Ils avaient des guns, le sens de la formule, et savaient comment utiliser tout ce qu’ils avaient. Ils avaient une forme de swag et, bientôt, la corde autour du cou. Ils étaient hors-la-loi, braquaient des banques, volaient des chevaux, assaillaient des trains ou des diligences, jouaient au poker et tiraient juste. Ils avaient des potes avec qui faire tout ça. Ils avaient des gangs.

1. Les frères Dalton

Dans Lucky Luke, les fameux Dalton sont censés être les cousins d’un vrai gang de badass qui a réellement existé. Composé de Bob, Emmett, William et Gratton Dalton et d’hommes de main (William McElhanie, Narrow Gauge Kid, George Newcomb), le gang s’est rendu célèbre en détroussant des banques et des trains. A noter que, parmi les frères, certains étaient d’anciens marshalls.

Après plusieurs attaques, le destin des Dalton s’est noué à Coffeyville, où Bob avait prévu d’attaquer deux banques en même temps pour marquer l’histoire. Après le braquage, l’idée des Dalton était de s’établir en Amérique du Sud pour échapper aux autorités. Bob et Emmett devaient braquer la Federal National Bank, tandis que Grat Dalton et ses hommes s’occuperaient de la Condon Bank. Mais leur indicateur les trahit et l’attaque fut un fiasco façon bataille entre armées : du sang et des balles partout. Attendus par les marshalls, les Dalton sont sous un feu nourri qui tue Bob et Grat Dalton ainsi que leurs amis, tandis qu’Emmett, le plus jeune, est grièvement blessé par 23 impacts. Emmett Dalton s’en sort avec 14 ans de prison. Seul survivant du massacre, il publie deux livres en lien avec son histoire qui seront adaptés au cinéma. Emmett jouera même son propre rôle à l’écran, avant de décéder en 1937 à Hollywood.

Crédits photo (creative commons) : Inconnu

2. Le gang James-Younger

Jesse James, ça vous dit quelque chose ? Avec son frère Frank et les trois frères Younger, ils ont braqué des diligences et des banques dans le Missouri dans la deuxième moitié du XIX° siècle.

Pendant la guerre de Sécession, Frank et Jesse, engagés du coté des sudistes, rencontrent les frères Younger, membres du gang Quantrill, après s’être évadés suite à une bataille. Cette association leur vaut d’être poursuivis à la fin de la guerre. Les James et les Younger se cachent pendant des mois. Pour des raisons à la fois politiques et économiques, Jesse James propose alors de former un gang. Ses attaques de banques seront revendiquées par des motivations nationalistes qui rendront le gang sympathique aux yeux des fermiers sudistes et aidera James et Younger à se cacher entre deux méfaits.

L’attaque de la banque de Richmond, en 1867, entraîne la mort de trois personnes. En 1868, celle de Russelville, dans le Kentucky, ne permet d’obtenir qu’un très maigre butin. En 1869, après une autre attaque, le cheval de Jesse James est capturé et les perpétrateurs sont identifiés.

Ensuite, les attaques se multiplient : la banque de Corydon, dans l’Iowa, leur permet d’empocher 45.000 dollars. Puis le gang diversifie ses attaques en s’en prenant à des trains, parvenant même à récupérer 60.000 dollars en dévalisant les passagers et les fonds transportés par le Kansas Pacific.

Mais le gouverneur du Missouri met leur tête à prix : récompense 10.000 dollars. La guerre s’éloignant, le gang ne bénéficie plus de la même sympathie des fermiers, et les butins sont de plus en plus souvent très maigres. Trahis par un ancien allié, Jesse et Frank engagent les frères Ford qui ne tardent pas à les trahir à leur tour. Après s’être assurés qu’ils toucheraient bien 10.000 dollars en livrant les James aux autorités, ils abattent Jesse James d’une balle dans le dos. En 1882, Frank se rend de lui-même aux autorités. Cet acte marque la fin du gang.

Crédits photo (creative commons) : U.S. Army Corps of Engineers, photographer not specified or unknown

3. Le gang Bass

Installé au milieu des années 1870 au Texas, Sam Bass échoue à faire de l’argent dans la légalité. Il décide alors de survivre par le crime, en formant un gang. Son premier fait d’arme consiste à voler le train d’or de l’Union Pacific, en 1877, pour un butin de plus de 60.000 dollars. Le gang diversifie ses attaques, s’en prenant aussi à des diligences et à des trains, au cours de l’année 1878. Désormais recherché par Pinkerton et par les Texas Rangers, Bass est trahi par l’un des membres de soin gang, Jim Murphy, qui informe les rangers des prochains mouvements du gang. Une embuscade est prévue à Round Rock, au Texas, le jour où Bass a prévu d’attaquer une banque. Lors des préparatifs, les hommes de Bass abattent un shérif adjoint et Bass est blessé à mort.

