En 2010, il existe encore des hommes qui ignorent l’emplacement et le fonctionnement du clitoris. Une honte. Cela dit, certaines filles ne seraient pas certaines de reconnaître un clitoris s’il passait sous leurs yeux dans la rue. Cette merveille de technologie mérite pourtant d’être découverte et explorée, intellectuellement ou par tout moyen à votre convenance… Après la version homme, voici la réponse de Grazia à toutes les questions que vous ne vous posiez pas forcément sur votre clitoris.

  1. Le clitoris : un rôle unique dans le corps d'une femme: Le clitoris est le seul organe de l’anatomie humaine à avoir pour unique fonction de procurer du plaisir. Entièrement réceptif, dénué de tout muscle, le clitoris ne joue aucun rôle dans la reproduction, la menstruation ou la miction. Il est juste là pour envoyer des ondes de plaisir, ce qui est vraiment très appréciable de sa part.
  2. Le clitoris : une boule de nerfs:7000 à 8000 : c’est le nombre de terminaisons nerveuses que concentre le clitoris. Par comparaison, le coussinet de votre index n’en comporte que 3000.
  3. Sa taille ne compte pas: Situé à la jonction supérieure des petites lèvres, recouvert d’un capuchon, le clitoris lisse devient dur comme une petite perle lorsque l’excitation le gonfle.
  4. La partie immergée du clitoris:Les progrès de l’imagerie médicale ont permis de découvrir, au milieu des années 2000, que la partie externe du clitoris, celle qui se tend et pointe hors du capuchon lors de l’excitation, se prolongeait de manière beaucoup plus conséquente en interne. Deux « bras clitoridiens » (c’est le terme anatomique) se déploient à partir de sa base et passent sous chacune des grandes lèvres. Le réseau complet mesure ainsi 9 cm.
  5. Il ne fut nommé qu’au XVIIe siècle: Le mot clitoris vient du grec ancien kleitoris, « sorte de pierre ». Mais les Grecs anciens, bien que leurs femmes en eussent forcément, ne le nommaient pas. Le clitoris ne fut en fait « découvert », si l’on peut dire, qu’au XVIIe siècle, par un médecin italien du nom de Realdo Colombo. Malgré la proximité de leurs noms, il est moins connu que Christophe et c’est franchement injuste.
  6. La souris aussi en a un de clitoris: 100 % des mammifères femelles de la création sont dotés d’un clitoris. Les vaches, les souris ainsi que Lola, la chienne de votre grand-mère, en possèdent toutes un. Celui de la baleine est moins démesuré qu’on pourrait l’imaginer : 8 cm seulement (en externe). Pas facile à dénicher au milieu d’une vulve d’... 1,40 m ! D’autant que ni Monsieur ni Madame Baleine ne possèdent de main.
  7. Le clitoris n’est pas un petit pénis: Certains hommes, et même certains sexologues, comparent le clitoris à un pénis miniature. En effet, comme la verge des mâles, le clitoris est issu du tubercule génital que développent tous les embryons humains et se trouve implanté sur les mêmes formations osseuses. Néanmoins, le qualifier de « pénis miniature » revient à considérer la femme comme un homme inachevé, un être à qui il manque un sexe, comme l’écrivait Freud. Un clito n’est donc pas un pénis miniature : c’est le pénis qui est un clitoris surdimensionné !
  8. On peut le percer: Comme les oreilles, le nombril et la langue, le clitoris peut se percer, soit lui directement, soit son capuchon, soit les deux ensemble. Il faut juste savoir que ça fait très, très, très mal et qu’il y a des risques importants d’infection.
  9. Il est mal placé pour une bonne raison: Pourquoi le clitoris n’est-il pas situé à l’entrée du vagin (et reste-t-il donc parfois tout seul dans son coin pendant l’amour) ? Parce qu’on marche sur deux jambes ! Chez la femme, au cours de l’évolution, du fait du redressement vertical du bassin, le clitoris est devenu un organe antérieur, visible, accessible par devant .
  10. Toutes les femmes sont clitoridiennes: Selon l’Enquête sur la sexualité en France (éd. La Découverte), deux Françaises sur cinq (40,2 %) préfèrent les «caresses mutuelles » (et donc la stimulation clitoridienne par une main masculine) à toute autre pratique sexuelle. S’y ajoutent 14,2 % qui ne jurent que par le cunnilingus. Ces 54% de femmes sont incontestablement des clitoridiennes pures et dures, c’est-à-dire qui ne peuvent jouir que par stimulation du clitoris directe ou indirecte (par le bassin de l’homme en missionnaire, par exemple). Mais toutes les femmes dites vaginales n’en sont pas moins, elles aussi, capables d’atteindre l’orgasme par la seule stimulation du clitoris. L’un n’empêche jamais l’autre…

Voilà c'est officiel, on mourra moins bête. Et vous, vous en connaissez d'autres ?

Top envoyé par Corona et source : avec plein d'autres articles.

Crédits photo (creative commons) : Steve Keys

Et sinon, rien à voir, mais parce que toi aussi tu détestes courir (sauf des fois), découvre notre dernière vidéo (et abonne-toi à notre page Youtube)