De base, on aime plutôt bien les Américains vu qu’ils nous ont sauvés des méchants nazis et qu’ils font tout un tas de séries plus qualitatives que Louis la brocante. Mais ça ne veut pas dire qu’il faut perdre notre lucidité et tout accepter de leur part. Ils restent humains, et nul n’est parfait. Par exemple, Martin Luther King disait chocolatine alors que c’était un mec plutôt cool par ailleurs.

1. Halloween

Bon, on va pas se mentir, c’est en train de mourir à petit feu. Et on va pas la regretter cette fête de merde. En plus d’être archi-glauque, le 31 octobre est surtout le jour de sortie de tous ceux qui aiment un peu trop donner des bonbons aux enfants. Qu’est-ce que je dois dire à ma fille, moi ? Il est temps que ça cesse.

2. Les enterrements de vie de jeune fille/de garçon

« Oh, mdr, on est trop des déglingos, on a déguisé notre pote en panda avec un soutien-gorge pour qu’il aille gagner de l’argent. » STOP

3. Les baby showers

Donner des cadeaux à la future maman, ok. Mais le jeu du ruban ? Qui a pensé que c’était une bonne idée ? En tout cas il s’est trompé.

4. Le dab

On est en janvier 2017. Ce qui signifie qu’aujourd’hui, la seule excuse valable pour effectuer un dab, c’est de s’appeler Paul Pogba.

5. Les fastfoods

Faites plaisir à Arnaud Montebourg. Mangez Français. On a Big Fernand bordel.

6. Le mot buzz

En ce qui me concerne, je suis addict au buzz sous toutes ses formes. Mais comme toutes les addictions, c’est mauvais pour la santé. Le mot français, c’est ramdam. Et personne n’a envie de faire du ramdam. On dirait le nom d’un pokémon un peu nul. C’est la solution pour guérir.

7. Tous leurs sports

C’était une erreur d’importer le basket. Ils nous défoncent à chaque fois. Alors qu’en foot, ils ont aucune chance : on a une coupe du monde et deux coupes d’Europe de plus qu’eux. Cheh, les amerloques.

8. Le vocabulaire start up

« Dimitri, faudrait qu’on se fasse une conf call asap pour pour parler du rebranding de nos assets. » On aurait pu faire la même phrase avec uniquement des mots français si on voulait. Même start up il faut arrêter d’ailleurs. « Entreprise jeune et prometteuse », ça fait tout autant rêver.

9. Le SNL

Un seul épisode, et déjà un grand moment de gêne. Le bon côté des choses, c’est que contrairement à la version américaine, il y en a un tous les 6 mois, pas toutes les semaines. Le mauvais côté des choses, c’est qu’il y a un autre épisode dans 6 mois.

10. American Apparel

On n’est pas des Américaines des années 80, on est des Français des années 2017.

Allez on arrête maintenant les copains.