En général, quand on a la plus grosse, la mieux équipée, la plus moderne des armées du monde, on gagne les guerres que l’on entreprend. Mais parfois l’intelligence ennemie ou leur propre nullité finissent par conduire les favoris à la défaite et c’est très très humiliant. Ça arrive plus souvent qu’on ne le croit.

1. En 1989, l'Afghanistan a battu les troupes soviétiques on ne sait pas trop comment

Une guerre ultra meurtrière de 10 ans, entre 79 et 89, opposant l’armée rouge à des moudjahidines soutenus, de loin, par les Etats-Unis. Et on peut dire que l’armée rouge va se casser les dents sur les montagnes afghanes. En 1983, 120.000 soldats soviétiques occupent le territoire afghan sans pour autant le contrôler. Puis, peu à peu, les moudjahidines réussissent à reprendre leurs droits. En 1986, ils contrôlent 80% du territoire. Gorbatchev veut se retirer du pays sans perdre la face et finit par le faire en 1989. La défaite afghane a été un des éléments accélérateurs de l’effondrement du bloc soviétique.

2. Le Vietnam a mis KO les troupes américaines

C’est l’Afghanistan américain, le Vietnam. A peine libérée de la tutelle française déjà vaincue par les troupes indépendantistes et menées par les insurgés communistes, l’Indochine en passe de devenir le Vietnam est le théâtre d’un débarquement massif des Marines américains qui craignent de voir les troupes du Nord Vietnam conquérir le Sud du pays et ainsi étendre l’influence communiste dans le monde. Le début d’une guerre ubuesque qui se terminera par le retrait des troupes américaines incapables de transformer leurs victoires militaires en victoire politique.

3. En 1939, la Finlande a plus que résisté à l'invasion soviétique

Le 30 novembre 1939, l’URSS de Staline s’est dit qu’après tout, ce petit territoire qu’on appelle la Finlande et qui a le mérite d’être frontalier avec la Russie pourrait tout à fait entrer dans son giron. Un million de soldats ont donc marché vers la frontière finlandaise pour la faire reculer. Ca devait être une guerre rapide : un million de soldats contre 400.000 Finlandais mal préparés. Mais c’était sans compter sur la topographie finlandaise : forêts denses, absence de routes, gros bordel. Les Russes se sont retrouvés rapidement coincés, encerclés par les Finlandais qui avaient l’intelligence de bloquer les tanks qui se déplaçaient en file indienne en détruisant les premiers et derniers tanks de ladite file. Si on ajoute à ça l’hiver plutôt rude et la démotive, les Russes ont fini par perdre leur pari.

4. Les Grecs ont réussi à tenir contre les Italiens

L’Italie a toujours regardé la Grèce comme Harvey Weinstein regardait les apprenties comédiennes qui arrivaient jusqu’à sa chambre. Du coup, en 1940, quand l’Italie fasciste s’est sentie protégée par sa pote l’Allemagne nazie, elle a fait un move dont elle rêvait depuis un petit moment : envahir la Grève. Chose dite, chose faite : 500.000 soldats italiens débarquent en Grèce et font face aux 200.000 petits soldats qui composent son armée. Le carnage est annoncé.

Il ne faudra pourtant que 5 mois à l’armée grecque pour envoyer les Italiens aller se faire voir chez eux. Les Grecs ont pu compter sur leur connaissance du terrain montagneux et sur la désorganisation de l’armée italienne pour consolider leur victoire.

5. La Corée a réussi à résister aux Japonais au XVI° siècle et ce n'était pas gagné d'avance

Vous connaissez le jeu de « J’ai super envie de te conquérir » ? C’est un jeu qui a été inventé par la Chine, le Japon et la Corée et auquel ils n’arrêtent pas de jouer depuis environ 1000 ans. Au XVI° siècle, le Japon unifié sous la coupe de Hideyoshi s’est lancé à la conquête de la Chine ; or, pour conquérir la Chine, il fallait un petit peu conquérir la Corée histoire d’asseoir les bases depuis lesquelles lancer la grande attaque. En 1592, 200.000 samouraïs et autres guerriers de tout poil se sont donc embarqués depuis les côtes japonaises vers la Corée. Mais c’était sans compter sur la marine coréenne qui a tout simplement dézingué son homologue japonaise. Alors bien sûr, il restait les troupes au sol qui avaient bien évidemment pris le dessus sur la résistance coréenne. Sauf que le mouvement de guérilla avant l’heure initié par les Coréens a fini par saper le moral et les forces japonaises qui ont sonné la retraite en 1596. BAM.

