Ce qui est bien avec le réchauffement climatique, c’est qu’il ne nous prend pas à revers. Dans le genre annoncé, il est bel et bien annoncé. On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas. Mais le réchauffement climatique n’est pas la seule catastrophe que la science a prédit et qui va nous tomber sur la tronche comme un échafaudage mal fixé : à vrai dire, les chercheurs savent très bien que le pire est à prévoir un peu partout dans le monde.

1. Le big one en Californie

Un beau jour ou peut-être une nuit, il y aura un séisme de malade mental sur la côte Ouest américaine. La faille de San Andreas prendra cher, on appellera l’événement le « Big One » et à l’issue du phénomène, la Californie sera réduite en cendres. Cet événement peut intervenir très vite, y compris avant la fin du siècle.

2. La disparition d'Istanbul à cause des plaques tectoniques

Située à la frontière de deux plaques tectoniques, Istanbul risque en permanence un séisme de grande magnitude qui pourrait à peu près totalement la détruire. Car il semblerait que la faille soit désormais bloquée, ce qui est beaucoup plus dangereux que si la faille était encore mobile.

3. Amsterdam et Venise sous les eaux

Dès que le niveau des eaux monte, Venise se retrouve inondée. Il en est de même avec Amsterdam dont une partie est située 6 mètre sous le niveau de la mer. Avec le réchauffement climatique et la fonte des glaces, il est donc plus qu’à craindre que ces deux villes puissent se retrouver englouties dans les flots, nouvelles Atlantides sacrifiées sur l’autel de la croissance économique.

4. La menace Yellowstone

Dans le parc national de Yellowtone, on trouve un volcan endormi qui menace de se réveiller. Au total, 90.000 personnes sont menacées par l’imminence d’une éruption volcanique majeure dans l’un des sites les plus touristiques des Etats-Unis.

5. Les tempêtes solaires

Certains scientifiques craignent que nous rentrions dans des périodes de tempêtes solaires récurrentes, lesquelles pourraient générer du réchauffement climatique mais également avoir des répercussions sur nos réseaux électriques, nos ondes radio et nos satellites. Soit des milliers de milliards d’euros perdus.

6. La faille sismisque qui court le long du Chili

Le tremblement de terre subi par le Chili en 2014 a ouvert des fissures qui pourraient engendrer d’autres séismes d’une magnitude supérieure à 8,5 sur l’échelle de Richter. Si le Chili est plutôt bien pourvu contre les risques sismiques, un énorme tremblement de terre pourrait tout de même générer d’immenses ennuis, voire la destruction pure et simple du pays. Ce qui est pas cool quand on y pense.

7. Le risque de voir la côte est-américaine engloutie

L’ouragan Sandy, survenu en 2012, était d’une puissance rare et n’est pas censé se reproduire régulièrement sous d’autres noms de scène. Cela dit, le réchauffement climatique et le niveau de la mer font craindre aux autorités météorologiques une recrudescence d’ouragans dévastateurs dont la finalité pourrait tout simplement d’engloutir les villes de la côte est-américaine d’ici à 2050. New York, notamment, est l’une des villes les plus menacées du monde par la montée des eaux et le changement climatique.

8. Le volcan du lac Toba

Situé à Sumatra, ce supervolcan pourrait, selon certains vulcanologues, se réveiller d’ici peu. Dans ce cas, on se retrouverait avec une éruption tellement puissante qu’elle pourrait paralyser le trafic aérien sur toute la planète et avoir un effet direct sur le climat mondial. Par ailleurs, la densité de population sur l’île de Sumatra fait qu’une telle éruption serait absolument catastrophique sur le plan humanitaire. Et les derniers relevés montrent une activité gazeuse et volcanique intense du côté du lac Toba.

9. La réélection de Trump

C’est une catastrophe annoncée et qui ne manquera pas d’avoir lieu. Rendez-vous en 2020.

10. La fin du monde

Quand je suis né, elle était programmé au minimum pour dans 4 milliards d’années lorsque le soleil nous engloutirait. Du coup, maintenant, c’est pour dans un peu moins longtemps mais quand même.

C’est la cata.

Sources : The Conversation, Listverse,