Les Hommes aiment les symboles et c’est pour ça qu’on en connait plein même si beaucoup sont mal interprétés. Pour se démarquer chaque pays a son petit lot de symboles qui leur sont propres. En France on a Marianne, le bonnet phrygien mais aussi le coq, moins classe mais tout aussi sympathique. C’est parti pour un petit tour d’horizon des emblèmes nationaux, la culture en s’amusant (nan je dec ce top est pas drôle, la culture c’est sérieux).

1. Le dodo à l'île Maurice

Déjà il faut savoir que c’est un animal disparu. Il ressemblait à une grosse dinde avec un bec jaunâtre et crochu mais était incapable de voler avec ses petites ailes. L’animal a été découvert au 17e siècle par les colons hollandais. Disparu depuis 300 ans, il est impossible de lui échapper à l’île Maurice, vous en trouverez partout : sur les cartes postales, paréos, en collier, en bracelet et évidemment en statuette de bois. Pour une déco toute en zénitude dans votre salon.

2. Le chien au Turkménistan

Depuis novembre 2019 le chien de berger alabaï a été élevé au rang de symbole national au Turkménistan par l’actuel chef d’Etat Gourbangouly Berdymoukhamedov. Auparavant seul le cheval Akhal-Teke était considéré comme un symbole national. Le chien alabaï représente un symbole de réussite et de victoire, mais sa mise en avant en tant qu’emblème vise surtout à montrer que le Turkménistan est bel et bien une nation à part entière, avec sa culture, son histoire. C’est pour marquer un peu plus la rupture avec la république socialiste soviétique depuis 1991.

3. L'aigle aux États-Unis

Bon déjà sachez que c’est pas un aigle mais un pygargue à tête blanche. C’est l’un des symboles les plus connus des États-Unis, il apparaît sur la plupart des sceaux officiels, y compris sur celui du président américain. Il est symbole de puissance et de grandeur, et a été choisi en 1782 par le Congrès Continental. Pour la petite anecdote, le philosophe Benjamin Franklin n’était pas fan de ce rapace pour représenter son pays et lui préférait le dindon qui était selon lui un oiseau plus respectable. Lol.

4. Le coq gaulois en France

La France a tout un tas de symboles nationaux et le coq en fait partie. C’est pas le plus classe mais c’est celui qu’il y a sur les maillots de l’équipe de France de foot (juste en dessous des deux étoiles qui indiquent que nous sommes double champions du monde). Il devient un emblème de la France à la Renaissance, mais c’est lors la Révolution qu’il va prendre une importance cruciale, remplaçant partout le lys royal. Et puis on n’oublie pas qu’en latin, gallus désigne à la fois le coq et le gaulois, c’est pas une coïncidence. Le coq est symbole de combativité, d’agressivité, de hargne, de vaillance d’orgueil. Il nous représente bien.

5. La feuille d'érable au Canada

Tout comme le castor la feuille d’érable est un emblème du Canada, on la retrouve en rouge sur le drapeau canadien mais aussi sur plusieurs grades militaires des forces armées canadiennes. Ce symbole n’a pas été choisi en raison de ce qu’il incarne (rien de particulier soyons honnête) mais à cause de l’omniprésence des érables au Canada. Elles constituent depuis toujours une ressource économique importante et fournissent une grande quantité de bois. Le sucre d’érable recueilli chaque année participe à l’exportation des ressources du pays. Un peu l’équivalent de nos vins et champagnes quoi. Peut-être qu’on aurait pu faire du raisin un symbole.

6. Le trèfle irlandais

Son origine remonte au Ve siè­cle, lors de l’évangélisation de l’île par saint Patrick. Cet évêque s’est servi de la forme du trèfle pour expliquer la Sainte-Trinité aux Irlandais, ces derniers étant des adeptes de la religion celtique des druides. On leur a ainsi expliqué que le trèfle représentait la notion de Dieu pour les chrétiens, comprenant le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Depuis c’est devenu le symbole du pays et l’île est à 95% chrétienne, finita la vadrouilla les druides.

7. Les cerisiers au Japon

D’abord considérés comme la force de vie dans le Japon ancien, sa symbolique a évolué au cours de l’histoire. Sous l’ère Meiji (1868-1912), la fleur de cerisier était associée à l’idéologie nationaliste promouvant la mort pour le roi, durant la guerre du Pacifique (1941-1945) les fleurs de cerisier étaient utilisées pour nommer des corps d’armée et décorer les avions pilotés par les kamikazes. Aujourd’hui elle est synonyme de renouveau, de beauté éphémère et d’évolution. Suite à la catastrophe de Fukushima, le groupe des stations publiques de radio et de télévision au Japon a organisé un concours photographique intitulé « Les cerisiers de Fukushima », qui se veut le symbole de la reconstruction nationale.

8. La croix grecque

C’un symbole religieux, présente en blanc sur fond bleu sur le drapeau du pays, il s’agit de la croix orthodoxe qui est la principal religion en Grèce. La croix symbolise donc la foi chrétienne et la victoire sur l’occupant, l’Empire ottoman, durant la Révolution grecque de 1821 à 1829.

9. La fougère argentée en Nouvelle-Zélande

La fougère argentée est à la Nouvelle-Zélande ce qu’est l’érable au Canada : un végétal singulier et omniprésent dans le pays. Elle a la particularité de posséder des feuilles dont le dessous est d’une couleur blanc-argenté, ce qui dans la légende de Rahi aide ce-dernier a retrouvé sa femme enlevée par une tribu. Grâce au bout des feuilles repliées faisant apparaître la couleur argentée qu’elle a semé, son mari a retrouvé son chemin. L’histoire du Petit Poucet aurait eu plus de gueule s’il avait semé des fougère argentée et pas des cailloux.

10. Le dragon en Chine

Il est souvent représenté avec un long corps de serpent et une tête féroce barbue. Il est fortement lié au climat et à l’eau, comme ses attributs on le considère aussi bénéfique que dangereux. Si les dragons occupent une place prépondérante dans la culture chinoise, c’est parce qu’ils font partie des mythes fondateurs de la civilisation, ils sont souvent à l’origine des dynasties. Tous les empereurs de Chine ont régné sous le signe du dragon. Il représente la force, la persévérance et la réussite. Rien à voir avec notre coq mais on s’en fout nous au moins c’est un animal qui existe.

Y a pas que le dragon qui subit différentes interprétations, les couleurs aussi. Dingue non.

Sources : 20 Minutes, CNEWS, Wikipédia , The Conversation FR, Europe 1