ALEEEEERTE NOUS SOMMES MANIPULÉS ! Le cerveau serait à l’origine de toutes nos actions, nous n’avons aucun libre arbitre, MALHEUR ! Bon OK en fait ça on le savait déjà. Ce qui est plus flippant c’est quand l’inverse se produit et qu’il se passe quelque chose dans ton corps qui va envoyer des informations erronées à ton cerveau. Bref quand ton cerveau se fait entourlouper, c’est la panique à bord.

1. Les membres fantômes

Attention ça n’a rien à voir avec le fait d’être possédé par un esprit maléfique. Le cas du membre fantôme se présente chez 80% des personnes qui ont été amputées d’un membre de leur corps (pas un ongle hein, on parle plus d’un bras ou d’une jambe). Ce membre continue alors de se manifester par une douleur ressentie au niveau du membre absent. En gros tu as mal à la main gauche, alors que tu n’as plus de main. En revanche quand tu te fais amputer de la tête, on ne parle plus de « membre fantôme » mais bien de « fantôme », car tu es mort, et comme on le sait, les morts deviennent des fantômes qui font « bouh ».

Source photo : Giphy

2. La grossesse nerveuse

Appelée aussi « pseudocyesis », ce phénomène pour le moins étrange et extrêmement rare chez l’humain (contrairement aux mammifères) conduit une femme à développer tous les symptômes d’une grossesse à ceci près qu’elle n’a pas de fœtus dans le bidon. Autant dire que c’est assez flippant, surtout quand la femme accouche et voit son enfant grandir, qu’elle lui paye ses études et que l’enfant fictif tombe enceinte à son tour. Ça peut aller très loin.

Source photo : Giphy

3. Le déni de grossesse

À l’inverse de la grossesse nerveuse, le déni, comme son nom l’indique, est le rejet physiologique de tout symptôme de grossesse alors que grossesse il y a bien. La femme continue donc à avoir ses règles, son ventre ne grossit pas, rien ne lui permet de réaliser son état qu’elle découvre généralement à la dernière minute lors de l’accouchement. Sympa comme traumatisme de type alien revival.

4. Le syndrome de Cotard

Dans les maladies psychologiques les plus cheloues, le syndrome de Cotard est peut être ce qu’il y a de plus sournois. La personne atteinte par ce syndrome peut être amenée à penser qu’elle est morte ou que seuls certains de ses membres sont pourris ou en pierre. Bref, pour un rencard Tinder c’est ultra galère.

Source photo : Giphy

5. L'effet Pygmalion / effet Golem

Dans les deux cas ce sont des formes de prophéties autoréalisatrices, c’est à dire que l’autoconviction va mener à l’objet de notre autoconviction. L’effet Pygmalion se produit quand tu es encouragé/e par une tierce personne dans une action (performance physique ou intellectuelle) et que cet encouragement va te convaincre de ta réussite et in fine te mener à la réussite voulue. À l’inverse l’effet Golem se passe quand tout le monde te dit que tu es nul/le et que du coup tu te considères comme nul/le. Une bonne raison de soutenir tes petits copains même dans leurs projets les plus moisis et de refuser de te démoraliser quand tes proches sont peu enthousiastes sur ton avenir.

6. Les terreurs nocturnes

Cette crise qui peut s’avérer pathologique est plus souvent présente chez les enfants ce qui a le défaut de faire horriblement flipper les parents. Parce que durant une terreur nocturne ton cerveau pense que tu es éveillé/e alors que tu es dans une forme aiguë de somnambulisme, tes yeux sont bien ouverts et tu peux crier jusqu’à 20 minutes en filant des coups à la première personne qui t’approche, et le lendemain tu ne te souviens de rien. Pratique pour régler tes comptes avec quelqu’un tout en faisant passer ça pour un trouble du sommeil.

Source photo : Giphy

7. Le syndrome de Münchhausen

Autre pathologie troublante qui consiste à s’inventer justement une maladie, ou faire croire à quelqu’un qu’on a subi un traumatisme dans l’espoir d’attirer l’attention. C’est très con parce que par exemple moi pour attirer l’attention je fais le poirier nue en chantant « Maréchal, nous voilà » et généralement ça marche assez bien. Parfois on se monte le bourrichon pour pas grand chose quand même.

8. L'effet placebo / nocebo

Vous connaissez déjà sûrement l’effet placebo, quand on te fournit un médicament sans aucune vertu thérapeutique dans le but de te donner l’impression que tu vas guérir (ça marche pour plein de trucs, personnellement j’ai déjà fait croire à une amie que manger du sel te préservait tes insomnies, bon elle avait 8 ans ce qui explique peut-être sa crédulité. Mais je vous rassure j’avais 8 ans aussi). L’effet nocebo c’est plus sournois, on te donne un médicament et on t’annonce que tu devrais ressentir quelques symptômes, totalement factices (mais ça tu le sais pas) et que tu finis par ressentir ces symptômes pourtant inventés. D’un autre côté, l’effet nocebo est aussi utilisé en analyse musicale pour qualifier les personnes qui font un malaise vagal à l’écoute du groupe Placebo.

9. La méthode Coué

Assez proche de l’effet Pygmalion sauf qu’elle est plus une méthode bien-être qui peut être pratiquée à titre personnel sans l’intervention d’une tierce personne, il s’agit tout simplement de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide ce qui nous conduit à vivre mieux et plus heureux. En gros la prochaine fois que tu te seras fait larguer, virer de ton taff, et que ton appart aura brûlé et qu’en plus ton chat est mort, souris un bon coup et ça devrait aller mieux. Si j’ai bien compris.

10. L’anosognosie

C’est mignon tout plein ce joli mot, on dirait le nom d’une fleur colorée. Mais en fait c’est une putasserie de trouble neuropsychologique qui nous fait nier une maladie dont on est atteint, comme la paralysie ou la cécité. Le gars il est aveugle mais il arrive à s’auto-persuader qu’il n’est pas aveugle. À quel moment c’est possible. Quand. Pourquoi. Qui. Quoi. Qu’où. Que. Cul.

Source photo : Giphy

ON NOUS MENT j’vous dis.