Salut les nazes, aujourd’hui on se paye un p’tit détour dans le vieux Paname pour apprendre à causer correk’, paske l’argot, y’a qu’ça de vrai. Cette langue des bas quartiers n’est pas toute jeune puisqu’elle a vu le jour au Moyen-Age en guise d’astuce pour échapper aux Poulagas (aussi appelés « gallinacés armés »… des flicaillons quoi !). Voici donc un bouquet d’expressions d’antan qui mériteraient bien d’être remises au goût du jour.

1. Avoir les châsses bordés d'anchois

Les châsses, c’est les œils. Mais quand ils prennent un coup, les paupières n’ont plus le teint aussi frais, c’est pourquoi on parle d’avoir les châsses bordés d’anchois quand on se paye un œil au beurre noir après avoir trop traîné dans la rue du Poil-Au-Cul.

2. Une perruque en peau de fesse

Ou pour les plus farfelus, on peut aussi dire « plus de cresson sur la cafetière ». Alors, une idée ? Chauve qui peut, bien sûr ! La perruque en peau de fesse, c’est quand on a plus un poil sur le caillou, mais faut peut-être pas le dire comme ça aux premiers concernés qui risqueraient d’être piqués au vif.

Source photo : Giphy

3. Avoir les portugaises ensablées

Comment ? Kesskidi ? Hein ? Voilà. C’est ça avoir les portugaises ensablées. Etre dur de la feuille quoi. Ouais, pas toujours facile de capter les subtilités du langage, j’vous l’accorde.

Source photo : Giphy

4. ... Et les douilles savonnées

Si t’as moins de quarante piges ça devrait pas encore trop te concerner, p’tit veinard. En revanche au-delà, personne n’est épargné… Les tifs blancs qui germent sur la caboche, c’est ça les douilles savonnées. Eh ouais le temps passe, tu vas bientôt pouvoir faire du charme aux asticots, mon vieux.

5. Faire du charme aux asticots

On peut aussi dire « il s’est rencardé avec le grand barbu pour le dépôt de bilan » pour citer Pas de bégonias pour le cave. Bref, selon votre verve vous pouvez vous laisser aller à quelques métaphores plus enchanteresses surtout quand on cause de la grande faucheuse.

6. Bonbons à la liqueur

Ceux-là, je vous conseille pas d’y goûter même par gourmandise. Car les bonbons à la liqueur, pour les connaisseurs, c’est pas une friandise mais un bouton bien purulent. De quoi vous couper les envies de quatre heures.

Source photo : Giphy

7. Yoyoter du bulbe

Ça c’est à force d’abuser sur le jaja, on finit par ne plus s’y retrouver dans la caboche, on commence à conjuguer des segments, bref, on est totalement pompette. La prochaine fois que tu as la tête qui tourne hésite pas à préciser que tu yoyotes, ça clarifiera ton état auprès de tes convives.

Source photo : Giphy

8. Faire la grève

C’est insoupçonnable, mais la place de l’Hôtel de Ville à Paris s’appelait autrefois place de Grève et c’est là qu’on venait pointer pour trouver du taf, mais ceux qui n’en trouvaient pas traînaient le long de la Grève. D’où « faire la grève ». Alors, heureux ?

9. Payer en monnaie de singe

On dirait aujourd’hui plutôt « payer en nature » ou même ne pas payer du tout. C’est pas tout jeune, ça date du XIIIème siècle quand les forains faisaient faire des numéros à leurs singes pour pas payer la taxe d’accès à la Cité. Bien ouej’ les gars.

Source photo : Giphy

10. Chauve de la gueule

OK, je vous l’avoue c’est moins courant de nos jours de croiser des chauves de la gueule sauf peut-être sur un ring. Bah voui, rien à voir avec la perruque en peau de fesse ce coup-ci, le type chauve de la gueule c’est celui qu’a plus de chicots. Mais ça ne l’empêche pas de refouler du goulot.

Source photo : Giphy

11. BONUS : "Musquer les artiflons"

Alors, une idée ? Allez, cherchez un peu. Bon je vous file un indice, on peut aussi dire « sucer les nénuphars » mais ça c’est que le matin avant le lever du soleil. Celui qui trouve la signification gagnera… tout mon respect.

Un top tout droit inspiré de L’ABC de l’argot : Sans se fader le dico de Marcelle Ratafia et Lulu d’Ardis (à lire, si vous voulez jacqueter comme un vrai Raymond).

Prix : à partir de 14.90€ chez Amazon

Et sinon, t'as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre notre dernière vidéo !