Il meurt le jour de son vingt-septième anniversaire.

Crédits photo (creative commons) : Unknown

4. Charles Bolles, dit Black Bart

Charles Bolles ne possède pas de gang, mais son histoire est suffisamment incroyable pour figurer ici. Né en Angleterre, il rejoint la Californie du Nord au milieu du XIXe siècle et commence une carrière de détrousseur de diligences dans les années 1870, à 40 ans. Instituteur de métier, il se fait un nom dans l’Ouest américain en raison de ses manières extrêmement polies lors de ses attaques et de sa propension à laisser des poèmes pour signer ses méfaits.

A la fin des années 1860, c’est un litige avec la Wells Fargo qui lui donne envie de se venger. En 1875, Bolles attaque sa première diligence. Recouvert de sacs de lin pour cacher son apparence, il marque les esprits par son allure fantomatique. C’est aussi à cette époque qu’il choisit son surnom de Black Bart, en hommage à un personnage foctionnel dont les histoires étaient racontées dans le Sacramento Union.

Bolles, sous le nom de Black Bart attaquera ainsi une cinquantaine de diligences au Nord de la Californie et dans l’Oregon. Mais, blessé dans sa dernière attaque, il fut identifié grâce aux affaires personnelles laissées sur les lieux de l’attaque, dont un mouchoir portant une marque de blanchisserie. Seulement accusé du dernier vol, Bolles s’en tira avec 4 ans de prison.

Parmi les poèmes qu’il laissait sur les lieux de ses crimes, celui-ci :

« Longtemps j’ai peiné pour du pain, pour l’honneur et pour la richesse, mais vous m’avez trop marché sur les pieds, jolis fils de putains. »

Crédits photo (creative commons) : Inconnu

5. The Regulators et Billy The Kid

On connaît tous le nom de Billy the Kid, mais peu de gens savaient qu’il ne travaillait pas seul. Après une vie de petite délinquance, Billy the Kid tue Frank Cahill lors d’une bagarre d’une balle dans le ventre. Il a 18 ans et est poursuivi pour meurtre et rejoint la région de Lincoln, au Nouveau-Mexique. Il s’acoquine avec un premier gang, The Boys, au sein duquel il vole des chevaux et est arrêté pour avoir dérobé les biens de John Tunstall, un jeune Anglais qui cherchait à s’établir dans la région. S’ensuit un vrai mic-mac, puisque l’assassinat de Tunstall génère une guerre entre les Regulators, amis de Tunstall et la bande qui a tué Tunstall. Billy The Kid rejoint les Regulators et s’en tire avec une blessure à la hanche lors d’une fusillade. Mais la guerre continue et les Regulators abattent un autre homme de leur bande rivale. Mais l’autre bande a plus de moyens et recrute à tour de bras, tant et si bien que les Regulators se font décimer et que Billy the Kid est obligé de s’enfuir. Le Kid propose alors aux autorités de témoigner contre ses anciens ennemis en échange d’une amnistie de ses condamnations pour meurtre. Mais les autorités ne respectent pas leur engagement et Billy the Kid est condamné pour ses meurtres. Billy the Kid s’évade alors et retourne à une vie de fugitif. Il tue un chasseur de primes en 1880. Ensuite, le shérif du coin, Pat Garrett, lui mène la vie dure. Il encercle Billy the Kid et ses hommes dans une ferme et les oblige à se rendre. Billy the Kid est condamné à la pendaison, mais il s’évade de manière spectaculaire en récupérant une arme cachée par un complice. L’évasion est très médiatisée et forge la réputation de Billy. Billy the Kid est finalement abattu par Pat Garrett en 1881 après qu’un informateur avait confié au shérif le lieu où il se planquait.

Crédits photo (creative commons) : Ben Wittick (1845–1903)

6. Butch Cassidy et le Wild Bunch

Le Wild Bunch de Butch Cassidy est un gang rendu célèbre par la personnalité de Butch Cassidy et le film le mettant en scène avec Robert Redford et Paul Newman. Outre Butch Cassidy, le gang comprenait son meilleur ami, Elzy Lay, le Sundance Kid (Harry Longabaugh) et 5 ou 6 autres hors-la-loi. Plus notable, le gang est aussi aidé par deux femmes, les soeurs Bassett, qui prêtaient leur ranch aux hommes pour les aider à se cacher.

Butch Cassidy se présentait comme un gentleman-cambrioleur, se refusant à la violence, mais l’histoire prouve que le gang tuait tout le monde sur son passage, y compris des hommes de loi.

