Ce n’est pas parce qu’une prof de français à serre-tête vous a obligés à les repérer dans des poèmes de Ronsard que les figures de style n’ont pas le swag. La figure de style bien placée, c’est le 360 qu’on réussit l’air de rien sur un skate, c’est la roulette sur un terrain de foot, c’est le passing entre les jambes: les autres ne vous regardent plus pareil après, même si vous avez des lunettes de victime et que vous zozotez.

1. Le zeugma

Un seul verbe que l’on associe à deux idées différentes: le zeugma allie le flegme à la James Bond et l’humour à la Raymond Devos.

Exemple :Question: « Vas-y, Jean-Kevin, il t’a raconté comment elle était au lit Jessica ? »Réponse: « Jean-Kevin a perdu sa virginité et son temps. »

Source photo : Giphy

2. Le kakemphaton

Jeu de mot involontaire, ou comment briller tellement qu’on dirait du strass, même sans faire exprès. Certains portent le kakemphaton dans leur patronyme.

Exemple :« Tiens je mettrais bien un petit Hugues Aufray ». (Hugues au frais hahaha)A ne pas faire en présence de Véronique Courjault et d’un enfant qui s’appelle Hugues : c’est comme ça qu’a commencé l’affaire des bébés congelés.

3. L’antiparastase

La pièce de fin d’année de votre copain Tonio est un enfer sur terre. Mais Tonio s’est investi comme un dingue dans le projet. Pas question de lui mentir comme une merde: on n’est pas des lâches ; pas question de dire la vérité: on n’est pas non plus trop courageux.

La solution par l’exemple:« Le mérite de cette pièce passionnante est d’accepter de ne pas céder à l’impératif d’intéresser le spectateur. »

Source photo : Giphy

4. La prétérition

Inutile d’insister: je ne vous ferai pas l’affront d’expliquer ce qu’est la prétérition, pour ne pas la nommer, une figure de style qui consiste à faire quelque chose que l’on s’est défendu de faire.

Exemple : « Sans commentaire: ce sera mon seul commentaire. »

5. Le solécisme

Vous visez un pénible 5 au Bac ? Vous parlez n’importe comment, avec des mauvaises prépositions et des concordances de temps aléatoires ? Que nenni! Vous pratiquez simplement le solécisme, comme Queneau.

Rappelez-vous de ce mot pour l’exemple :« Si vous l’auriez su plus tôt, vous auriez pas passé pour un con aussi souvent. »

6. La litote

Tout le monde n’est pas expansif. Dire à quelqu’un qu’il est formidable et qu’on l’aime suppose d’être à l’aise avec les câlins ou d’avoir pris de la MDMA. Pour autant, la langue française pense aux timides et leur permet de délivrer des compliments placides, grâce à la litote.

Exemple :« Chez toi, tout n’est pas à jeter. » « Tu n’es vraiment pas laid. » « T’avoir toute nue sur moi n’est pas si désagréable. », et tutti quanti.

Source photo : Giphy

7. Le truisme

Egalement appelé Lapalissade, le truisme est une affirmation qui sonne comme une évidence et qui donne envie à votre interlocuteur de vous demander si vous êtes complètement con ou bien.

Exemple:« Je vous ferai humblement remarquer que si vous n’aviez pas connu cette histoire, vous n’auriez pas pu la raconter à vos potes. »

lapalissade

8. La suspension

La suspension est une figure rhétorique permettant de créer le suspens quant à ce que l’on va raconter. Il s’agit de retarder au maximum le moment d’en arriver au vif du sujet. C’est un peu le principe de tout film policier, en fait.

Exemple:« Je ne prendrai donc pas par quatre chemins, je ne tournerai pas autour du pot, je ne vous ferai pas languir, trêve de billevesées, allons au but, soyons directs, ne perdons pas de temps, je vous le donne en quatre, je vous le donne en dix, je vous le donne en cent, la suspension est super pratique quand on n’a pas la réponse à une question piège en examen. »

Source photo : Giphy

9. La polysyndète

Quand la Bible a été rédigée, apparemment, il existait deux figures de style à la mode : la métaphore et puis la polysyndète, qui consiste à commencer toutes ses phrases par une conjonction de coordination.

Exemple: « Et Jésus multiplia les pains. Et il les donna aux pauvres. Et il se fit pousser une barbe de hipster. Et il inventa le ski nautique. Et il fit du yoga pour léviter. Et les pauvres qui avaient du pain trouvèrent ça cool. Et Jésus, qui lévitait commença à mette du gros son. Enfin, on connaît l’histoire, quoi. »

Source photo : Giphy

10. L’annomination

Super pratique pour envoyer des vacheries bien senties en jouant avec les mots. On prend un mot, puis un mot qui en est dérivé et a un sens différent, et on joue avec dans la phrase.

Exemple : « Au mec qui vous rackette, pendant que vous tendez votre iPhone: « Ton bras est invaincu, mais non pas invincible ». Manière de dire: « Attends un peu que j’en parle à mon grand frère » sans risquer de se prendre une mandale et en gardant la face. »

Sinon, l’autre débile de Christine Boutin a récemment déclaré que l’homosexualité était une annomination, je crois, enfin j’ai pas bien compris.

Source photo : Giphy

11. (Bonus) La prosonomasie

Jacques Séguéla likes this. La prosomanie pue la pub des années 80: « le ticket chic, le ticket choc », « un petit clic vaut mieux qu’une grande claque ».ExempleCe top est top, ce top est type.

Si même avec tout ça, vous n’arrivez pas à vous faire un nom dans la littérature ou à la cafétaria, je vous conseille d’aller plus souvent le dimanche manger le poulet chez votre grammaire.


Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :