des SDF pour finir votre nuit. C'est l'occasion de faire des rencontres.
    https://www.instagram.com/p/taPNPuQOA7/
  9. Sydney International Airport, Australie
    Le terminal domestique ferme entre minuit et 3h. Donc déjà, vous êtes mal. Si vous avez un billet international, bravo, on va vous envoyer près du quai du train, dans un endroit bien éclairé, froid, équipé de quelques dizaine de sièges avec des accoudoirs. Entretemps, on va venir régulièrement controler votre billet. Juste pour vous faire chier.
    https://www.instagram.com/p/_WsHIEt8OH/
  10. Los Angeles LAX (Etats-Unis)
    Un aéroport bondé, donc où il est difficile de s'asseoir. Il faut pourtant parfois reprendre ses esprits après être passé entre les mains des services de l'immigration, particulièrement sur les dents depuis quelques années. Mais les annonces incessantes, la lumière intense et les services de nettoyage ne vous laisseront pas de répit.
    Crédits photo (creative commons) : jetalone
  11. Les lauréats des années précédentes :

  12. Tegel Aeroport de Berlin (Allemagne)
    Lumière vives et sièges métalliques, sans compter la présence parfois bruyante de quelques sans abris venus trouver refuge dans l'aéroport de la capitale... De quoi faire passer quelques bonnes nuits blanches aux voyageurs.
    Berlin tegel
    Crédits photo (creative commons) : Andrew Nash
  13. Aéroport d'Eindhoven (Pays-Bas)
    Ce que vous économiserez sur votre vol low cost, vous le payerez en hôtel si vous devez passer la nuit à Eindhoven. Celui-ci ferme à 23 heures et n'a pas un abri extérieur ou loger les passagers sans toit. Seule solution de fortune : camper dans la forêt voisine de la gare.
    Eindhoven
    Crédits photo (creative commons) : elsamu
  14. Manille, Terminal 1 (Philippines)
    Si l'aéroport n'est déjà pas fantastique en terme d'organisation, il devient un coupe-gorge la nuit. Au moment où le sommeil vous gagne, vous risquez de vous faire dépouiller par des malandrins et des rôdeurs.
    Crédits photo (creative commons) : curoninja
  15. Kiev Boryspil (Ukraine)
    L'accueil à l'ukrainienne : peu d'endroit pour s'asseoir, du personnel de sécurité agressif à souhait, des services spartiates. Et les fumeurs sont priés d'aller griller leur clope dehors, dans la neige, et de prendre leurs bagages avec eux.
    Crédits photo (creative commons) : dmytrok
  16. Frankfort Hahn (Allemagne)
    Idéal pour se bousiller le dos, puisque vous avez le choix entre des sièges baquets en plastique ou le sol pour récupérer quelques heures de sommeil. Point positif, vous pouvez vous endormir à même la moquette dans n'importe quel endroit de l'aéroport sans être inquiété par la sécurité. Bon, par contre, c'est un peu crado.
    Crédits photo (creative commons) : njaminjami
  17. Pise (Italie)
    L'aéroport ferme entre le dernier et le premier vol. Donc vous irez passer les heures qui séparent 1h à 4h du matin en bord de route. Et si vous ne voulez pas sortir, la sécurité vous fera comprendre la nécessité de quitter les lieux immédiatement. Et si vous dormez sur la pelouse devant l'aéroport, vous serez sûrement surpris par l'arrosage automatique. Bienvenue à Pise.
    Crédits photo (creative commons) : Monica Arellano-Ongpin
  18. Paris CDG (France)
    L'aéroport Charles de Gaulle arrivait deuxième des votes dans l'étude menée malgré la présence objective de services décents. Mettons ça sur le compte de la réputation exécrable de l'accueil français. Néanmoins, l'aspect sinistre du Terminal 3 et l'absence de service de nourriture 24h/24 (les distributeurs automatiques ne comptent pas) sont préjudiciables. Et les voyageurs qui ont passé Noël à CDG ces dernières années gardent certainement un souvenir mitigé du site.
    Crédits photo (creative commons) : Borya

Et vous, dans quel aéroport avez-vous rencontré le marchand de sable ?

Sources : Sleepinginairports via linternaute

Crédits photo (creative commons) : SpecialKRB

Pour bien te marrer, même en voyage, c'est Sokodo qu'il te faut.

Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :