maison-close
Crédits photo : Maison Close

Avant qu'elles soient interdites en 1946 et que les prostituées se retrouvent à la rue, les maisons closes fleurissaient dans tout Paris, offrant tous types de standing et de prestations (il existait même un guide, du genre TripAdvisor de l'époque). Certaines restent encore hyper célèbres, notamment parce qu'un tas de personnalités aimait y passer du bon temps entre amis. Les voici, les voilà. Et merci au gentil lecteur qui nous a suggéré ce top !

  1. Le Chabanais
    Madame Kelly a investi tout son pognon pour faire de cet immeuble un des spots les plus luxueux de Paris en terme de nid d'amour tarifé. Une flopée de rois y avaient leurs habitudes, notamment Édouard VII d'Angleterre, qui y a même fait installer une chaise de volupté avec coussins et étriers et une baignoire à champagne.
  2. Le One Two Two
    Quelques rois, mais surtout beaucoup de comédiens à venir se détendre au 122 rue de Provence. On n'y venait pas uniquement pour faire tak-tak, parfois juste pour inviter sa petite femme à dîner. En revanche, s'il s'agissait bel et bien de faire des cochoncetés, on vous sortait le grand jeu, avec la chambre Corsaire par exemple, où le lit tanguait et des assistantes vous balançaient de l'eau pour faire plus vrai.
  3. Aux Belles Poules
    Une autre maison close de luxe, où selon nos sources de l'Internet, un médecin venait deux fois par semaine s'assurer de la santé des jeunes filles de l'institution. Et où il parait même que niveau organisation et administratif ça carburait, que tout était clean et que les plus âgées montaient en grade quand il n'était plus temps pour elles de faire des galipettes.
  4. Le Sphinx
    Ici, vous vous en douterez, la déco était très égyptienne. C'était la mode en termes de fantasmes et mises en scène émoustillantes à l'époque, à ce qu'il paraît. Et ce petit lupanar était tout particulièrement protégé car tendrement affectionné par Albert Sarraut, ministre et un bon paquet d'autres politiciens.

    bordel
    Crédits photo : missmeadowsvintagepearls
  5. La Fleur Blanche
    Celle-ci est connue parce qu'on raconte que Toulouse-Lautrec y avait sa chambre. Cette anecdote est peut-être fausse, mais toujours est-il qu'il y passait tellement de temps qu'il s'en est inspiré pour une quarantaine d’œuvres, et qu'il a même peint direct sur les murs de la maison de passe.
  6. L'Étoile de Kleber
    Edith Piaf y a vécu au troisième étage avec sa super copine Simone dite Momone, et c'était selon ses mots un véritable petit havre de paix qui lui permettait d'inviter qui elle voulait, quand elle voulait. La maison de passe a aussi été très appréciée de l'auteur des Maigret, George Simenon, et d'un bon paquet de soldats allemands en quête de quéquette pendant l'Occupation.
  7. L'Abbaye, rue Saint-Sulpice
    Qui porte très bien son nom vu qu'elle était destinée principalement aux clients ecclésiastiques. Des moines un poil sacrilèges, donc, qui fricotaient à qui mieux mieux avec des diablesses (forcément) dans des chambres surnommées confessionnal ou sacristie, où leur était proposé un tas d'activités ludiques à base de tenailles, chaînes et crochets.
  8. 2 rue de Londres
    C'est là-bas que travaillait Amélie Elie, aussi appelée Casque d'Or (ça claque), une jeune fille de joie de la Belle Epoque très fière de son métier qui batifolait librement avec filles et garçons. Elle devient une légende quand deux chefs de bandes, Leca et Manda, s'étripent en son nom avec leurs gangs derrière avant de finir au bagne.
  9. le Temple de l'Impudeur, rue de l'Arcade
    Alors autant quand il s'agissait de séances de zigzig tarifées hétérosexuelles, personne ne disait rien, mais s'il s'avérait qu'aucune fille n'était de la partie, le scandale était tout autre. Notre très célèbre Marcel Proust a été fiché par la police après avoir été vu buvant du champagne pépouze avec un jeune homme de vingt dans cet hôtel, dont il était un des mécènes. On en apprend tous les jours, hein.
  10. La Cigarette, rue Racine
    Dans cette brasserie pour femmes comme on l'appelait, le client commandait une pinte et se voyait offrir les services de la serveuse, qui le chafouinait à qui mieux mieux afin que monsieur apprécie comme il se doit son pot entre collègues, avant de passer éventuellement à l'étape supérieure à l'étage, si envie et argent il y avait.

Sources : Osez et Wikipedia