Parmi les faits notables imputables au gang, on notera l’attaque du train de l’Union Pacific le 2 juin 1899 à Wilcox. Masqués, ils dérovent 60.000 dollars, ainsi que celle d’un autre train près de Folsom, qui donnera lieu à la mort d’un shériff. Lors de cette attaque, plusieurs membres du gang meurent ou son arrêtés, à l’image de Lay, fait prisonnier. Réduit, le gang continue ses attaques dans le Wyoming ou le Nevada, diversifiant les attaques en s’en prenant aux banques. Au début du XXe Butch Cassidy, le Sundance Kid et leurs copines se réfugient en Patagonie pour échapper aux poursuites. Ils poursuivent leurs activités, jusqu’à leur mort, en 1908, dans une altercation avec la cavalerie bolivienne.

Crédits photo (creative commons) : Unknown

7. Les cowboys de Cochise County

William Floyd Claiborne, futur membre des cowboys de Chochise County, est une fine gâchette. Cowboy dans un ranch entre le Texas et l’Arizona, il tue son premier homme, James Hickey, en 1881, après que celui-ci l’a provoqué. Comme personne ne pouvait saquer Hickey, William « Billy » Claiborne est acquitté. A partir de là, il vrille vers la criminalité. A la mort de William Boney, surnommé Billy the Kid, il insiste pour qu’on le surnomme ainsi et tue ceux qui refusent de faire ce qu’il dit.

Claiborne est notamment connu pour sa participation à la fusillade d’O.K. Corral. En quelques mots, voici ce qu’il se passa.

Le marshall Earp et ses frères étaient attendus de pied ferme par les McLaury et les Clanton, des familles du coin qui voulaient faire payer au marshall ce qu’ils considéraient être des humiliations. Le shérif Behan, qui connaissait les cowboys, intervint pour essayer de les convaincre de déposer les armes. Virgil Earp se mit en quête des hommes qui voulaient l’abattre et tous se retrouvèrent devant le ranch O.K. Corral. Toujours est-il que les cowboys en question refusent de rendre les armes et qu’une fusillade éclate. Et parmi ces cowboys se trouvait Claiborne, qui, non armé, prit la fuite plutôt que de se battre.

Cet épisode lui fit perdre sa réputation et Claiborne se noya dans l’alcool. Il finit par se faire abattre par un patron de bar qu’il avait provoqué et menacé de son fusil dans une beuverie monumentale.

Crédits photo (creative commons) : Camillus S. Fly

8. Pearl Hart et Joe Boot

Il n’y a pas que les hommes qui jouaient à chamboule tout à l’ouest du Pecos. Ainsi, Pearl Hart, une femme désargentée, s’était-elle associe à Joe Boot pour braquer des diligences dans l’Arizona après avoir échoué à trouver de l’or dans une vieille mine. Le 30 mai 1899, Pearl Hart se déguise en homme, se munit d’un .38 et, avec Joe Boot, ils braquent une diligence pour un butin de 400 dollars. Ils laissent 1 dollar à chaque passager, récupèrent les armes des passagers et prennent la fuite.

Ils sont rattrapés par le shérif le 5 juin 1899. Pearl Hart tire mais ne blesse personne, tandis que Joe Boot se rend. Ils sont arrêtés : fin de l’aventure.

Crédits photo (creative commons) : Unknown

9. Le Black Jack gang

Le Black Jack gang est le nom d’un groupe ayant attaqué le train de l’Atchison, Topeka and Santa Fe Railway au Nouveau-Mexique, en 1892. Dirigés par Tom Ketchum, surnommé Black Jack, les bandits étaient familiers de la ferme de Bassett, qui approvisionnait aussi les hommes de Butch Cassidy en eau et en chevaux. Ketchum a également assassiné un voisin, ainsi qu’Albert Fountain et son fils Henry, au Nouveau-Mexique. Avec son frère, Sam, ils ont aussi dévalisé plusieurs banques et magasins.

Le Black Jack gang s’est ensuite fondu dans le gang Hole-In-The-Wall, spécialisé dans les attaques de train. Lors de la dernière attaque de train du groupe, Tom Ketchum, grièvement blessé, a été retrouvé au bord des rails et arrêté. Condamné à mort, il a été pendu au Nouveau-Mexique pour « voies de fait au bord d’un train », puisqu’on ne pouvait établir tous les autres crimes qui lui étaient imputés avec certitude.

Crédits photo (creative commons) : Public domain

10. La bande de Jack Powers

Le gang de Jack Powers officiait sur la route historique des missions espagnoles, en Californie, à l’époque de la ruée vers l’or. Ses vols et ses meurtres étaient tels qu’ils avaient transformé cette route en route la plus dangereuse du monde dans l’imaginaire collectif. La bande contrôlait la ville de Santa Barbara et ne fut chassée de la ville qu’après une résistance qui nécessita l’envoi d’une troupe de plusieurs centaines de personnes. A la fin de sa vie, sa tête était mise à prix pour plus de 2000 dollars. Réfugié au Mexique, Jack Powers mourut après une baston au sujet d’une femme. Son corps fut jeté en pâture à des cochons.

C’est autre chose que Bernard Madoff.

Et sinon, t'as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre notre dernière vidéo !