La langue française regorge de petits trésors à même de moucher l’adversaire sans pour autant tomber dans la vulgarité. Mieux vaut traiter quelqu’un de pine d’huître que de sale merde. Ca évite de passer sous le coup de la loi et c’est plus imagé.

1. Pine d'huître

Inventé par De Caunes et désormais partie intégrante du langage courant, pine d’huître est une bonne insulte pour désigner quelqu’un qui donne à peu près autant envie de se frotter à lui qu’un mollusque au sexe turgescent.

Exemple d’utilisation : « On va quand même pas engager cette pine d’huître ! C’est pas de la peau, qu’il a, c’est du pus ! » (Emmanuel Macron, à propos de Manuel Valls)

2. Caca boudin

D’où vient cette idée du boudin ? Belle question. Sans doute de la forme étronique dudit boudin et de la concordance frappante entre la couleur du boudin et celle de l’étron. Toujours est-il que l’insulte fait florès dans les cours de récré.

Exemple d’utilisation : « T’es plus mon ami. » « Et bah toi t’es quand gros caca boudin. » (Thomasg, 6 ans)

3. Tête de nœud

Plus élégant que tête de bite, tête de noeud sert de périphrase pour traiter quelqu’un de gland, sans rapport avec les ambiances forestières. On aura plaisir à l’utiliser pour critiquer les capacités intellectuelles de son interlocuteur.

Exemple d’utilisation : « Mais bien sûr que la terre est ronde, tête de noeud ! » (Galilée)

4. Raclure de bidet

Il faut imaginer un vaillant petit tailleur utiliser un économe pour récupérer le surplus déposé sur la faïence du bidet afin de la brandir devant un parterre ahuri et la lui balancer à la gueule. La raclure de bidet est un stigmate d’ignominie dont la seule existence peut gâcher une journée.

Exemple d’utilisation : « Je vais quand même pas discuter avec cette raclure de bidet ! » (Donald Trump, à propos de Kim Jong-Un, peu avant de devenir son meilleur pote).

5. Pisse-froid

Le pisse-froid n’a tellement pas de chaleur humaine que même sa pisse est froide. Il est terne, chiant, mortellement ennuyeux.

Exemple d’utilisation : « On va pas commencer à s’emmerder avec ces pisse-froid d’inspecteurs des finances ! » (Patrick Balkany)

6. Face de slip

L’absence de précision quant à la propreté du slip laisse planer une ambiguïté sur l’insulte, laquelle pourrait tout à fait renvoyer son destinataire à sa tronche de cul ou au dégoût que son visage provoque chez ceux qui le croisent. Quoi qu’il en soit, je porte des caleçons.

Exemple d’utilisation : « Si tu crois que tu m’impressionnes avec ta face de slip ! » (Un client mécontent s’adressant au responsable du rayon sous-vêtements chez Fabio Lucci.

7. Face de pet

On appréciera le caractère hautement volatile et quasi-abstrait de la flatulence à laquelle le destinataire de l’insulte est renvoyé. Non seulement, il pue, mais il ne fait QUE puer. Pour le reste, son insignifiance est elle que son visage est transparent comme un prout.

Exemple d’utilisation : « Tu vas crever, face de paix ! » (La montagne à Oberyn peu avant que son visage n’éclate).

8. Tronche de cake

Les Anglais n’apprécient pas particulièrement cette insulte qui ne fait pas honneur à leur petit goûter préféré, idéal pour accompagner le thé et discuter à bâtons rompus de comment ils ont terminé quatrièmes de la Coupe du monde. Toujours est-il que la tronche de cake arbore généralement des imperfections dermiques généralement due à une poussée hormonale.

Exemple d’utilisation : « Tronche de cake ! » « Non, toi ! Tronche de cake ! » (discussion animée entre les frères Bogdanov).

Source photo : Giphy

9. Je te pisse à la raie

On a du mal à envisager la logistique à mettre en oeuvre pour pouvoir arriver à ses fins lorsque l’on formule ce genre de promesses. Non seulement l’autre devra baisser son pantalon et même son slip et accepter de se mettre de dos, mais il faudra également pour l’auteur de l’insulte se montrer particulièrement prolixe en matière de sécrétion urinaire et doué d’un talent de visée inégalé.

Exemple d’utilisation : « Je te pisse à la raie ! » (Némo, passablement énervé que Doris ait oublié son anniversaire).

10. Crevure

Une crevure est une fissure causée par l’action de crever, selon le dictionnaire. Dès lors, traiter quelqu’un de crevure, c’est lui dire qu’il est un trou dans un pneu. Allez savoir.

Exemple d’utilisation : « Le garagiste était une vraie crevure. Ca n’a pas aidé mes pneus. »

Arrêtons un peu avec les « enculé » et autres « pute à franges ».