Un jardin d’enfants ; un café ; une forêt bucolique ; un supermarché ; une maison de retraite.

Le suicide d’Hitler ; l’assassinat de Jaurès ; des suicidés en pagaille ; 20 personnes condamnées pour sorcellerie ; un massacre mafieux.

Reliez donc les points entre eux.

1. Le bunker où Hitler s'est suicidé est aujourd'hui remplacé par un petit jardin public

Un petit parc à jeu dans Berlin. Voilà tout. Rien de plus. Sauf qu’il est construit sur un ancien bunker qui n’est autre que celui où Hitler s’est flingué. La petite fresque qui fait joli marque l’endroit où les corps de l’ex-chancelier-dictateur et de sa meuf, Eva Braun, ont été incinérés. Ce petit parc est situé à quelques centaines de mètres du Mémorial de la Shoah.

Crédits photo (creative commons) : Deror avi

2. La caserne où Ceausescu a été tué est visitable

Il s’agit d’une caserne tout ce qu’il y a de plus banal à Targoviste, sauf que c’est sur le mur de sa cour qu’on a passé les époux Ceausescu (qui avaient rien fait pour l’éviter non plus) par les armes rapidou à l’issue d’un procès express. La caserne continuait d’être utilisée par le autorités avant qu’un plan d’ouverture au public ait été à l’étude, en 2013, pour répondre à une demande touristique croissante (et malsaine). La ministre du Tourisme avait ainsi assuré en 2011 que l’histoire de Ceausescu était intéressante « à condition qu’on sache la vendre ».

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

3. Les procès de Salem ont eu lieu derrière un supermarché

Un Walgreens américain tout ce qu’il y a de plus commun à Salem, dans le Massachusetts. Vous savez, la ville où il ne faisait pas bon être une SORCIIIIIEEEEEEERE à la fin du XVII°. C’est en effet là, derrière le Walgreens que 20 gentilles filles qui n’étaient pas assez normales pour les puritains ont été brûlées ou pendues. Là, à Gallows Hill. Le site n’a été identifié qu’à la fin du XX° siècle. Et aucun mémorial n’est à l’étude.

4. Le créateur de La fête à la maison vit là où les adeptes de Charles Manson ont tué Sharon Tate

La Villa Bella, une jolie maison façon « j’ai plein de thunes et je bosse dans le ciné », date des années 90, contrairement aux autres maisons du voisinage. Avant, il y avait une autre maison, mais personne ne voulait l’acheter, parce que c’est là que les dingos dingues de Manson avaient assassiné Sharon Tate et 4 autres personnes à la fin des années 60. On l’a donc détruite pour construire cette jolie Villa Bella, et a été achetée par le créateur du très feel good soap des années 90.

5. L'endroit où Al Capone a conduit le massacre de la Saint-Valentin est devenu le parking d'une maison de repos

On est à Chicago, pas très loin de Dickens. On est dans une sorte de maison de retraite, maison de repos, on sait pas trop, c’est mignon. Et c’est là qu’a eu lieu le Massacre de la Saint-Valentin en 1929, marquant la fin de la guerre des gangs à Chicago. 7 morts. Le lieu servait du whisky frelaté. Les hommes de la bande rivale, le clan Bugs Moran, avaient été attirés là pour être assassinés : Capone et ses potes ont débarqué déguisés en flics, ont embarqué tout le monde, et talatalatalatalatala la mitraillette.

6. Le café du Croissant

C’est dans ce café encore ouvert de la rue Montmartre, à Paris, que Raoul Villain a débarqué un jour pour buter Jean Jaurès, seul homme à s’opposer encore à la guerre avec l’Allemagne (façon de simplifier l’histoire, cela va de soi). Ce qui est marrant, c’est que le café existe toujours, orné désormais d’une plaque commémorative et qu’on peut prendre un café à l’endroit précis où Jaurès a été assassiné.

7. Les places de la Concorde et de la Nation

On y roule ou on y marche, on trouve ça joli, l’Obélisque. On oublie qu’en réalité, 1036 personnes ont été guillotinées pendant la Terreur à la Nation qui, à l’époque s’appelait la Place du Trône. Robespierre lui-même a fait les frais de la grande faucheuse sur la place de la Concorde. Imaginez des têtes rouler entre les bagnoles et soyez mal à l’aise.

Crédits photo (creative commons) : Guilhem Vellut from Tokyo, Japan

8. Le 93 rue Lauriston

Située dans le XVI°, cette adresse discrète abritait pendant l’occupation la Gestapo française, une entité collaborationniste composée de mercenaires en tout genres et de renégats qui aidaient les Nazis à débusquer les Juifs et les résistants. Appât du gain, petits trafics, toute la vilenie humaine concentrée en un seul endroit.

Crédits photo (creative commons) : Celette

9. Le 53 rue de la Grange-aux-Belles

Jusque sous Louis XIII, il y avait bien UN spectacle que le peuple de Paris ne voulait manquer pour rien au monde : la pendaison des méchants. Dans le X° se situait donc le gibet de Montfaucon, un ensemble de potences où l’on laissait les condamnés se décomposer à la vue du public histoire de dissuader tout le monde de faire des trucs contraires aux intérêts du royaume et du roi. Corbeaux, charognards, tout le toutim. Maintenant, c’est un centre social et une école de théâtre.

10. La forêt Aokigahara

Située à la base du Mont Fuji, c’est une forêt dans laquelle on peut gentiment se promener sans encombre. Mais c’est aussi le lieu le plus prisé du pays pour se prendre. En 2006, 376 corps ont été retrouvés. Et ça continue, continue, continue. Bonne promenade.

Crédits photo (creative commons) : mtzn

Malaise malaise.

Sources : Cracked, Wikipédia