Parmi tous les mots qu’on utilise dans la langue française, il faut bien comprendre qu’ils ont été utilisés un jour pour la première fois de leur existence. Bah oui. La langue française ne s’est pas construite avec tous les mots d’un bloc, tout beaux tout propres. Ils sont apparus avec le temps. Il n’est pas toujours évident de connaître la date de leur première occurrence, mais quand on la connaît, c’est souvent surprenant. Et la surprise, c’est notre dada (dada : mot apparu pour la première fois en 1508 pour désigner un cheval en langage enfantin, puis en 1776 pour prendre la définition de sujet favoris). Ah vous voyez vous êtes surpris !

1. "Féminisme" : 1870

On attribue bien souvent l’origine du mot à Charles Fourier, penseur du XIXe qui théorise ce mouvement d’émancipation des femmes dans son ouvrage Théorie des Quatre Mouvements. S’il a fait beaucoup en faveur de la théorisation du féminisme, ce n’est pas à lui qu’on doit ce mot qui ne verra le jour qu’en 1870 et désigne alors dans le jargon médical les hommes dont le développement des attributs de masculinité a été stoppé. Il faut attendre la journaliste écrivaine Hubertine Auclert en 1882 pour redécouvrir le mot sous sa forme contemporaine, c’est à dire la lutte pour les droits des femmes.

2. "Homosexuel" : 1868

Si les relations entre hommes du même sexe existent depuis belle lurette, le mot homosexuel n’apparaît pas avant le XIXe siècle. Avant on parlait de « sodomite », « culiste » ou encore « bougre ». Le penseur Charles Fourier quant à lui parle d' »unisexuel », un de ses contemporains Proudhon parle de « monorexie ». Il faut attendre 1868 et l’écrivain hongrois Karl-Maria Kertbeny pour voir les mots « homosexuell » et « Homosexualität » apparaître. Peu de temps après, apparaît naturellement son pendant, le mot « hétérosexuel ». Toutefois, pour la plupart des historiens, il est anachronique d’utiliser ces termes de manières rétroactive puisqu’on ne concevait même pas le concept d’homosexualité. Un sujet qui reste toutefois à débattre.

3. "Ecologie" : 1874

On reste dans la fin du XIXe, là encore tout un tas de courants de pensée prennent forme et de nouveaux termes voient le jour pour les désigner. C’est d’ailleurs à cette période que naissent les premières inquiétudes écologiques, en réaction à l’industrialisation. Le mot « écologie » apparaît donc pour désigner la « science de la maison » (du grec « oikos » qui signifie « habitat » et « logos » qui veut lire « science »), c’est le biologiste allemand Ernst Haeckel qui l’utilise pour la première fois en 1866, mais il n’arrivera dans la langue française qu’en 1874.

4. "Thune" : 1628

Alors qu’on utilise l’expression « ne pas avoir de thune » aujourd’hui qu’on soit jeune ou vieux, pauvre ou riche, ce mot est en fait biiiiiiien vieuuuuux. Au XVIIe siècle, il désigne d’abord l’aumône (en argot). Puis au début du XIXe, il renvoie à une pièce de 5 francs. Le mot viendrait de « Tunes », ancienne forme de la ville de Tunis. Le roi des Thunes était le nom donné au chef des mendiants dans la cour des Miracles (la thune étant ce qu’on donnait aux mendiants). ca vous en bouche un groin ça ?

5. Le "clitoris" : 1559

En effet, avant cette date, les femmes n’avaient pas de clito. Merci le XVIe siècle de nous avoir enfin affublé de ce petit morceau alors considéré comme la verge de la femme. Ses origines étymologiques sont multiples, elle pourrait autant venir du grec kleitoris qui veut dire petit colline, ou kleidos qui veut dire clé… Mais le clito sera maltraité aussi dans la française ; tantôt vénéré, tantôt rejeté, il est même viré du dictionnaire entre 1930 et 1960.

6. "Plastique" : 1553

On associe le mot « plastique » aux déchets qui constituent le septième continent. Du coup on a du mal à se remettre en tête que le plastique est un mot bien plus ancien. En 1553, il désigne la reproduction, ou la création de formes par le modelage. Or, la matière plastique, outre le fait qu’elle soit constituée de polymères et d’additifs sert à être moulée dans la forme qu’on souhaite. Finalement « plastique » et « plastique », à quelques polymères près et quelques siècles d’écart veulent dire la même chose.

7. "Chelou" : 2014

A ce sujet on vous avait déjà parlé plus spécifiquement des mots improbables qui sont apparus ces dernières années dans la langue française. Le verlan « chelou » est ainsi apparu seulement en 2014 dans les dictionnaires. Bon l’académie française avait quelques années de retard, mais vieux motard que jamais comme disait mon oncle contrepéteur.

8. "Tube" : 1950

Et c’est à M’sieur Boris Vian qu’on doit ce formidable nouveau mot censé désigner une chanson à succès. Le mot « tube » renvoyant au cylindre rotatif du phonographe avec lequel les chansons étaient enregistrées. Ce qui est encore plus cocasse dans cette histoire, c’est qu’auparavant on utilisait le mot « saucisson » pour parler de « tube ». En revanche, impossible de savoir pourquoi. Si quelqu’un connait cette expression, de grâce qu’il nous explique.

9. "Cougar" : 2010

Là encore l’intégration du mot dans le dictionnaire s’est faite de manière très tardive. Cela dit, les premiers usages du mot ne semblent pas remonter à avant les années 2000. Pourtant, on ne doute pas que les femmes aient eu envie de se taper des mecs plus jeunes avant dans l’histoire du monde mondial. Parfois la langue est un peu la bourre.

10. "Raclette" : 1874

Pour le coup c’est un mot qui semble bien trop vieux pour son récent usage. Certes la tradition de manger du fromage rôti qu’on raclait sur une poêle existe depuis le XIXe. Mais on a d’abord nommé cette recette le « fromage rôti » avant que l’expression « raclette » ne s’impose. Toutefois, il faudra attendre les années 70 pour que le mot raclette devienne une star faisant monter la salive au bord de toutes les lèvres et grimper x 1000 les audiences de Topito, tout ça parce que le premier appareil à raclette voyait le jour dans l’électroménager français. Le Saint-Graal.

11. "Positiver" : 1988

Il y a des mots comme ça qu’on croit inscrits dans notre langue depuis longtemps. Et puis en fait non. Un mot comme « positiver » voit le jour en 1988. Et le plus drôle c’est qu’il est inventé par une agencer de pub qui communique pour le groupe Carrefour. Du coup, chaque fois que tu prononces ce mot c’est un peu comme si tu faisais la pub de Carrefour malgré toi.

12. "Ordinateur" : 1955

Même si ces jolis petits compagnons de vie n’ont envahi nos chambres et nos salons et nos bureaux que dans les années 90, le mot « ordinateur » est bien plus ancien. Inventé par le prof’ de philo Jacques Perret pour IBM France, le bonhomme a toutefois hésité avec les mots « systémateur » ou « combinateur ».