Avec le confinement, le monde se barre en couille mais surtout tes cheveux. Mis à part quelques visioconférences imposées par ton taf sur lesquelles tu peux couper la vidéo, plus personne n’est là pour analyser ton style capillaire. C’est le moment de tenter des trucs. Et c’est pas forcément une bonne nouvelle. Ça part en analyse.

1. La frange punk ratée sur cheveux frisés

Analyse psycho-quantique de Topito : l’avantage du confinement c’est que tu galères moins à coiffer tes cheveux bouclés ou frisés pour la simple et bonne raison que tu n’en as plus rien à secouer. Alors après tout, pourquoi ne pas tenter la frange ? Un simple coup de ciseau te sépare d’un changement de look radical. Couic-couic.

Malheureusement… si tu n’as jamais fait de frange il y a une raison, c’est parce que ta nature de cheveux n’est pas compatible avec ce concept. Ton acte était audacieux mais tu ressembles désormais à un bichon frisé.

Amour ? Ta coiffure est clairement un appel à l’aide. Continue à sortir faire des courses de premières nécessité comme si de rien n’était jusqu’à ce qu’un coiffeur te prenne en pitié.

2. L'autoroute 4 voies au milieu du crâne pour faire peur aux gens quand tu fais tes courses

Analyse psycho-quantique de Topito : tu as clairement surestimé la durée de ce confinement. En faisant n’importe quoi avec tes cheveux, tu pensais t’amuser tout simplement histoire de mettre un peu de piment dans ta vie de soldat en guerre des temps modernes.

Malheureusement… C’était sans compter que les cheveux ne poussent pas si vite que ça et que tu devrais avoir une tête de con pour les trois prochains mois.

Amour ? Je lis dans ta tonsure qu’à la prochaine pleine lune, tu séduiras le cœur d’une Fiat Multipla.

3. Le half-hawk pour ressembler à Kristen Stewart mais qui te fait plutôt ressembler à Christine Stouarde

Analyse psycho-quantique de Topito : ta passion pour la saga vampirique est allé beaucoup trop loin, tu as perdu tout sens commun en tentant ce style de coiffure qui n’est officiellement autorisé que pour les stars qui ont toujours un coiffeur personnel dans leur sac à main.

Malheureusement… tu ressembles plus à rien, en plus t’as rasé ta tête comme une malpropre avec un rasoir tout rouillé qui va te causer un abcès crânien.

Amour ? N’y compte pas.

4. La cure de gras pour repousser les limites de l'entendement du sébum

Analyse psycho-quantique de Topito : tu cultives depuis quelques temps la fierté de ne plus te laver les cheveux tous les jours, ventant par la même occasion les mérites d’une vie plus sobre, sans produits chimiques et espérant redonner ainsi à tes cheveux leur chair naturelle dénuée de paraben.

Malheureusement… c’était pas mal de limiter ses shampoings à une fois par semaine mais là ça fait plus de 15 jours et quand tu poses ta tête sur ton oreiller ça fait splotch splotch.

Amour ? Tu pourras peut-être séduire un homme ou une femme en quête d’huile pour agrémenter sa salade de saison, mais pour cela il faudra attendre la fin de l’injonction à la distanciation sociale.

5. La tentative de teinture blonde qui tourne aux cheveux de trolls

Analyse psycho-quantique de Topito : depuis le temps que tu voulais devenir blond.e, tu t’es rué.e dès le premier jour de confinement dans un supermarché pour faire tes courses de premières nécessité : un bidon d’eau oxygénée.

Malheureusement… tu as laissé poser trop longtemps le liquide toxique sur ta tête et parmi les derniers cheveux qui ne sont pas tombés, les vaillants survivants ont pris une teinte aux reflets verdâtres très éloignée de ton projet inital.

Amour ? Un.e fan de la saga Troll (qui a plus de 8 ans).

6. Les dread-locks parce que de toute façon tu ne crois plus au système

Analyse psycho-quantique de Topito : ça y est la théorie de l’effondrement se réalise, depuis le temps que tu le disais que la société capitaliste était à bout de souffle et qu’une apocalypse menaçait l’ère thermo-industrielle dont nous sommes tous esclaves, tu cries « Victoire ! » sur tous les réseaux sociaux (même les copains d’avant). Pour toi, il n’y aura pas de retour à la normale donc quitte à vivre dans un nouveau monde, autant que ce soit avec des rasta dégueu.

Malheureusement… tu vis en colloc et tes cheveux sales sont devenus le repère idéal de poux. Seule solution : une tonte forcée.

Amour ? Une femme avec un piercing aux couleurs de la Jamaïque au nombril.

7. Le mulet graisseux pour compléter ton look de beauf

Analyse psycho-quantique de Topito : clairement tu as baissé les bras… tu as déjà le combo jogging/marcel, alors aucune raison que tes cheveux ne te suivent dans cette descente aux enfers du style.

Malheureusement… il faut encore aller faire des courses, et acheter des bières dans cet accoutrement te fait subir le jugement de tout ton voisinage qu’il faudra bien fréquenter à nouveau dans la vie post-confinement.

Amour ? Un poster de Nikita Belluci.

8. La perruque de clown pour essayer de mettre une ambiance de fête dans ton T1 où tu es seul.e

Analyse psycho-quantique de Topito : ce n’est pas parce que tu t’apprêtes à vivre plusieurs semaines seul.e dans ton studio pendant que tous tes amis sont partis en retraite dans leur résidence secondaire qu’il ne faut pas garder le sourire ! Avec toutes tes citations inspirantes accrochées à tes murs (enfin, à ton mur) ou sur les magnets de ton frigo, et ta tenue de clown, la dépression ne risque pas d’avoir raison de ton bien-être.

Malheureusement… ton mantra préféré « N’oubliez pas de fréquenter des gens heureux car le bonheur est contagieux » est totalement baisé par le confinement.

Amour ? « L’amour est un cristal qui se brise en silence ».

9. Le néo-nazi qui s'assume enfin

Analyse psycho-quantique de Topito : Tu es seul chez toi pour plusieurs semaines, c’est le moment où jamais de te faire la coupe que tu veux sans craindre le regard des autres. Et malgré tout le mal qu’on a pu te dire de Hitler, tu ne peux pas t’empêcher de vouer un amour pour son style capillaire.

Malheureusement… en public, ce style est peu apprécié. Le confinement apparaît alors comme occasion rêvée de vivre librement avec la coiffure qui te convient. Attention toutefois à ne pas pousser trop loin ta passion du look trendy « dictateur du IIIe Reich » en te tatouant une croix gammée sur la joue, car tu risque de te retrouver embêté à la fin du confinement.

Amour ? Il est conseillé de se méfier de toute femme ou homme qui serait potentiellement séduit.e par ce style.

10. Les cheveux invasifs qui recouvrent peu à peu tes oreilles pour t'isoler du monde et te garder juste pour eux

Analyse psycho-quantique de Topito : tes cheveux avaient un plan machiavélique depuis belle lurette dont le confinement leur offre enfin la résolution. Tu es devenu leur chose et désormais ce sont eux qui prendront le contrôle sur ta vie.

Malheureusement… tu passeras le restant de tes jours tapissé derrière eux sans ne plus jamais pouvoir espérer communiquer.

Amour ? Nope.

Et si vous voulez explorer toutes les parties du corps sur Paint, des nombrils en passant par les doigts de pieds, les sourcils et les piercings sans oublier les épilations maillot, et les mains, les sourires et les calvities, et bien évidemment les tatouages et les nez, et puis tant qu’on y est les cacas et les prouts, bah c’est possible.