Le gouvernement jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus à massacrer la population.

1. "Désolé pour les homos" - Grande-Bretagne, 2016

49 ans après la légalisation de l’homosexualité en Grande-Bretagne, le gouvernement britannique a pris la décision de réhabiliter les homosexuels condamnés préalablement à la loi. 49 ans, c’est long.

2. La reconnaissance de l'esclavage comme crime contre l'humanité - France, 2001

La France a aboli l’esclavage en 1848, mais a préféré attendre 2001 pour reconnaître « la traite des Noirs et l’esclavage des populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes, perpétrés en Amérique et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe, à partir du XVe siècle » comme crime contre l’humanité. Histoire de bien digérer, sans doute.

Crédits photo (creative commons) : Huesca

3. La reconnaissance de la coresponsabilité allemande dans le génocide arménien - 2016

Il aura fallu 101 ans à l’Allemagne pour reconnaître son rôle dans le génocide arménien, survenu en 1915. Le texte voté déplore «le rôle déplorable du Reich allemand qui, en tant que principal allié militaire de l’Empire ottoman (…) n’a rien entrepris pour arrêter ce crime contre l’humanité». Les Arméniens morts apprécieront.

4. La reconnaissance de l'abandon des harkis par la France - 2016

En septembre 2016, Hollande, respectant ainsi une promesse formulée lors de sa campagne, a reconnu « les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil inhumaines des familles transférées dans les camps en France ». S’il ne s’agissait pas du premier mouvement envers les harkis, il s’agit de la première reconnaissance officielle du traitement réservé par la France aux Algériens ayant émigré en France pour éviter les représailles liées à leur participation à la guerre d’Algérie du côté de l’occupant. 54 ans. Déso les mecs.

Crédits photo (creative commons) : User:Poussin jean

5. La reconnaissance de la participation de l'Etat français aux génocides nazis - 1995

Au Vel d’Hiv, en 1995, Chirac prend le contre-pied du discours de ses prédécesseurs en reconnaissant officiellement le rôle de l’Etat français dans les rafles perpétrées pendant l’occupation allemande, et notamment celle du Vel d’Hiv. La France aura donc attendu 51 ans après sa libération pour prendre ses responsabilités et mettre fin au mythe de la résistance généralisée.

6. Les regrets de Tony Blair sur la guerre en Irak - 2016

Responsable de l’engagement militaire britannique en Irak, en 2003, Tony Blair a attendu l’année 2016 pour reconnaître que l’invasion de l’Irak avait été une mauvaise décision basée sur des preuves infondées. Compte tenu de l’état du Moyen-Orient aujourd’hui, il peut présenter ses excuses.

Crédits photo (creative commons) : Chatham House

7. La réhabilitation de Patrick Dils après 13 ans de prison

Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de deux enfants en 1989, Patrick Dils devra attendre jusqu’en 2002 pour être acquitté à son troisième procès. En compensation, l’Etat lui verse 1 million d’euros, mais le chiffrage ne vaut pas compensation.

8. Les regrets de Werner C. pour le massacre d'Oradour-sur-Glane

Le 10 juin 1944, 642 personnes ont été massacrées à Oradour-sur-Glane. Werner C. n’a finalement pas été jugé en 2014, faute de preuves, malgré la procédure engagée 70 ans plus tard, pour le massacre à la mitrailleuse de 25 personnes rassemblées dans une grange. Werner, 88 ans, avait des états d’âme : « Presque chaque soir, en allant au lit, je me suis endormi en pensant à Oradour ». 70 ans, ça vous change un homme.

Crédits photo (creative commons) : Calibas

9. Les excuses de Jérôme Cahuzac

Cahuzac n’a peut-être pas attendu 70 ans pour évoquer sa part d’ombre, mais on est au moins certain que ses regrets étaient factices. Après avoir poussé des cris d’orfraie pendant 3 mois et foutu un bordel pas possible en pointant du doigt la presse accusée de calomnies, l’ancien ministre du Budget a bien été obligé de reconnaître l’existence de son compte à l’étranger devant le juge. Mais c’est pas de sa faute, aussi, vous avez jamais connu la spirale du mensonge, vous ?

10. (Bonus) "Désolé, j'avais promis, mais j'ai pas fait la vaisselle"

Si vous croyez que vous allez vous en tirer à si bon compte, hein !

Reconnaître ses torts, c’est cool. Surtout quand ça arrive avant l’enterrement de la personne à qui on a causé du tort.

Tu cherches des idées cadeaux pour Noël ? On a tout ce qu'il te faut :