Universellement reconnu comme le son et l’action la plus drôle qui soit, le pet / le vent / le gaz accompagne délicieusement notre vie de tous les jours. Dans nos sociétés occidentales, il reste mal vu et le faire en public est synonyme d’extrême impolitesse, alors qu’il est toléré, voire plus que ça dans certaines parties du globe. Mais au final que savons-nous sur ces expulsions de gaz inopinées ? Bien peu de choses vous en conviendrez. Voici donc 10 choses que vous ne saviez pas sur les flatulences. Pas sûr que vous réussissiez à briller à table avec ce genre de connaissances, mais ça ne peut pas faire de mal.

1. Une personne normale pète en moyenne 14 fois par jour

Voilà il fallait que ce soit dit. Donc n’ayez aucun complexe, ça ne devient dégueu qu’à partir du quinzième. Par conséquent, vous n’avez pas à subir les remontrances genre « rohh mais t’es dégueulasse putain ! » si vous n’avez pas encore dépassé la moyenne autorisée. Vous pourrez même répondre sûr de vous que vous étiez encore dans la norme pour aujourd’hui en ajoutant « tire mon doigt y a le treizième qui vient », sans que ce soit considéré comme inconvenant. Enfin si on s’en tient aux statistiques.

2. Un pet au final c'est juste du méthane, de l'hydrogène, du dioxyde de carbone, du méthane et de l'oxygène

En effet ou plus exactement : 59 % de nitrogène, 21% hydrogéne, 9% de dioxyde de carbone, 3% d’oxygène ET 1 % de sulfure d’hydrogène (le truc qui pue).

« Et tu rappelles la fois où j’ai expulsé 59 % de nitrogène, 21% hydrogène, 9% de dioxyde de carbone, 7% de méthane, 3 % d’oxygène,et 1% de sulfure d’hydrogène au mariage de la cousine ? »

-Oui, on savait rire à cette époque… »

3. Les femmes pètent 30 % de plus que les hommes

Mesdames ne discutez pas, c’est scientifique. En même temps, on vous l’avait dit d’arrêter les brocolis… Consolez-vous en vous disant que vous mourrez plus tard, peut-être d’ailleurs par ce que vous avez mangé plus sainement. Et puis, projetez-vous dans l’avenir, c’est l’occasion de faire de beaux concours de pets entre mamies quand vous serez en maison de retraite, et que vos maris ne seront plus là pour vous juger.

4. Les membres de la tribu des Yanomami s'en servent pour se dire bonjour

Autant vous dire que les réunions de boulots un peu importantes se font toujours en extérieur chez les Yanomami. On se demande tout de même bien ce qui se passe quand on veut se dire bonjour de manière un peu plus chaleureuse, quand on croise par exemple de la famille qu’on n’a pas vu depuis longtemps. Il y a peut-être une sorte de code : une fois c’est un salut cordial, deux on est potes, et trois c’est genre je suis limite en train de te draguer, fais gaffe.

5. Il existe un business de slip qui absorbe les odeurs

Les under-ease ou farty pants. Pas encore très répandu, mais l’idée est là. Par contre, le problème des bruits persiste. Chez Topito, on est donc en train de travailler sur un concept révolutionnaire « L’aspirapet 3000 », un objet innovant qui à la fois aspirera votre pet (et donc son odeur), mais qui en plus neutralisera le bruit ou le remplacera par un bruit de trompette, ou un klaxon. Drôle et efficace, transformer une gène en un plaisir. N’hésitez pas à envoyer des sous pour financer le projet, oui oui plein.

6. Si vous les retenez, ils finiront par sortir quand même, pendant que vous dormez

En fait c’est même durant la nuit qu’on péterait le plus. On relâcherait tout ce qu’on a retenu dans la journée. A l’instar de Michael Scofield, la petite flatulence finit toujours par trouver la sortie, son désir de liberté est trop fort. « Freedom to fart ».

7. Plus vous mangez de soufre, plus ils pueront leur mère

Oui on sait que c’est brutal dit comme ça, mais c’est la vérité. Donc on évite les haricots (évidemment), les sodas, le fromage et les œufs. Oui tout ce que les Mexicains bouffent. De là à dire que les Mexicains ont le vent facile, il n’y a qu’un pet (auto congratulation sur ce jeu de mots) qu’on ne franchira pas.

8. Le pet met à peu prés 6 secondes avant d'arriver à votre nez

Bon là on parle du pet en bout de course qui n’a pas fait d’exercice depuis longtemps. Et bien sûr tout ça dépend des conditions climatiques (vent, humidité, etc), mais en général c’est à peu près ça. En fait ce petit vent odorant se disperse assez vite, et plus il y a d’espace autour de vous plus il le fera vite, c’est exactement pour ça que le faire dans une voiture ou dans un ascenseur est une transgression plus que conséquente des conventions de Genève.

9. Si on pète constamment pendant 6 ans et 9 mois non stop on crée assez de gaz pour faire une bombe atomique

Et nous on est là, comme des idiots inconscients pendant que les Iraniens et les Pakistanais font des concours de pet tranquilos, pour nous poser une bombe sur la mouille quand on s’y attendra plus. Et puis on ne sait pas si vous avez déjà bouffé pakistanais, mais Hiroshima à côté risque d’être une ballade aux champignons (champignon/ champignon atomique, décidément on est énorme en jeu de mots, on arrête là parce que la concurrence s’inquiète).

10. On pète encore après la mort

Jusqu’à trois heures après, à cause de la contraction des muscles. Et ça c’est quand même un joli pied de nez. Puis d’un coup l’expression « ça pue la mort » prend tout son sens. Avec un peu de chance, vos proches seront près de vous pour exploits finaux et vous les ferez encore vraiment marrer. Quand on fait encore rire les gens, on n’est pas vraiment mort…

Allez bon vent ! (superbe)

Sources : Heptune, Odee, The Fart Facts