Il semble que les animaux ont, de manière générale, décidé de devenir des fragiles quand les humains ont débarqué. Avant, la terre était peuplée de mammifères géants absolument terrifiants et qui ne nous auraient certainement pas laissé construire des tunnels tranquillement. Puis tout à trac, ils se sont dits : « tiens si on disparaissait pour être remplacés par des chiens et des moutons ? » Et hop, ça a fait des Chocapic.

1. L'Anthracothérium

Imaginez un hippopotame géant qui vivrait dans une ambiance semi-aquatique. Pour info, la reconstitution ci-dessous est à l’échelle 1/10ème, donc imaginez un peu la taille du truc. Son atout principal, c’est vraiment la taille de sa mâchoire. Il a le regard franc, on a envie de faire des enfants avec lui.

Crédits photo (creative commons) : Eunostos

2. Les Desmotyliens

Genre totalement éteint et pour ainsi dire sans descendance, les Desmotyliens vivaient la plupart du temps sur terre mais allaient chercher leur nourriture (des herbes) dans l’eau. Ce qui fait qu’on aurait a priori été peinard et qu’ils ne nous auraient pas bouffé si on les avait croisé. Cela dit, ça m’aurait pas plu d’en croiser un la nuit à Barbès.

Crédits photo (creative commons) : Nobu Tamura

3. Le smilodon

Disparu 10.000 ans avant JC, le smilodon, mieux connu sous le nom de tigre à dents de sabre était fidèle à son appellation : un gros tigre à dents de sabre. La machin pouvait faire jusqu’à 4 mètres et peser 500 kilos. Autant dire que les chances de survie dans un combat au corps à corps avec un smilodon étaient limitées.

Crédits photo (creative commons) : Sergiodlarosa

4. Les Hyaenodon

Kikoo les hyènes de l’enfer. Les trucs pouvaient peser jusqu’à 500 kilos et faire 1,5 mètre. Des hyènes, donc, mais plus apparentées aux félins qu’aux canidés. Et leur spécificité est qu’elles étaient complètement connes : leur cerveau était tout petit riquiqui.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

5. Le Megaloceros giganteus

Un cerf géant : 2 mètres au garrot et des bois de 4 mètres d’envergure. C’est mignon, les cerfs, mais moins quand ça fait 3 fois ta taille. On a trouvé énormément de specimens en Irlande, d’où son surnom d’élan irlandais. L’IRA aurait pas dit non pour les recruter, probablement.

Crédits photo (creative commons) : Postdlf

6. Le Megistotherium

2 mètres de haut, 4 mètres de long, 900 kilos. Le plus grand carnivore du myocène, qui allait même attaquer des Mastodonte (des mammouths géants, oui oui). Là encore il s’agissait d’un genre de hyène d’Afrique occidentale à qui on n’aurait pas aimé devoir de l’argent.

Crédits photo (creative commons) : User:Apokryltaros

7. L'Andrewsarchus

Dernier représentant des Mesonychia (il y a débat), autre genre de hyène pas si grande mais quand même flippante et essentiellement basée en Mongolie, l’Andrewsarchus mangeait tout ce qui lui passait devant et avait une drôle de tronche avec une énorme mâchoire pour une allure générale de loup. En plus, ils s’appelaient tous Andrew et se la pétaient.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

8. Le Thylacosmilus

Imaginons qu’on croise un tigre à dents de sabre et un marsupial mignon. Bah ça ferait ce truc, là, assez zarbi, et qui finira par être rayé de la carte d’Amérique suite à la compétition avec le Smilodon qui était encore plus badass. C’est pas une grosse perte.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

9. Le gigantopithèque blacki

Un hominidé, comme nous, situé en Asie, comme une bonne partie d’entre nous, dont on n’a guère trouvé que des dents et des mandibules. On estime qu’il mesurait entre 2 et 3 mètres et qu’il pouvait peser jusqu’à 500 kilos. Ca devait être compliqué de vivre : des paquets de clope par lots de 50, des bouteilles d’eau de 3 litres, des steaks tartare de 6 kilos… Pas étonnant qu’il se soit éteint.

Crédits photo (creative commons) : Discott

10. Le Paracératherium

Un genre de rhinocéros de la taille d’une girafe. Le plus grand mammifère ever. Il paraît que les bébés humains faisaient à cheval sur mon bidet qui proute et qui fait des pets sur son dos, raison pour laquelle l’espèce a préféré s’éteindre d’elle-même.

Crédits photo : alex-bernardini

On est bien peu de choses ma petite dame.