La décennie s’achève et avec elle une page se tourne. C’est l’occasion de mater derrière nous ce qui a changé pour le meilleur et pour le pire. Et parmi le pire (et le meilleur) de nouveaux mots ont fait leur apparition dans la langue française, ce qui nous montre à quel point notre langue a évolué en si peu de temps et surtout comment des termes liés aux nouvelles technologies se sont rapidement insérés dans nos bouches. Dégueulasses ces termes.

NDRL, ce top reprend en partie les termes qu’on avait listé dans ce vieux top de 2017.

1. Big data (2011)

Et le truc le plus drôle c’est qu’on ne sait toujours pas ce que ça veut dire vraiment.

Exemple d’utilisation : « Big data is watching you »

2. Selfie (2013)

Avant on prenait des photos. Puis on s’est rendu compte que ça soûlait tout le monde de prendre les autres en photo donc on a inventé un mot pour signifier qu’on ne prenait en photo que nous-mêmes.

Exemple d’utilisation : « Le selfie est totalement à l’image de l’individualisme qui caractérise notre époque, isn’t it ? »

3. Chelou (2014)

Vu qu’on disait chelou déjà quand j’étais au collège, on ne peut qu’en conclure qu’il faut environ 15 ans aux autorités morales de notre langue pour prendre en compte un mot, c’est-à-dire à un moment où il est déjà ringardisé. Problème ? Pas forcément.

Exemple d’utilisation : « C’est chelou que le mot chelou ne soit rentré qu’en 2014 dans le dico, non ? Et d’ailleurs, le mot dico, il est autorisé ou pas ? »

4. Uberiser (2014)

Quand l’ensemble des pouvoirs publics s’emparent d’un terme pour décrire une réalité pas très claire, le dictionnaire n’a d’autre choix que de valider son utilisation a posteriori en l’intégrant au dictionnaire fissa. Deux poids, deux mesures (on pense à chelou).

Exemple d’utilisation : « Les chauffeurs Uber se sont faits uberiser par l’uberisation et comptent pour du beurre. »

5. Zumba (2015)

Rappelez-vous. En quelques mois, c’est devenu la danse/sport incontournable de toutes les femmes en quête de réduction de cellulite alors que ça faisait même pas perdre de la cellulite.

Exemple d’utilisation : « Hâte de m’inscrire à un cours de Zumba pour réduire ma cellulite. »

6. Emoji (2017)

Parce qu’on a de moins en moins de vocabulaire, ces petits images sont bien pratiques pour exprimer des émotions intenses.

Exemple d’utilisation : « Tu penses que ça veut dire quoi quand il m’envoie un émoji aubergine ? »

7. Boboïsation (2018)

Processus par lequel un quartier devient super cher avec des commerces identiques à ceux d’avant à ceci près que la clientèle est plus friquée ce qui justifie les nouveaux prix.

Exemple d’utilisation : « Attends mais tu connais pas ce nouveau Kébab végan qui revisite le plat de manière gastronomique ? C’est que 25 € le plat ! En plus Aubervilliers c’est hyper populaire j’adooooore ».

8. Détox (2018)

Attention rien à voir avec la détoxification qui consiste à assainir un corps. La détox consiste plus clairement à assainir une gueule de bois.

Exemple d’utilisation : « J’ai pris 8 grammes de coke hier et fini la soirée à vomir ma vodka sur ma robe. Obligé j’me mets en mode détoooooox »

9. Vegan (2016) & Flexitarisme (2018)

Tout ça parce qu’on n’assume pas de dire qu’on est végétarien. Bon pour rappel le premier implique de ne consommer aucun produit d’origine animal (ni dans la bouffe, ni dans les vêtements ni dans quoi que ce soit) et le second c’est un peu pour les gens qui mangent moins de viande mais qui en mangent quand même. Bref, pas sûr qu’il eut été necessaire d’inventer un mot pour qualifier le concept. Mais si tu veux tout comprendre tu peux retrouver notre lexique des régimes de non viandards.

Exemple d’utilisation : « Franchement quand je vois des vidéos de L214 je me dis que je devrais carrément devenir végan mais en même temps comme j’aime quand même bien la côte de bœuf, je devrais peut-être plutôt devenir flexitarien. »

10. Bioplastique (2019)

Attention, l’année 2019 voit naître tout un paquet de mots absolument pas fun du genre « bioplastique » ou encore « dédiésélisation ». Bonne nouvelle ça veut dire qu’on intègre dans la langue des concepts liés au dérèglement climatique. Maintenant y’a plus qu’à attendre 2040 pour qu’on arrête complètement les plastiques à usage unique. On n’est clairement pas du tout mais alors PAS DU TOUT en retard.

Exemple d’utilisation : « J’ai acheté des gobelets en bioplastique à usage unique, c’est hyper écolo pas vrai ? »

Qui ne maudit consent.

Source : Le Figaro, Le Monde, Brain