Les utilisateurs de Reddit se sont posé une question toute simple : de quoi peut-on parler comme un mal pour un bien ? On a immédiatement pensé à la colonisation et son lot de choses super positives et d’échanges équitables, mais on a préféré s’abstenir de le mettre dans le top parce qu’en France, hein, on peut plus rien dire alors qu’on a construit des routes et ok on a pillé les ressources naturelles, mais on a construit des routes, bordel, sans compter que sans nous ils parleraient pas français, hein.

1. Les corbeaux

Les corbeaux bouffent les cultures, mais aussi les sauterelles qui détruisent les cultures. Donc le corbeau est un genre d’animal ambivalent, quand on y pense. Le genre d’oiseau qui joue sur les deux tableaux : je détruis ton exploitation agricole et aussi les enfants de salauds qui la détruisent encore mieux que moi. On ne sait pas quoi penser de lui.

2. Les coloscopies

En soi, apprendre que l’on a un cancer du colon permet généralement de le guérir. Mais il faut quand même accepter qu’un médecin glisse une sonde dans ton anus. Le même type de raisonnement fonctionne pour le toucher rectal et le cancer de la prostate. Si on devait faire simple, on parlerait de mauvais moment à passer pour le bien de tout le monde.

3. La chimiothérapie

La chimiothérapie bute tes cellules, y compris saines, pour buter les cellules cancéreuses. L’équilibre du truc, c’est la mort des cellules cancéreuses avant la mort de tout ton système sain. Pas terrible niveau mal être.

4. Les stages

On prend un mec qu’on paye moins sous prétexte qu’il est encore en école et on lui donne autant de boulot qu’à un mec qui serait en poste. D’un autre côté, c’est une manière pour les stagiaires de bosser dans une boîte et éventuellement de pas avoir à trop se faire chier au moment de chercher un boulot. Quand on met tout ça bout à bout, on est un peu emmerdé pour savoir où se situe l’éthique, exactement.

5. La bombe nucléaire

C’est un enfer sur terre qui pourrait détruire l’humanité, mais c’est aussi par la dissuasion nucléaire qu’on évite de se prendre des bombes nucléaires sur la gueule. So far so good, jusqu’au jour où la dissuasion ne sera plus du tout dissuasive et qu’on se retrouvera tous morts ; auquel cas on pourra dire que c’était un mal pour un mal.

Source photo : Giphy

6. La douleur

La douleur, c’est naze : pas besoin d’être grand prêtre pour le dire. Mais en même temps, la douleur est aussi le truc qui nous oblige à ne pas faire des trucs qui seraient dangereux pour nous, comme par exemple tremper notre tête dans l’huile bouillante. Toute cette ambiguïté, ça donne le tournis.

7. Les impôts

Ça fait chier absolument tout le monde de payer des impôts. Les pauvres parce qu’ils sont pauvres et les riches parce qu’ils trouvent qu’ils ne sont pas assez riches. On a l’impression que c’est du fric qu’on nous pique, c’est désagréable, c’est l’enfer. Mais en même temps, ce sont les impôts qui permettent de financer les écoles, les routes, et tutti quanti. Et on serait bien emmerdé si on devait faire nous-même la route devant chez nous.

8. Faire la queue

Plus infernal que faire la queue, il y a bien sûr se baigner dans une mare pleine de piranhas, mais c’est à peu près tout. On craque, on trouve tout le monde lent, on a l’impression que c’est injuste. Mais la queue est encore le seul moyen d’éviter l’anarchie du tout le monde se pousse. Bref, on fait la queue.

Source photo : Giphy

9. Les capotes

Les capotes, c’est nul, c’est chiant, ça emmerde le monde, ça casse la dynamique, ça pue et ça serre. Voilà. Sinon, le SIDA et les MST en général, c’est nul, c’est super chiant, ça emmerde surtout toi, ça casse ta dynamique, ça pue et ça te tue. Un partout, balle au centre.

10. La réduction des déficits

Moins de dépenses publiques, une impression de perte de fric et de pouvoir d’achat, des hausses d’impôts, l’enfer : mais si on ne réduit pas, un jour, il n’y aura plus d’argent du tout, à moins qu’on arrive à annuler la dette. Bon. Vu comme ça, on peut réduire un peu et essayer en même temps d’annuler la dette.

Source photo : Giphy

Rien n’est noir, rien n’est blanc, tout est gris, comme Michael Jackson et les chats la nuit.

Source : Reddit