Certaines personnes sont mortes de morts vraiment tristes. D’autres sont mortes de vieillesse dans leur lit. D’autres sont mortes de manière très bête. D’autres sont mortes pour de grandes causes. Puis d’autres encore sont mortes pour des causes vraiment nulles, en essayant de prouver des trucs. Des trucs vraiment nuls.

1. Une femme végane meurt en gravissant l'Everest afin de prouver que les végans ne sont pas faibles

Maria Strydom et son mari sont des alpinistes chevronnés, au régime végétalien soit dit en passant. Pourtant, la jeune avocate ne survivra pas à son voyage au travers des montagnes. Sa mort a été injustement moquée parce qu’elle voulait aussi prouver que les végétaliens avaient les capacités physiques de gravir l’Everest. En réalité bien sûr ceci n’a rien à voir avec la choucroute. Si elle avait gagné son défi, cela n’aurait pas prouvé non plus que les végans sont capables de gravir l’Everest. Le régime alimentaire a en réalité peu à voir avec les difficultés que représente cette épreuve. Paix à son âme. RIPAWG (Rest in peace and without gluten).

Source photo : Giphy

2. Christopher Johnson McCandless meurt en voulant prouver que la société matérialiste américaine c'est du caca

Vous connaissez certainement son nom, puisque son histoire a inspiré un récit biographique et son adaptation cinématographique avec Into the Wild. Cet aventurier américain a tout quitté pour vivre la vie sauvage en plein Alaska, prouvant par cela même que le confort de la vie moderne c’était de la merde. Sauf qu’au bout d’un moment il est mort empoisonné après avoir ingéré une plante non comestible.

3. Une femme meurt après avoir perdu un concours de buveurs d'eau

Aux Etats-Unis, on sait se marrer ! Preuve en est avec cette station de radio californienne qui a organisé un concours du plus grand buveur de flotte au terme duquel le gagnant pouvait gagner une Wii. YAY ! Jennifer Strange qui a super envie de gagner une Wii participe de toute son âme à cet événement garant d’une bonne ambiance collégiale. Deux mauvaises nouvelles pour Jennifer : non seulement elle ne remporte pas le concours ce qui constitue une déception rarement égalée ; puis elle meurt quelques heures plus tard d’une intoxication à l’eau (ce qui peut survenir quand on boit beaucoup d’eau en très peu de temps). Résultat des courses, la famille de Jennifer porte plainte et finit par obtenir 16.5 millions de dollars d’indemnité. J’en connais certains qui ont reniflé le bon filon !

Source photo : Giphy

4. Deux ados meurent en voulant prouver qu'ils étaient les meilleurs gamers d'un jeu vidéo

On est alors dans les années 80. Jeff Dailey et Peter Burkowski ont 19 et 18 ans et ils aiment beaucoup le jeu vidéo de l’époque « Berzek » (à côté Tetris c’est du grand frisson). Ils veulent prouver qu’ils sont tous deux les meilleurs joueurs de la terre et de l’univers de ce jeu (alors que personne ne leur avait rien demandé). Jeff meurt en 81 d’un arrêt cardiaque après avoir atteint le score de 16.660 points et un an plus tard Peter meurt de la même façon après avoir atteint un score similaire. Sur le plan médical on ne peut pas bien sûr affirmer pleinement que leur mort ait été causées par le jeu mais il y a fort à parier que ça ait un petit lien.

5. Un acteur japonais meurt en voulant prouver que le fugu n'est pas du tout un plat toxique

Bando Mitsugoro VIII est un célèbre acteur de kabuki japonais. En 1975, il emmène des potes tranquillou au resto et les invite à manger du fugu kimo, un poiscaille encore interdit à la vente à l’époque parce que dangereusement toxique (à l’heure actuelle on en trouve dans de très rares restaurants, parce que le poisson peut toujours être mortel s’il est mal cuisiné). Toutefois, l’acteur la joue en mode BALEK et veut prouver que le poisson ne lui fera rien de mal. Il meurt 7 heures plus tard dans sa chambre d’hôtel.

Source photo : Giphy

6. Un homme meurt d'une chute de la tour Eiffel en voulant prouver que son costume parachute fonctionnait bien

Ce n’est malheureusement pas pour sa carrière de tailleur que François Reichelt marquera les annales de l’histoire, mais bien pour son décès en 1912. Il faut croire que le costume-parachute qu’il souhaitait faire breveter n’était pas aussi efficace qu’il le croyait.

7. Un avocat meurt après avoir voulu prouver qu'une vitre était incassable

On retiendra que Garry Hoy était un avocat qui prenait à cœur son métier et ses convictions. Au cours d’une affaire, il se met ainsi physiquement en scène afin de prouver que les vitres du TD Center étaient incassables. Il avait raison car les vitres étaient effectivement incassables mais la fenêtre, elle, était moins attachée à son cadre que prévu ce qui entraîna sa chute du 27ème étage.

8. Un magicien meurt après avoir voulu prouver qu'il était invincible

L’illustioniste Harry Houdini avait l’habitude de faire venir une personne sur scène à chacun de ses spectacle pour qu’il le frappe dans le bide afin de montrer qu’il était invincible. Il aura suffi d’une fois de trop pour que le magicien meurt d’une péritonite après un coup de poing procuré par surprise par l’un des spectateurs.

9. Un avocat meurt par balle réelle après avoir tenté de reconstituer une fusillade

Encore une histoire d’avocat prêt à mourir pour faire valoir leur argumentation. Pour cette histoire il faut retourner au XIX siècle et croiser le chemin de Clement Vallandigham, avocat et homme politique nord-américain. Alors qu’il veut prouver l’innocence d’un de ses clients accusé de meurtre, il reconstitue une scène de fusillade. A cause d’une malheureuse erreur d’inattention, il est mortellement blessé par un pistolet dont il pensait qu’il était déchargé. La bonne nouvelle c’est que son client a bel et bien été acquitté. Sympa.

10. Un homme vit après avoir prouvé qu'il n'était pas mort

Parfois le destin nous joue des tours vraiment chelou de chez chelou. C’est du moins ce qu’a du se dire Alain Franc. Agé de 66 ans, il a du prouver qu’il n’était pas mort après que son décès soit accidentellement déclaré, lui coupant ses aides et sa retraite.

Source photo : Giphy

Source : Cracked, Le Matin, Le Parisien