6. La victoire japonaise de 1905 contre la Russie est hallucinante quand on analyse le rapport de force initial

D’un côté la Russie, énorme pays aux ambitions assez marquées malgré un féodalisme encore très présent. De l’autre, le Japon, petite puissance locale tout juste réorganisée sous la houlette de l’empereur et en grand désir d’occidentalisation. En 1904, le Japon peut compter sur une armée plus moderne et mieux formée. Terrifié à l’idée d’être agressé par le voisin russe, l’Empereur prend les devants et ordonne le torpillage des navires russes basés à Port Arthur. Une folie, compte tenu de la puissance russe encore auréolée de sa victoire contre les troupes de Bonaparte, un siècle auparavant. Sauf que non : en un an, les Japonais ont mené leur barque avec tant de vigueur que les Russes se trouvent obligés de capituler. Cette victoire japonaise ébranle grandement le pouvoir russe et est l’un des éléments qui mènera à la révolution de 1917.

7. Quand les Zoulous battaient les colons britanniques

A la fin des années 1870, les Anglais avaient très très très envie de mettre en place un gouvernement fantoche dans la corne Sud de l’Afrique, ce qui aurait obligé les tribus libres de la région à se soumettre. Sauf que, sur place, il y avait des populations qui ne voyaient pas les choses de la même manière. Parmi elles, les Zoulous, connus pour leur courage à la guerre. La première bataille opposant les Britanniques aux Zoulous ne s’est pas terminée comme on aurait pu le penser. L’armée Zoulou comptait 35.000 personnes, ce qui paraissait bien peu pour contrer la puissance de frappe anglaise, même si le bataillon détaché ne comptait que 2000 soldats. Pourtant, les Anglais s’en sont pris plein la gueule, à la bataille d’Isandlwana. 1300 morts côté Anglais et une retraite forcée des troupes. Bon, évidemment, à la fin, les Anglais ont gagné la guerre. mais pas si facilement.

8. Quand la petite Angleterre coulait la plus grosse flotte du monde

L’Angleterre n’a pas toujours possédé la plus grande flotte du monde. Sous le règne d’Elizabeth I, elle était même carrément devancée par l’Espagne qui régnait sur les mers (et aussi sur les Pays-Bas). Sauf qu’Elizabeth voyait d’un assez bon oeil l’idée flamande d’obtenir son indépendance de l’Espagne. L’Armada espagnole, restée dans la légende, s’est alors dirigée vers les Flandres pour remettre les pendules à l’heure et s’est heurtée à la résistance héroïque de la flotte britannique : 130 navires de guerre et 20.000 soldats à contenir. C’est à l’amiral Drake que l’on doit cette prouesse. Pour ce faire, l’amiral a mis le feu à des navires anglais et les a envoyés recdi vers les ports où étaient amarrés les navires espagnols. Feu à tous les étages et débâcle monstrueuse.

9. La bataille de Jingxing

Jingxing n’est pas une prison américaine mais bien le lieu d’une bataille opposant les armées de Han Xin à celles de Zhao en l’an 205 avant JC. Han Xin disposait de 30.000 hommes, contre 200.000 dans le camp opposé. Mais Han avait une idée. Cette idée, c’était d’envoyer 2.000 soldats chez Zhao afin d’occuper le camp ennemi une fois que celui-ci aurait lancé son attaque. Ensuite, il s’est assuré que ses propres troupes ne pourraient pas battre en retraite afin de maximiser le temps qu’ils pourraient tenir contre les soldats de Zhao et ainsi forcer la retraite de ces derniers. Sauf que quand ceux-ci ont voulu la battre, la retraite, ils ont aperçu les milliers de drapeaux des troupes de Han Xin disposés dans leur campement et ont cru qu’un deuxième bataillon les prenait à revers. Et poum : ils se sont fait démonter.

10. Les Boers ont dézingué les Anglais bien plus puissants

On ne peut pas dire que les Boers soient les mecs les plus sympas du monde, mais avant de devenir les maîtres de l’apartheid, ils ont été les ennemis des Anglais dans leur conquête coloniale de l’Afrique méridionale. Parce qu’en Afrique du Sud, figurez-vous qu’il y avait des diamants et que les diamants, et bah les Anglais ET les Hollandais les voulaient.

Les Anglais faisaient évidemment figure de favoris vu qu’ils contrôlaient à peu près le monde entier et que les Boers, eux, étaient juste des genre de fermiers pas organisés et ne disposant pas d’Etat à proprement parler. Mais les Anglais ont légèrement sous-estimé les fermiers hollandais qui, armés de leurs fusils de chasse, les ont tout simplement massacrés. Bye-bye les Anglais !

Un cerveau, c’est mieux que 12 fusils.

Sources : Ranker, Cracked, History Collection