Vous êtes chez vous, vous vous faites chier et là vous vous dites "oh tiens si je faisais un tiramisu, en voilà une riche idée !". C'est bien, très très bien, et on ne peut que vous encourager (surtout si vous nous en envoyez une part), mais c'est pas le tout de faire la popote : il serait tout de même bon que vous sachiez ce que vous cuisinez. Heureusement, grâce à nous, dans trois minutes vous saurez.

  1. Tiramisu
    Le terme vient de l'Italien "tirami sù" qui veut littéralement dire "tire moi vers le haut", soit de façon un peu moins littérale "remonte moi le moral à grands coups de mascarpone s'il te plaît". Pour le reste, pas moins de cinq régions italiennes se bastonnent pour savoir qui a eu en première l'idée de ce merveilleux dessert. En ce qui nous concerne nous retiendrons donc seulement que c'est bon, très très bon, et encore meilleure avec une bonne louche de nutella à l'intérieur.

  2. Paris-Brest
    En 1891, Pierre Giffard créée la course de cyclisme Paris-Brest-Paris. Quelques années plus tard, en 1910, il demande au pâtissier Louis Durand de créer un dessert en forme de roue de vélo afin de rendre hommage à la célèbre course et bim le Paris-Brest est né. Autrefois, les Paris-Brest étaient d'ailleurs beaucoup plus grand afin d'accentuer la ressemblance avec une roue.

  3. Clafoutis
    Attesté pour la première fois en 1864, le terme clafoutis fait encore débat quant à son étymologie : pour certains, il viendrait du verbe occitan "clafir" qui veut dire "remplir", et pour d'autres il viendrait d'un mix entre l'ancien français "claufir" et le latin "clavo figere" ("fixer avec un clou"). Si vous avez un avis sur la question, faites vous plaisir dans les commentaires.

  4. Éclair
    D'après le Dictionnaire de l'Académie française (qui est quand même une source relativement fiable), les éclairs devraient leur nom au fait qu'ils sont mangés très rapidement car méchamment bons. Une étymologie simple et claire comme on les aime.

  5. Financier
    La petite histoire veut que le petit gâteau ait été inventé par un certain Lasne dans les années 1890 afin de satisfaire la gourmandise de ces messieurs financiers qui voulaient bouffer sans se salir les doigts. Il s'agit d'une copie des gâteaux fabriqués par les sœurs de l'ordre des visitandines à laquelle les Suisses ont donné un nom et une forme différente pour ne pas être accusés de plagiat. Pour info, les financiers sont encore parfois vendus sous le nom de visitandines.

  6. Kouign-amann
    En breton, kouign veut dire "gâteau" et amann "beurre", kouign-amann signifie donc tout simplement "gâteau au beurre". Voilà, ça a le mérite d'être clair.

  7. Calisson
    Il y a plusieurs étymologies possibles, mais selon les linguistes la plus probable viendrait du provençal. En effet, calisson vient sans doute du provençal "calissoun" qui veut dire "petit calice", une origine religieuse qui a d'autant plus de sens que les calissons étaient autrefois bénis (et le sont d'ailleurs parfois toujours aujourd'hui).

  8. Opéra
    Créé par Cyriaque Gavillon en 1955, l'Opéra doit son nom à la femme de ce monsieur qui trouvait que le gâteau ressemblait comme deux gouttes d'eau à la scène de l'Opéra Garnier de Paris. Elle avait de l'imagination la bougresse.

  9. Bugne
    Le mot bugne est la francisation du mot arpitan (ou francoprovençal) "bunyi" qui veut dire - on vous le donne en mille - "beignet". Pour votre gouverne, il était fait mention des bugnes dès la première édition du Pantagruel de Rabelais en 1532. Autant dire que c'est une tradition pas toute jeune.

  10. Far
    Cette pâtisserie disons basique doit son nom à son composant principal le blé qui en latin se dit "far". Notons, qu'autrefois le far n'était rien d'autre qu'une grosse bouillie de blé nature et que ça n'est que beaucoup plus tard que les mecs se décidèrent à rajouter des fruits dedans pour rendre le tout un peu moins dégueulasse.
    http://instagram.com/p/4u5tosBjC7/

Oui, ça file la dalle, on sait.

Tous les mardis à 18h, on se retrouve sur Twitch, allez viens.